Chemin de Compostelle : ce qu’il faut savoir

Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle est un pèlerinage chrétien, dont le but est le tombeau présumé de l’apôtre dans la crypte de la cathédrale la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice (Espagne).

En effet, depuis le IXe siècle, l’Eglise locale prétend posséder le corps (les reliques) de Saint Jacques, apôtre du Christ, à la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au Moyen Âge, il comptait parmi les trois grands pèlerinages de la Chrétienté, avec le Pèlerinage de Rome et le Pèlerinage de Jérusalem.

Traditionnellement, le pélerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle se fait à pied et en partant de chez soi. Cependant pour des raisons pratiques les pèlerins se sont rapidement rassemblés sur des voies précises. Des chemins de pèlerinage partent de la plupart des régions d’Europe, au départ entre autres de Liège, Paris, Vézelay, Le Puy-en-Velay.

On the Camino again

S’il est parcouru depuis le VIIIe siècle par des chrétiens faisant étape dans des monastères qui jalonnent les chemins de Compostelle, le pèlerinage de Saint-Jacques est également devenu une randonnée célèbre, où les marcheurs croisent les amateurs d’art roman.

En Espagne, le pèlerinage et ses chemins sont dénommés « el Camino ». La voie la plus célèbre, qui part de Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées) porte le nom de « El Camino francés ».

Miam Miam Dodo sur le Camino francés de Saint-Jean-de-Pied-de-Port à Saint Jacques de Compostelle
Miam Miam Dodo sur le Camino francés de Saint-Jean-de-Pied-de-Port à Saint Jacques de Compostelle

Les chemins de Compostelle

En France ils sont au nombre de quatre :

CHEMINS DE COMPOSTELLE

  1. La Via Podiensis, (1530 km), qui tire son nom du Puy-en-Velay ; lieu de rassemblement et lieu de pèlerinage marial ; ce chemin est balisé comme GR65, dès Genève ; le trajet Genève-Le Puy est appelé Via Gebennensis.
  2. La Via Lemovicensis, qui passe par Limoges, d’où son nom ; le lieu de rassemblement était à Vézelay.
  3. La Via Turonensis, (1460 km), qui passe par Tours et le lieu de rassemblement était l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie à Paris (l’actuelle Tour Saint-Jacques) d’où les pèlerins quittaient Paris par les rues Saint-Jacques, du Faubourg Saint-Jacques et de la Tombe Issoire.
  4. Ces trois chemins se rencontrent dans les Pyrénées à Ostabat, au niveau du « Carrefour de Gibraltar ». Ce dernier ne doit rien à Tariq ibn Ziyad, c’est simplement une déformation phonétique du sanctuaire de Saint-Sauveur, sur la colline. Chabaltore en basque, est devenu Chibaltare, Chibraltare et enfin Gibraltar. La traversée de la frontière se fait par le col de Roncevaux et la suite du chemin prend le nom de Camino navarro.

    https://www.flickr.com/photos/juanpol/6546043/

  5. La Via Tolosane, qui passe par Toulouse, d’où son nom ; mais elle s’est aussi appelée Via Arletanensis, du lieu de rassemblement des pèlerins, Arles. Elle a eu aussi comme nom Via Eagidia ou route de Saint-Gilles, en honneur à la famille des comtes de Toulouse (les Saint-Gilles). Ce chemin rejoint l’Espagne par le col du Somport. Mais elle était précédée par la Via Domitia – Chemin de Compostelle, qui va du col de Montgenèvre à Arles, appelé aussi la Via Francigena ainsi nommée par les italiens puisqu’elle passe en France. Il y avait un chemin parallèle, le Chemin du Piedmont ou «el cami deu pé de la coste», qui recevait les pèlerins de la via Tolosane au niveau de Narbonne. Ces chemins rejoignaient l’Espagne par el Camino aragonés, ainsi nommé puisqu’il rejoint l’Aragon.
Miam Miam Dodo vers Compostelle : du Puy-en-Velay à Saint-Jean-Pied-de-Port
Miam Miam Dodo vers Compostelle : du Puy-en-Velay à Saint-Jean-Pied-de-Port

Camino navarro et Camino aragonés se rencontrent à Puente la Reina, finissant la jonction des quatre chemins français. La poursuite du chemin prend à partir de là le nom de Camino francés.

Puente la Reina. Camino de Santiago

Il existe aussi des chemins de traverse qui permettent aux pèlerins de se rendre dans des lieux de pèlerinages, comme celui qui va de Conques à Toulouse, ou bien encore la Voie de Soulac.

En Espagne le chemin prend le nom de Camino francés puisqu’il est emprunté par les « Francos », sans distinction de nationalité. En Espagne ce chemin est aussi appelé la Ruta Interior par opposition à la Ruta de la Costa ou Camino del Norte, premier chemin de Compostelle. D’autres voies traversent le pays au départ de Barcelone, Madrid ou Séville. Tous les pèlerins sont sensés porter un coquillage, un bâton de marche et un sac pour y mettre les provisions, ce qui sert aussi comme identification.

Le Camino francés d’Espagne a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993. « Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France » ont été inscrits quant à eux au patrimoine mondial de l’UNESCO le 5 décembre 1998. (Source)

CHEMINS DE COMPOSTELLE : les chemins du pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle en Europe

Chemin de Compostelle : faire la route à son rythme

Faire le Chemin de Compostelle est un défi que certains souhaitent réaliser au moins une fois.

Voici quelques conseils pour réaliser le Chemin de Compostelle dans les meilleures conditions : à votre rythme.

La route vers Compostelle fait partie des pèlerinages les plus connus et les plus importants au monde. Chaque année, des milliers de pèlerins de France, d’Espagne et de toute l’Europe se rejoignent sur les trajets qui mènent à la ville de Saint-Jacques de Compostelle et son apôtre.

Un Chemin ou des Chemins de Compostelle ?

On parle communément du Chemin de Compostelle mais on devrait plutôt parler des Chemins de Compostelle (au pluriel donc) tant les trajets et routes pour arriver jusqu’au bout sont nombreuses.

En Espagne, on compte 7 itinéraires de Compostelle majeurs : le Chemin français, le Chemin portugais, la route maritime, le Chemin anglais, le Chemin primitif, le Chemin du Nord côtier et le Chemin de la route de l’argent (Vía de la plata).

L’itinéraire le plus emprunté en Europe est le Chemin français, le « Camino francés ». N’oubliez pas de vous munir d’une bonne carte pour Compostelle !

Pour réussir sereinement le Chemin de Compostelle, certains pélerins choisissent de procéder par étape, une bonne idée pour ne pas se mettre la pression et prendre son temps.

En effet, pour que le Camino ne ressemble pas à un marathon, vous pouvez ainsi commencer une année et reprendre à la suite l’année d’après : choisir de marcher 100 km par exemple ?

Sachez également qu’il est possible de partir faire le Chemin de Compostelle à pied mais aussi Compostelle à vélo ou encore à cheval !

Le soir, veillez à bien vous reposer et reprendre des forces pour le lendemain.

Chemin de Compostelle : se préparer

Pour faire le Chemin de Compostelle, il n’est pas nécessaire de planifier beaucoup de choses, c’est d’ailleurs l’un de ses avantages. Si vous avez du temps libre ou une période de vacances en vue et rien de prévu, voilà une bonne occasion pour partir sur le Chemin de Saint-Jacques.

Rien ne vous empêche de n’en parcourir qu’une partie, peut-être seulement 3 ou 4 étapes si vous ne disposez pas de beaucoup de temps. L’essentiel n’est pas là, ce qui est important c’est de commencer, vous ne le regretterez pas et reviendrez sans doute.

Se décider à faire le Chemin de Compostelle, c’est avoir envie de faire quelque chose de différent. Il s’agit d’un voyage authentique, avec des rencontres faites au hasard, des découvertes quotidiennes et sans pour autant dépenser beaucoup d’argent.

Prévoir son temps

Il faut compter en moyenne 5 semaines pour parcourir le Chemin de Compostelle en entier (dans sa partie espagnole) mais tout dépend bien sûr de la vitesse à laquelle vous marchez.

N’oubliez pas que la route de Compostelle est aussi un défi sportif mais ne vous inquiétez pas, il y aura toujours du monde pour vous aider et vous encourager en chemin.

Partir seul ?

Vous pouvez décider de faire le Chemin de Compostelle seul ou en groupe. Vous croiserez beaucoup de gens dans les deux cas. Si vous avez envie de faire la route jusqu’à Saint-Jacques de Compostelle et que personne se souhaite vous accompagner, ne laissez pas passer votre chance et tentez l’aventure seul. Vous vous rendrez bientôt compte que vous n’êtes pas seul à avoir fait ce choix et ce sera pour vous l’occasion de connaître du monde, souvent des personnes très intéressantes et enrichissantes. Le soir, vous pourrez retrouver d’autres pélerins de Compostelle dans les auberges du Chemin.

Combien d’argent dois-je prévoir ? Quel budget ?

Vous n’aurez en général pas besoin de beaucoup d’argent. Bien sûr, tout dépend de vos attentes et de vos besoins mais marcher sur le Chemin se fait souvent assez sobrement.

Cependant, ne manquez pas, tout au long de votre voyage, de goûter la gastronomie locale et le vin de la région. Vous aurez ainsi l’opportunité d’en apprécier les différences.

Après avoir marché toute la journée, vous aurez bien mérité un « menu du pélerin » qui comporte 2 repas au choix parmi les plats proposés plus un dessert et une bouteille de vin de la région. Comptez en moyenne 8 ou 9 euros dans la plupart des villages du Chemin de Saint-Jacques.

Pour le petit-déjeuner et le déjeuner, il vous suffit d’acheter ce dont vous avez besoin dans les magasins du village et pour 5 ou 6 euros vous aurez de quoi manger.

Puisque vous êtes maître de votre emploi du temps, il vous est possible de vous assoir sur la place du village pour manger ou de faire une pause sur la route.

Beaucoup d’auberges proposent un petit-déjeuner gratuit et même le dîner contre une petite contribution. C’est une option bien sûr mais cela peut être un bon moyen de faire la connaissance d’autres pélerins en plus d’être une autre manière de découvrir la gastronomie locale pour pas cher.

Enfin, le coût d’un lit dans une auberge de pélerins oscille entre 3 et 7 euros environ par nuit. Beaucoup de gens apportent leur tente car camper à côté des auberges de pélerins est gratuit sachant que vous pouvez en plus utiliser les installations (douches, cusines…) de l’auberge. S’il fait très beau et chaud, vous pouvez également être tenté au moins une fois de dormir… à la belle étoile.

Ainsi, en comptant l’hébergement à l’auberge de pélerins (6 euros) + le dîner (+ 3 euros) + la nourriture pour la journée (5 euros) cela fait environ 20 euros environ par jour et par personne. Pour être tranquille, pensez qu’un budget de 20 à 30 euros par jour devrait être suffisant.

Préparer le sac à dos du pélerin !

Element essentiel de votre voyage, votre meilleur ami (ou pire ennemi !), votre sac à dos ne devrait pas peser plus de 10 kilos ou bien respecter la règle suivante : le poids du sac à dos ne doit pas dépasser 10% de votre propre poids. Alors si vous souhaitez ménager votre dos et vos chevilles, pensez-y !

Il convient de n’emporter dans votre sac à dos que le strict nécessaire pour effectuer le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Par exemple, évitez d’emporter un sèche-cheveux. Prévoyez un bon sac de couchage car certaines nuits peuvent être fraîches, même en été, surtout si vous comptez dormir parfois à la belle étoile.

L’idéal serait de prévoir un sac de couchage pour des températures pouvant atteindre les 5°C, c’est à dire des sacs de couchage d’environ 1 kilo. Si vous prévoyez de parcourir le Chemin de Compostelle en été, un sac de couchage pour des températures allant jusqu’aux 10°C peut être suffisant si vous avez dans l’idée de toujours dormir dans les auberges de pélerins, ce qui vous fera baisser un peu le poids du sac à dos. Il peut aussi être utile d’emporter un drap pour le sac de couchage.

Côté vêtements, préparez deux ou trois t-shirts en coton, deux pantalons légers et confortables (y ajouter des pantacourts ?), un pull pour la nuit, trois paires de chaussettes chaudes, des sous-vêtements, un bonne paire de chaussures à semelle épaisse (ne pas dépasser les 500 grammes par chaussure cependant), une paire de sandales ou tongs pour la douche et s’aérer les pieds à l’auberge, du shampooing (100 ml suffiront pour commencer, vous pourrez en acheter à petites doses par la suite), une protection solaire, du fil et une aiguille qui servira aussi pour les ampoules, des pastilles de magnésium pour les articulations et les os si vous pensez en avoir besoin, quelques médicaments ainsi qu’une petite pharmacie pour les premiers soins (vous trouverez des pharmacies tout au long du Chemin de Saint-Jacques).

Voilà, avec ça vous êtes presque prêt à partir sur le Chemin de Compostelle ! Le tout devrait peser entre 5 et 10 kg selon votre corpulence (sans oublier que certains recommendent de ne pas dépasser 10% de votre poids). Vous avez maintenant de quoi marcher durant 5 jours ou 5 semaines : vous aurez en effet la possibilité de laver vos vêtements dans les auberges de pélerins, le soir après votre marche.

Dois-je emmener un guide du Chemin de Saint-Jacques ?

Beaucoup prennent avec eux des guides ou des livres traitant du Chemin de Compostelle. Ils peuvent vous être utile (comme le célèbre Miam-miam dodo) mais sachez aussi que la route de Compostelle est très bien signalisée.

Vous ne devriez donc pas vous perdre mais si jamais cela devait arriver, n’hésitez pas à demander à d’autres pélerins ou aux habitants du village ou de la ville. Il peut aussi être agréable de connaître un peu l’histoire des lieux que vous traversez mais évitez de choisir des livres lourds. N’oubliez pas que tout ce que vous mettrez dans votre sac à dos vous suivra pendant peut-être plus de 800 km ! Bonne route !

Vidéo de conseils et témoignages sur le Chemin de Compostelle

Origines du Chemin de Compostelle

Le pèlerinage est né de la découverte vers l’an 800 du sépulcre de Saint Jacques, frère de Saint Jean l’évangéliste et grand martyr de la chrétienté. D’après la tradition de l’Église et des écrits remontant au XIIe siècle, Saint Jacques aurait quitté le Proche-Orient avec pour mission de prêcher la parole du Christ dans la péninsule ibérique. Rentré en Palestine, il fut décapité sur ordre du roi Hérode Agrippa. Son corps fut livré en pâture aux chiens. Recueillie par ses compagnons, sa dépouille fut portée dans une embarcation. Guidée par un ange, l’esquif franchit le détroit de Gibraltar avant de s’échouer sur les côtes de Galice.

Las vieiras guían el Camino de Santiago

Son tombeau aurait donc été retrouvé quelques centaines d’années plus tard, au début du IXe siècle, par l’ermite Pelayo (ou Pelagius) qui déclara avoir eu une révélation dans son sommeil. Il aurait été guidé par une étoile dans le ciel, d’où une des étymoligies avancées pour Compostelle : Campus Stellae ou « champ de l’étoile ».

Théodomire, évêque d’Ira-Flavia (aujourd’hui Padrón), reconnut ce tombeau comme étant celui de Saint Jacques en 835 et le roi Alphonse II des Asturies y fit édifier une église. Il faudra toutefois attendre l’année 1884 pour que le pape Léon XIII officialise la reconnaissance du tombeau de Saint Jacques par l’Église.

Le Chemin de Compostelle aujourd’hui

Camino de Santiago: Etapa de Sarria a Portomarín

CREDENCIAL, CHEMIN DE SAINT-JACQUES DE COMPOSTELLE

Cent mille pèlerins vers Saint-Jacques sont recensés chaque année. Ils se rendent à Saint-Jacques-de-Compostelle à pied ou à vélo, parfois à cheval. Par ailleurs, s’il est parcouru depuis le IXe siècle par des chrétiens faisant étape dans des monastères, le pèlerinage de Saint-Jacques est également devenu une randonnée célèbre, où les marcheurs croisent les amateurs d’art roman.

Souvent à l’écart des routes automobiles, le chemin se confond de nos jours par endroits avec des sentiers de grande randonnée.

Sous réserve de la présentation d’une « lettre de créance » (ou credencial) délivrée par les services du pèlerinage de la Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, les pèlerins peuvent faire étape dans des gîtes et des monastères jalonnant le pacours.

À l’arrivée à destination, les pèlerins en possession d’une credencial obtiennent un certificat attestant qu’ils ont bien effectué le pèlerinage, la compostella, rédigé en latin.

castrojeriz hdr

Le « Camino de Invierno »

Le « Camino de Invierno », dont on a trace depuis le 12e siècle, fut un itinéraire très utilisé par les pélerins castillans et italiens entre les 16e et 18e siècles pour éviter les montagnes de Léon.

Le « Camino de Invierno » (« Chemin d’hiver »), est une route alternative à celle du Chemin de Compostelle.

Le Chemin passe par des lieux emblématiques comme Las Médulas (région aurifère classée à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO), dans la province de Léon ou la Ribeira Sacra de Galice, zone où se trouvent les fleuves Sil et Miño, jusqu’à rejoindre le Camino Francés à Lalín (province de Pontevedra).