Découvrir Castellón de la Plana et ses richesses culturelles

Vous ne connaissez pas Castellón de la Plana ? C’est une ville d’Espagne, capitale de la province de Castellón, dans la Communauté Valencienne. C’est parti pour un tour à « Castelló de la Plana », le nom officiel en valencien !

Situer Castellón de la Plana

CASTELLON DE LA PLANA
Carte pour situer la province de Castellón

Les limites sont au nord la province de Tarragone, à l’est la Mer Méditerranée, à l’ouest la province de Teruel et au sud la province de Valence.

Capitale de l’une des provinces les plus montagneuses d’Espagne, qui est baignée cependant par la mer le long de 112 kms de côtes : la Costa del Azahar, Castellón de la Plana est une ville tournée vers le futur ; de larges avenues croisent des rues et des places paisibles qui formaient autrefois la commune. Ses plages bien entretenues gardent le port par où transite une part importante des exportations.

Autour de Castellón de la Plana, on trouve Alcora, Almazora, Benicassim, Borriol, Onda et Vilafamés.

A noter que Castellón de la Plana possède une université : l’université Jaume I.

Quel climat à Castellón de la Plana ?

Castellón jouit d’un climat méditerranéen. Les précipitations maximales se concentrent au début de l’automne. Les hivers sont doux et les étés chauds ! Durant toute l’année, l’écart des températures est faible.

Que voir, visiter à Castellón de la Plana ?

Monuments religieux de Castellon de la Plana

L’église Santa María la Mayor. De l’ancienne église gothique du 14e siècle, détruite en 1936, ne subsistent que ses 3 portails d’entrée et quelques éléments de construction et ornementaux. Elle était l’œuvre, pour l’essentiel, du maître d’œuvre de Segorbe, Miguel García. Le portail le plus ancien est celui donnant dans la rue Arcipreste Balaguer, qui d’après la documentation, daterait de 1382 et serait l’œuvre de Guillem Coll. La porte du nord, ou de la place de la Hierba, de 1420, présente une décoration végétale dans les chapiteaux. Le grand portail de la façade principale est d’un gothique plus avancé que les précédents, n’ayant conservé du portail d’origine que les chapiteaux sculptés.

Vista de la Plaza Mayor de Castellón de la Plana (Fisheye Vision)

El Fadrí. Propriété municipale et séparée de la cathédrale voisine, c’est un édifice étendu, de plan octogonal, à 5 corps, (le dernier cachant la salle des cloches) et une terrasse couronnée par une niche. Il fut construit entre 1591 et 1604 par Francisco Gallana de la Lancha et Guillem del Rei, bien que son élégant portail d’entrée parait être l’œuvre du français Johan Fraix. Sur le linteau de la porte, une pierre avec des caractères latins nous renseigne sur la construction et sur son propriétaire. En haut, sur la terrasse, sont disposées 8 cloches et 3 autres pour marquer les heures. Le clocher est actuellement le symbole de la Cité.

Plaça Major de Castelló. La Concatedral de Santa Maria i El Fadrí. Castelló de la Plana

Basilique de la Vierge de Lledó. La tradition locale remonte à l’origine de la dévotion et du culte à la Patronne de la Cité de Castellón en 1366. Le Sanctuaire, aujourd’hui ayant rang de Basilique, fut construit entre 1724 et 1766 sur 2 autres plus anciens d’origine médiévale.

Basilica Lidón interior

Les autres lieux et monuments à voir

  • Plaza mayor
  • Ayntamiento de Castellón de la Plana (mairie)
  • Mercado central (marché central)
  • Edificio de Correos (bâtiment de La Poste espagnole)
  • Planetario (Planétarium)
  • Parc Ribalta
  • Museo de Bellas Artes (Musée des Beaux-Arts)
  • Museo Arte Contemporáneo (Musée d’Art comtemporain)
  • Auditorio y Palacio de Congresos (Auditorium et Palais des Congrés)
  • Teatro Principal (Théâtre)
  • Lonja del Cáñamo
  • Casino Antiguo
  • Plaza del Mar
  • Parque Municipal del Meridiano, dans lequel se croisent le méridien 0º de Greenwich et le parallèle 40º de latitude nord, point marqué par un monolithe

Quels fêtes à Castellón de la Plana ?

Les fêtes les plus importantes sont celles de la Madeleine (Las Magdalenas). Elles se célèbrent le 3e samedi de Carême et durent 9 jours. Le point culminant est la Romería de les canyes, pendant lequel on se rappelle du transfert de la cité depuis la colline de la Magdalena jusqu’à la plaine.

Dans le district du Grao, les fêtes les plus importantes sont celles de Saint Pierre, son patron : Fiestas del Grao de Castellón.

Quelle est l’histoire de la ville ?

Le château arabe de Fadrell, dressé sur une colline dans les contreforts de la montagne du Desert, fut – ainsi que les hameaux de la Plana – le premier refuge de ceux qui ont été les fondateurs de la cité. Tous ces lieux ont été conquis par Jacques Ier le Conquérant en 1233 et ont été donnés à Ximén Pérez d’Arenós. Sous sa direction, les villageois vinrent s’installer au hameau de Benirabe, centre définitif de la cité.

L’acte de naissance de Castellón est datée du 8 décembre 1251 à Lérida, où Jacques Ier concéda l’accord royal pour le transfert des habitants de la montagne vers la plaine. Avec ce transfert que la tradition situe le troisième dimanche de Carême 1252, naquit Castellón de la Plana. La première dénomination fut celle de Castellón de Burriana (Castelló de Borriana) car cette dernière était la localité côtière la plus prospère en ce temps.

Au Moyen Âge, la cité était protégée par des fossés, des murailles et des tours. A cette époque a été construite l’église, qui deviendra la cathédrale au milieu du 15e siècle. C’est en 1366 que fut trouvée la statue de la Vierge de Lledó, qui devint patronne de la ville.

Aux 17e et 18e siècles, la cité prit part à la révolte des Germanías et appuya l’archiduc Charles d’Autriche pendant la guerre de succession d’Espagne ; elle a été soumise comme le reste du royaume par les troupes de Philippe V.

Au siècle suivant, les murailles sont abattues et la cité entame une lente expansion freinée par les guerres d’Indépendance et carlistes. En 1833, ont été fixées les limites provinciales définitives ; Castellón de la Plana devint la capitale de l’actuelle division administrative, incluant pendant quelques années quelques communes limitrophes de la province de Teruel.

Pendant la seconde moitié du 19e, la cité commence son développement. Apparaîssent les premiers édifices modernes : l’Hôpital Provincial, le Casino, le Teatro Principal, le Parc Ribalta… On agrandit le port et on ouvre les avenues qui communiquent avec la mer.

La liaison de train Castellon-Valence et l’intérêt local à voie étroite entre les communes voisines, appelé la Panderola, sont les nouveaux moyens de communications qui donnèrent un coup de fouet à la vigoureuse industrie céramique et aux fabriques de carreaux (azulejos).

La Panderola

La Panderola est un chemin de fer à voie étoite qui fut fondé en 1888 et qui reliait le Grao et Onda, en passant par Castellón, Almazora, Burriana et Villarreal. Son nom vient de la couleur de sa machine à vapeur et de la lenteur et des irrégularités de sa marche. Il est très présent dans la mémoire collective, avec des chansons traditionnelles qui le célèbrent. Il arrêta de circuler en 1963 (source).