Sagrada Familia de Barcelone, le bijou architectural de Gaudí

La Sagrada Familia, œuvre inachevée de l’oeuvre inachevée de l’architecte Antoni Gaudí, est située à Barcelone dans le quartier de l’Eixample.

De son nom complet Temple Expiatori de la Sagrada Família, il convient de l’appeler basilique de la Sagrada Familia depuis le 7 novembre 2010, jour où le Pape Benoît XVI l’a consacrée.

Brève histoire de la Sagrada Familia

Sagrada Familia
Sagrada Familia

En 1882, Josep M. Bocabella avait acheté des terrains pour édifier un temple dédié à la Sainte Famille. Des désaccords surgirent avec le premier architecte, Francesc de Paula Villar et le travail fut alors confié à Gaudí, qui modifia le projet original et le rendit plus ambitieux.

Le saviez-vous ? La Sagrada Familia fut en compétition pour devenir l’une des 7 nouvelles merveilles du monde !

Durant les dernières années de sa vie, Gaudí ne travailla et ne vécut pratiquement que pour le Temple de la Sagrada Familia et, quand il mourut, il laissa de très nombreux plans, projets et ébauches (les plans et maquettes furent malheureusement quasiment tous détruits pendant la guerre d’Espagne, une dizaine d’années après la mort de Gaudí).

Date de fin des travaux de la Sagrada Familia ?

Sagrada Familia
Sagrada Familia

Les travaux qui se font actuellement pour achever la Sagrada Familia respectent plus ou moins les projets de Gaudí, adaptés parfois à l’esthétique moderne et au style des artistes qui les créent, ce qui suscite de nombreuses polémiques.

La livraison était prévue pour 2020 ou 2023 mais actuellement on parle officiellement de 2026, centenaire de la mort de Gaudí, voire 2030.

Cela aura demandé un siècle et demi de construction, comme la Cathédrale Notre-Dame de Paris, œuvre collective pour laquelle, là aussi, les compagnons ont travaillé sans plans pré-établis. Le Temple de la Sagrada Familia est déjà inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en Espagne (Source).

La Sagrada Familia de Gaudí à Barcelone

La Sagrada Familia c’est une église sans nulle autre pareille dans le monde ! Le Temple Expiatori de la Sagrada Família (Temple expiatoire) est l’œuvre la plus connue d’Antoni Gaudí, un temple qui n’est pas encore terminé et qui se construit grâce aux dons de particuliers et d’institutions publiques.

L’intégralité du projet ainsi que des plans et des maquettes de l’architecte sont exposés au musée de la Sagrada Família. On est bien curieux de voir à quoi le temple ressemblera une fois terminé. Ces dernières années, le travail a avancé bon train et on verra bientôt culminer le grand rêve de Gaudí, qu’il ne put achever, car il mourut le 10 juin 1926 après avoir été renversé par un tramway au croisement de la rue Bailèn et de la Gran Via. Gaudí acheva la Façade de la passion et laissa des esquisses du reste de la construction.

La Façade de la passion a été terminée par l’ajout de sculptures de Josep Maria Subirachs et l’on a travaillé sur la construction des nefs et de la croisée du transept, dont font partie la cour des colonnes, les chœurs et les vitraux supérieurs qui les éclairent.

Gaudí avait de solides connaissances liturgiques, sur lesquelles il a pu appuyer ses réflexions pour définir une nouvelle architecture religieuse.

Le plan au sol de l’édifice au-dessus de la crypte est une croix latine classique comprenant une nef de cinq vaisseaux (vaisseau central flanqué d’un double collatéral de part et d’autre) ouvrant sur un transept à trois nefs, et une abside dotée d’un très grand déambulatoire. Celui-ci s’ouvre sur sept chapelles rayonnantes polygonales et deux escaliers en colimaçon donnant accès aux chœurs qui entourent l’abside.

Les chapelles sont consacrées au culte de saint Joseph. Au pied de l’église sont situées les grandes chapelles circulaires des baptêmes, celles des pénitents et des vertus théologales : Foi, Espérance, et Charité.

Sagrada Familia

Pour Gaudí, la Sagrada Família est un hymne à Dieu dans lequel chaque pierre est une strophe. L’extérieur du temple représente l’Église, à travers les apôtres, les évangélistes, la Vierge et Jésus. La tour principale Lui est dédiée et symbolise le triomphe de l’Église. L’intérieur est une adulation à l’Église universelle. La croisée du transept est une vénération à la Jérusalem céleste, symbole mystique de la paix.

Quand la Basilique sera terminée, il y aura 18 tours : 12 représentant les apôtres, 4 pour les évangiles, une pour Jésus et la dernière pour Marie. L’intérieur est une ode à la nature : chaque pilier représentant le tronc d’un arbre, et les voûtes sont créées par les branches de l’arbre.