Vivez les fêtes des Moros y Cristianos (maures et chrétiens)

Fêtes des Moros y Cristianos (maures et chrétiens) (Photo : Funny_Games)

Fêtes des Moros y Cristianos (maures et chrétiens) (Photo : Funny_Games)

Que sont ces fêtes ?

Célébrées dans plusieurs villes espagnoles, les fêtes de Moros y Cristianos (Maures et Chrétiens) sont la commémoration des XVe, XVIe et XVIIe siècles, période durant laquelle les Musulmans régnaient dans la péninsule ibérique et des batailles entre Chrétiens et Musulmans, donnant le pouvoir aux uns et aux autres selon le vainqueur.

Les Moros y Cristianos sont les fêtes les plus importantes de Villajoyosa (« Villa Joiosa » en valencien). Villajoyosa est une ville de la Communauté Valencienne, en Espagne, sur la côte de la province d’Alicante.

Selon la tradition, Santa Marta aida les habitants de la ville, en provocant une inondation qui arrosa les bateaux ennemis et empêchèrent les corsaires d’arriver sur la côte. En remerciement, le peuple la nommèrent patronne.

Moros-34

Les fêtes de Moros y Cristianos ont lieu dans de nombreuses localités villes espagnoles mais surtout dans la province d’Alicante et, en fonction de l’histoire de chaque lieu, chaque fête possède des caractéristiques différentes et dates différentes. La particularité de Villajoyosa est la célébration du débarquement.

Moros-46

Comment se déroulent les fêtes ?

Les fêtes commencent avec les extraordinaires défilés des Maures et Chrétiens, les 25 et 26 juillet, au son de la musique.

A l’aube du 28 juillet, on réalise le spectaculaire débarquement. Vers 5h du matin, les habitants et touristes commencent à rejoindre la place et, pendant que les Chrétiens préparent l’artillerie de défense sur la côte, plus de 30 embarcations musulmanes s’approchent des côtes.

Après avoir pris la terre, les deux armées luttent jusqu’à arriver au pied du château, qui finalement sera occupé par les Maures.

Dans l’après-midi, les troupes chrétiennes reviennent conquérir la forteresse : ils essayent tout d’abord de négocier la reddition des occupants mais suite à l’échec des négociations, commence une grande bataille qui se termine par la défaite des Maures, qui sont symboliquement renvoyés jusqu’à la mer.

Photos des fêtes de Moros y Cristianos (maures et chrétiens)

Moros y Cristianos vistos desde la ventana de mis padres en Elda, .... la mejor ventana para esto!

Moros i Cristians. Dragonwomen

De nombreuses activités sont proposées à Villajoyosa pour profiter de ces fêtes de Moros y Cristianos comme les concours gastronomiques, les fêtes populaires nocturnes, feux d’artifices et concerts.

Moros y Cristianos San Blas 2009  - 3

2012 04 - Fiestas de Moros y Cristianos-58.jpg

Moros y Cristianos Alcoy 2010 1

Moros-88

2012 04 - Fiestas de Moros y Cristianos-1.jpg

Profitez-en aussi pour consulter la météo en Espagne !

Découvrez la Puerta de Alcalá de Madrid

La Puerta de Alcalá est l’un des monuments de Madrid les plus connus de la capitale espagnole mais connaissez-vous son histoire ?

Datée du XVIIIe siècle, la Puerta de Alcalá faisait partie des 5 portes d’accès à Madrid lorsqu’elle était encore protégée par ses murailles.

De style néo-classique et malgré plusieurs restaurations, la Puerta de Alcalá se distingue pour avoir été la première construction en arc de triomphe en Europe après la chute de l’Empire romain.

Symbole de Madrid, la Puerta de Alcalá est aujourd’hui encore une porte d’entrée et sortie importante de la capitale de l’Espagne.

Pour l’hébergement lors de votre séjour à Madrid, vous pouvez opter pour la location à Madrid ou tout simplement pour un hôtel à Madrid.

Profitez-en aussi pour consulter la météo en Espagne !

Leonor de Bourbon (Leonor d’Espagne)

LEONOR DE BOURBON

Leonor de Bourbon (de son nom espagnol Leonor de Borbón Ortiz), est la petite-fille de Juan Carlos Ier et la première des Infantes d’Espagne née du mariage de Letizia Ortiz et de l’héritier de la couronne d’Espagne, le prince des Asturies Philippe de Bourbon.

Leonor de Bourbon, le premier enfant du prince et de la princesse des Asturies, conformément à l’article 1er du décret de 1987, porte le titre d’Infante d’Espagne avec le prédicat d’Altesse Royale.

L’infante Leonor est à la deuxième place dans l’ordre de succession au trône espagnol, juste après son père, le prince des Asturies, mais avant sa sœur cadette, l’infante Sofía née en 2007 et sa tante, l’infante Elena, duchesse de Lugo, qui occupe maintenant la quatrième place.

L’infante est née le lundi 31 octobre 2005 à Madrid. Elle a été baptisée le samedi 14 janvier 2006 avec l’eau du Jourdain puisée par les frères franciscains de Jérusalem, au cours d’une cérémonie religieuse à laquelle ont assisté les représentants des plus hautes institutions de l’Etat espagnol. Ses parrains sont le Roi Juan Carlos et la reine Sofía.

Déjà, la venue au monde de Leonor de Bourbon pose la question d’une éventuelle modification des règles de successions dynastiques, auxquelles la Suède et la Belgique ont déjà répondu en privilégiant l’enfant premier né, quel que soit son sexe. Selon la constitution espagnole, Leonor d’Espagne ne pourrait régner que si elle ne devait jamais avoir de frère ou si cette même constitution était modifiée avant la naissance de celui-ci, comme le promet le président du gouvernement, José Luis Rodríguez Zapatero.

Toutefois, une telle modification paraît peu probable pour l’instant car elle est difficile à mettre en place (et non pas parce qu’elle obligerait le prince des Asturies à céder le trône à sa propre sœur aînée comme beaucoup de gens le pensent).

[asa espagne]2228898791[/asa]

L’infante porte le nom de Leonor, qui est un prénom traditionnel des familles royales de Castille et d’Aragon. Ce prénom fut apporté dans la famille royale de Castille par Aliénor d’Angleterre (1161-1214), fille d’Aliénor d’Aquitaine et reine de Castille par son mariage avec Alphonse VIII de Castille. Cinq reines d’Aragon portèrent le nom d’Aliénor, ainsi que trois reines de Castille, deux reines de Navarre et quatre reines de Portugal. Le prénom passa ensuite aux Habsbourg, puis aux Bourbon.

Il est donc intéressant de noter que, dans le cadre de la discussion sur les règles de succession, Leonor de Bourbon a été dotée d’un prénom dynaste, cependant moins chargé symboliquement qu’Isabel (en référence à la reine Isabel II, seule femme à avoir hérité du trône d’Espagne), qui aurait constitué une vraie revendication au trône.

Source, licence GFDL.

Géographie Espagne

ESPAGNE

L’Espagne est un pays ouvert sur la mer Méditerranée et sur l’océan Atlantique. Elle occupe, avec le Portugal, la péninsule ibérique. La chaîne des Pyrénées marque la frontière avec la France, au nord. Au sud, le détroit de Gibraltar sépare l’Espagne du Maroc. Étendue sur 504 782 km², l’Espagne comprend des archipels (Baléares, Canaries) et deux enclaves en Afrique (Ceuta et Melilla). L’Espagne se trouve en situation périphérique de l’Europe. Son régime politique est celui de la monarchie constitutionnelle. Le gouvernement et les institutions centrales siègent à Madrid. L’Espagne est organisée en communautés autonomes, sur le modèle fédéral. Enfin, l’Espagne appartient au monde méditerranéen par son histoire, sa culture et son milieu physique.

Géographie physique de l’Espagne

Quelques chiffres :

  • Longueur des frontières : 6885 Km
  • Longueur des côtes de la péninsule : 4872 km, dont côte méditerranéenne :
    2058 km
  • Frontières terrestres : 2013 km dont 720 km avec la France et Andorre et 1292 km avec le Portugal.

Relief de l’Espagne

Le point culminant de l’Espagne continentale est le mont Mulhacén (3482 mètres) situé au sud de l’Espagne dans la chaîne de la Sierra Nevada. La plus grande partie de l’Espagne est occupée par les plateaux de la Meseta au centre, bordés par des chaînes de montagnes. Les vallées sont étroites et situées à proximité du littoral ou des fleuves. La plus grande plaine se trouve au sud, autour de l’estuaire du Guadalquivir, dans la région de Séville.

CARTE DES RELIEFS D’ESPAGNE

Les chaînes de montagne en Espagne

  • Sierra Nevada
  • Cordillera Cantábrica (Monts Cantabriques), Picos de Europa (2648 m)
  • Cordillera Ibérica (Monts Ibériques)
  • Sierra Morena
  • Sierra de Ayllón
  • Somosierra
  • Sierra del Guadarrama (Sierra de Guadarrama)
  • Gredos (2592 m)
  • Sierra de Béjar
  • Peña de Francia
  • Gata
  • Montes de Toledo
  • Macizo Galaico
  • Sierra de la Demanda
  • Cebollera
  • Picos de Urbión
  • Monts ibériques, Mont Moncayo (2313 m)
  • Sierra de Albarracín
  • Montañas de Cuenca (Serranía de Cuenca)
  • Maestrazgo (2024 m)
  • Sierra Madrona (1323 m)
  • Despeñaperros
  • Pyrénées : Pic d’Aneto (3404 m) ; Pico Posets (3375 m) ; Pica d’Estats (3115 m)
  • Prépyrénées: Sierra del Cadí (2642 m)
  • Cordillera Penibética
  • Cordilleras Subbéticas
  • Sierra de Grazalema
  • Sierra de Cazorla
  • Sierra de Segura (1967 m)
  • Baléares – Majorque : Sierra de Tramontana ; Sierras de Levante
  • Canaries – Tenerife : El Teide (3718 m), La Palma : Roque de los Muchachos (2456 m), Gran Canaria : Pico del Pozo de las Nieves (1800 m)

Le littoral espagnol

  • Costa Brava
  • Golfe de Valence
  • Costa Blanca
  • Costa del Sol
  • Golfe de Cadix
  • Golfe de Gascogne

Réparition et contraintes climatiques

Les provinces qui reçoivent le plus de précipitations en un an sont au nord-ouest (région de Vigo entre 1800 et 2000 mm/an) ; les régions les plus sèches sont les Canaries et les environs d’Alméria (moins de 200 mm/an). Les régions les plus froides sont les Pyrénées et le centre de l’Espagne (Guadalajara) ; les régions les plus chaudes et les plus ensoleillées sont les Canaries et l’Andalousie.

  • Au nord : climat océanique (pays basque espagnol, Cantabrie, Asturies, Galice)
  • Les hautes altitudes des Pyrénées ont un climat montagnard
  • Au centre : climat semi-continental (région de Madrid, Castille-La Manche)
  • A l’est et au sud : climat méditerranéen ; la région la plus aride, le désert de Tabernas, se trouve autour d’Almería en Andalousie. Ces régions sont menacées par les risques d’incendies en été et de crue en automne. Les inondations de 1982 à Valence avaient provoqué le débordement de la Júcar et une trentaine de morts. Les feux de forêt de 2005 ont brûlé plus de 1 300 km² et tué onze pompiers dans le centre du pays (province de Guadalajara).

    Les Hommes ont aménagé des terrasses pour les cultures traditionnelles du milieu méditerranéen : vigne, olivier, blé. Le manque d’eau est chronique, en particulier dans le sud et l’est, où les besoins des villes, des industries, de l’agriculture irriguée et du tourisme sont en concurrence. L’aménagement de barrages prend en compte ce problème sans vraiment le résoudre.

Hydrologie de l’Espagne

Les principaux fleuves qui coulent en Espagne sont :

  • Le Tage (1006 Km)
  • L’Ebre (928 Km)
  • Le Douro (850 Km)
  • Le Guadiana (744 Km)
  • Le Guadalquivir (657 Km)
  • Le Jucar (498 Km)
  • Le Segura (325 Km)

Biogéographie de l’Espagne

Répartition

  • Milieu méditerranéen : sur la côte méditerranéenne et le sud de l’Espagne, on retrouve les paysages méditerranéens. Des plaines étroites sont situées entre la mer et un arrières-pays montagneux. La garrigue et le maquis forment l’essentiel de la végétation naturelle.
  • Les parcs nationaux espagnols :
    Parque Nacional de Aigüestortes i Estany de Sant Maurici, Catalogne
    Parque Nacional del Archipiélago de Cabrera, Baléares
    Parque Nacional de Cabañeros, Castille-La Manche
    Parque Nacional de la Caldera de Taburiente, La Palma, Canaries
    Parque Nacional de Doñana, Andalousie
    Parque Nacional Garajonay, île de La Gomera, Canaries
    Parque Nacional de las Islas Atlánticas de Galicia, Galice
    Parque Nacional Ordesa y Monte Perdido, Aragon
    Parque Nacional Picos de Europa, Asturies, Castille et León, Cantabrie
    Parque Nacional Sierra Nevada, Andalousie
    Parque Nacional de las Tablas de Daimiel, Castille-La Manche
    Parque Nacional del Teide, île de Tenerife, Canaries
    Parque Nacional Timanfaya, île de Lanzarote, Canaries

Les parcs les plus visités (plus d’1,5 millions de personnes) sont ceux du Picos de Europa et des Canaries.

Géographie humaine de l’Espagne

Répartition de la population et démographie

Le pays compte officiellemnt 45 millions d’habitants.

Le centre du pays est peu peuplé, les Espagnols se concentrent dans les plaines et les vallées, exception faite de Madrid. La population a doublé tout aux long du XXe siècle, surtout grâce au baby-boom des années 1960 et du début des années 1970. Le pays n´a pas été meurtri par les deux guerres mondiales mais a été pendant longtemps une terre d’émigration, à cause de la crise économique du XIXe siécle jusque dans les anées 1970-1980. Depuis les années 1980, le taux de fécondité s´est effondré et la population viellit notablement.

Mais la population a tout de même augmenté grâce aux retour d’émigrés espagnols. Depuis l’entrée dans l’Union européenne, l’économie a repris de la vigueur et le pays est passé de terre d’émigration à terre d’immigration. De nombreux immigrés viennent d’Amérique latine (38%) d’Afrique du Nord (14%), d’Europe de l’Est (16%) et d’Afrique noire (4%).

L’immigration clandestine africaine passe par le détroit de Gibraltar, les enclaves espagnoles d’Afrique de Ceuta et Melilla ou encore par les Canaries.

Géographie économique de l’Espagne

La moitié des terres espagnoles ne sont pas cultivées en raison de la sécheresse. L’élevage est pratiqué dans les Pyrénées et dans tout le nord, en raison du climat océanique. L’agriculture céréalière domine en Aragon et en Castille-Léon. La polyculture méditerranéenne et les cultures commerciales irriguées trouvent leur place au sud à l’est. L’Espagne exporte des agrumes et des primeurs dans le reste de l’Europe

Les régions industrielles les plus dynamiques se trouvent autour de la capitale et de Barcelone. Saragosse et Valence sont deux autres pôles industriels secondaires. L’industrie lourde a concerné les régions de Gijon et de Bilbao sur la côte atlantique. Après plusieurs années de crise qui s’est manifestée par la baisse de sa population (433 000 habitants en 1981, 352 000 en 2004), Bilbao connaît un renouveau urbain. Le musée Guggenheim est le symbole de la reconversion de la ville dans le secteur tertiaire. Le port s’est étendu vers la mer Cantabrique. La municipalité mise également sur l’essor de l’université de Deusto. Un nouveau terminal a ouvert à l’aéroport pour faire face à l’augmentation du nombre de touristes. Des firmes multinationales de l’automobile se sont installées à Valladolid (Renault), à Vigo (Peugeot), à Martorell (Seat) ou à Valence (Ford).

Pour l’aéronautique et la haute technologie, les sites de Getafe (communauté de Madrid), Illescas et Puerto Real (Andalousie) participent à la fabrication des avions Airbus.

L’Espagne a ouvert son économie à partir des années 1960 et plus sûrement après son adhésion à la CEE en 1986. Madrid est le principal centre universitaire et des affaires mais le secteur tertiaire est également développé à Barcelone. Cette ville a accueilli les jeux olympiques en 1992. L’Espagne est le deuxième pays d’accueil des touristes après la France. Elle bénéficie en effet d’atouts divers : les côtes méditerranéennes offrent des plages et des stations balnéaires réputées (Marbella, Malaga, Benidorm, Palma). Les îles Baléares sont ouvertes aux touristes d’Europe du nord. Les conséquences du développpement touristiques sont importantes : il s’agit d’une source importante de revenus. Mais la marbellisation et les problèmes de gestion de l’eau se font également sentir. Les touristes visitent également des villes au patrimoine riche, classé au patrimoine de l’Humanité (Ségovie, Saint-Jacques-de-Compostelle, Ávila, Caceres (Espagne), Salamanque, Tolède, Cordoue, Alcala de Henares).

Géographie des transports en Espagne

Le réseau des autoroutes rayonne à partir de Madrid. Les liaisons transversales sont rares (Bilbao – Valladolid ; Bilbao – Saragosse – Barcelone). Les autres voies importantes empruntent le littoral et les vallées fluviales. L’AVE, train à grande vitesse espagnol, relie Madrid à Cordoue et Séville.

Les principaux ports maritimes sont Bilbao, Tarragone et Algésiras. Cette dernière est la porte de l’Afrique : des ferries la relient à Tanger au Maroc.

L’aéroport international de Madrid-Barajas accueille 40 millions de voyageurs par an. L’aéroport des Baléares n’est pas en reste.

Géographie politique de l’Espagne

L’Espagne est divisée en 17 communautés autonomes et 50 provinces.

Géographie rurale de l’Espagne

L’exode rural entretenu par l’attrait des villes et la mécanisation de l’agriculture provoque la désertification des campagnes espagnoles. Ainsi, l’Espagne est le pays d’Europe avec la plus grande proportion de citadins.

Géographie urbaine de l’Espagne

Les centre-ville espagnols sont marqués par plusieurs influences :

  • L’influence romaine est encore visible dans plusieurs sites urbains (aqueduc de Ségovie, pont à Cordoue, remparts de Lugo, vestiges à Tolède et Tarragone…). Elle rattache les villes espagnoles aux autres cités méditerranéennes.
  • L’influence arabo-musulmane se fait surtout sentir en Andalousie. Les mosquées (transformées en églises avec la Reconquista), les alcazar ponctuent encore le paysage urbain de Séville, Tolède (Bab Mardum) ou Cordoue (Grande mosquée de Cordoue).
  • L’influence médiévale : plusieurs villes ont conservé leurs murailles ; le Moyen Âge est l’époque de l’extension du gothique par le nord.
  • L’âge d’or de l’Espagne : avec l’afflux des métaux précieux de l’empire espagnol, le visage des villes se transforme. Philippe II installe sa cour à Madrid.
  • L’urbanisme moderne s’exprime en particulier à Barcelone : au XIXe siècle, Ildefons Cerdà se penche sur le quartier de l’Eixample.

(Source : Wikipedia, licence GFDL)

Ebre

L’EBREL’Èbre (Ebro en espagnol, Ebre en catalan) est le plus puissant des fleuves espagnols. Sa longueur est de 928 km et son bassin versant a 85 550 km² de superficie.

Géographie de l’Ebre

Source
Jusqu’à peu, sa source était située à Fontibre (du latin, Fontes Iberis, ‘sources de l’Èbre’), à 880 mètres d’altitude, près de Reinosa dans la communauté autonome de Cantabrie. On estime aujourd’hui que l’Èbre prend naissance dans les sources de l’Híjar, à Peñalabra, à 1 980 m d’altitude et 27 km en amont de Reinosa.

Cours et embouchure
Son cours supérieur s’inscrit dans des gorges remarquables. Il traverse la Cantabrie, la Castille-et-León, Castille-La Manche, La Rioja, la Navarre, l’Aragon et la Communauté Valencienne avant de se jeter dans la Méditerranée en Catalogne, par un grand delta de 320 km² près de Tortosa (province de Tarragone), où l’ile de Buda divise le courant en deux bras principaux (Golas nord et sud). Les alluvions très abondantes qu’il charrie font avancer ce delta profondément dans la mer.

Près de 20% du delta sont des zones naturelles. Le parc naturel du delta de l’Èbre fut créé en 1983 par la province de Catalogne à la demande des habitants de la commune de Deltebre. Il constitue la zone humide la plus importante de Catalogne avec une superficie totale de 7 802 ha.

Régime fluvial
L’Èbre est un fleuve à débit important, au caractère irrégulier. À la fin de l’été se produisent des étiages significatifs dans tout le bassin conduisant à des débits d’un dixième du débit moyen. Durant l’hiver un étiage secondaire intervient, résultant des chutes de neige touchant une grande partie de son bassin, puisque son régime est pluvieux, accumulant les grandes réserves hydrauliques des Pyrénées, et dans une moindre mesure des monts Cantabriques et des monts ibériques. Au printemps, avec la fonte des neiges et les précipitations, il est à son débit maximal. Il atteint son second maximum à l’automne, à l’arrivée des pluies.

Les crues les plus importantes de ses cours haut et moyen interviennent à la fin de l’hiver, lors des chutes de neige de faible altitude suivies du dégel, surtout si celui-ci s’accompagne de pluies qui accélèrent la fonte. Lors de ces crues, ce sont les affluents gauches, tels que le Zadorra, l’Ega, l’Arga et l’Aragon, qui jouent le rôle le plus important. Ainsi les crues les plus significatives ont été constatées à Castejón, dans la Ribarra navarraise, ainsi qu’aux abords de Saragosse.

Le flux aval est régulé par les marais de Ribarroja et de Mequinenza, bien que des crues puissent toujours se produire, causées par le dégel des affluents pyrénéens tels que le Sègre, le Cinca, le Noguera Pallaresa et le Noguera Ribagorzana, ou plus bas par l’influence de l’arrivée des pluies automnales sur les affluents de l’aval. En dépit de ces débordements et inondations, c’est de nos jours le cours intermédiaire du fleuve qui a le plus souffert des crues du XXIe siècle.

L’irrégularité de l’Èbre est telle qu’à Tortosa on a constaté un débit de 32 m³/s en période de sècheresse et des pointes à 10 000 m³/s lors de certaines crues. En amont, on a pu mesurer des débits supérieurs à 1 000 m³/s à Miranda del Ebro. Dans le cours intermédiaire, un maximum de 4 950 m³/s a été constaté en 1961 à Castejón.

Régions traversées
Le fleuve arrose Miranda de Ebro (Castille-et-León), Logroño (La Rioja), Tudela (Navarre), Saragosse (Aragon). Son cours a été aménagé (canaux impérial et de Tauste, et barrages de l’Èbre, de Mequinenza et de Ribarroja) pour la production d’électricité, l’irrigation et la riziculture. Le débit moyen était en 1971 de 11 m³/s à Reinosa, 81 m³/s à Miranda de Ebro, 300 m³/s à Saragosse et 614 m³/s à Tortosa. L’irrigation intensive a depuis encore réduit ces valeurs. À l’embouchure, le débit devrait être de 745 m³/s contre 426 m³/s en 1994.

Villes arrosées par l’Ebre

[asa espagne]2200268416[/asa]
  • Miranda de Ebro
  • Logroño
  • Tudela
  • Saragosse
  • Tortosa

Production hydroélectrique
L’hydroélectricité du bassin fournit à l’Espagne 50 % de son électricité. La liste ci-dessous n’est pas exhaustive :

  • 74 centrales dans la province de Huesca, d’une puissance installée de 847 297 kW et d’une production de 2 787 000 000 kW/h.
  • 30 centrales dans la province de Saragosse, d’une puissance de 372 437 kW d’une production de 761 000 000 kW/h.
  • 34 centrales dans la province de Teruel, d’une puissance installée de 24 135 kW et d’une production de 28 000 000 kW/h.

Vidéo du delta de l’Ebre

[youtube:http://www.youtube.com/watch?v=3d8HktKPne4]

Histoire de l’Ebre

Le nom provient du latin Iberus qui le désignait dans l’Antiquité. On peut noter que le terme basque ibar signifie « berge de la rivière ».

Le fleuve a donné leur nom au peuple des Ibères, et de là, l’adjectif ibérique.

Le traité de l’Iber (-226) semble faire référence à ce fleuve (il reste quelques doutes).

Pendant la Guerre d’Espagne, l’Èbre a été le théâtre de l’une des batailles les plus importantes.

(Source, licence GFDL)