Visiter la Catalogne : ce qu’il faut savoir (vidéo, photos)

La Catalogne est une communauté autonome espagnole et reconnue comme « réalité nationale » depuis le 19 juin 2006, au sein de l’Espagne, au nord-est de la péninsule ibérique. La nationalité du citoyen catalan demeure espagnole. Sa capitale est Barcelone (Barcelona).

Où se situe la Catalogne en Espagne ?

Carte de la Catalogne en Espagne (plus les Canaries)

La Catalogne couvre une superficie de 31 950 km². Elle est entourée par les communautés autonomes de Valence et d’Aragon, la France, Andorre et la mer Méditerranée.

Plage, farniente et fiesta en Catalogne

La Catalogne possède de nombreuses plages sur toute la « côte sauvage », que l’on connaît davantage sous le nom de Costa Brava mais aussi sur la Costa Daurada. Partir en Espagne en été, c’est découvrir dans ces endroits de Catalogne une atmosphère festive et de farniente. Mais cette région est également très prisée pendant cette période. De nombreux vacanciers décidant de partir en Espagne choisissent Barcelone comme destination car c’est une ville très festive en Catalogne.

Les visites en Catalogne

Torre de l'Aigua - Sabadell

Il ne s’agit pas uniquement de passer son temps sur les plages et profiter du farniente en Espagne, partir en Espagne c’est aussi explorer les trésors que le pays a à offrir. La Catalogne possède une histoire très ancienne.
Vous pouvez ainsi découvrir les monastères cisterciens dans l’arrière-pays, le musée Dalí à Figueras où le célèbre peintre à vu le jour, visiter Gérone ou l’amphithéâtre romain de Tarragone. C’est également l’occasion de visiter les petits villages médiévaux de Catalogne comme le village de Púbol.

Mais la Catalogne c’est aussi des paysages. Les Pyrénées catalanes par exemple qui s’étendent du val d’Aran à la péninsule du cap de Creus, où l’on peut s’émerveiller devant de grands cirques naturels. Le massif de la Serra de Cadí. Le long des côtes au sud de la Catalogne, sur le Maresme et la Costa Daurada, se dessinent de superbes calanques ainsi que de longues plages de sable. Ainsi vous trouverez qu’en Catalogne il existe aussi des endroits plus tranquilles le long des plages comme à Llafranc. On peut également visiter si l’on se rend en Espagne les cordillères comme celles de Montserrat et de Montseny près de Barcelone.

Quelles langues parle-t-on en Catalogne ?

Les langues officielles de la Catalogne sont le catalan et le castillan. Cependant, dans la vie quotidienne, vous serez beaucoup confronté au catalan, surtout si vous entrez en relation avec l’administration. Depuis 2006, l’occitan, langue propre du Val d’Aran, est également officielle dans toute la Catalogne.

On trouvera donc ces différentes appellations : Catalunya en catalan, Cataluña en castillan et Catalonha en occitan.

Provinces et grandes villes de Catalogne

La Catalogne comprend quatre provinces : Barcelone, Gérone (en catalan Girona, en espagnol Gerona), Lérida (en catalan Lleida) et Tarragone (en catalan et castillan Tarragona).

Les trois plus grandes villes de la Catalogne sont Barcelone, Badalona et L’Hospitalet de Llobregat.

Mon guide - 50 gîtes espagnols pour s'échapper de la ville (et/ou faire du télétravail depuis l'Espagne !)
Mon guide – 50 gîtes espagnols pour s’échapper de la ville (et/ou faire du télétravail depuis l’Espagne !)

Vidéo de la Catalogne

La tradition catalane des Castellers : qu’est-ce que c’est ? Réponse (par Beatriz)

En plus de manger des tapas ou du chocolat à Barcelone, vous pouvez vous mettre dans la peau d’un vrai Catalan en découvrant la tradition des Castellers, histoire de rentabiliser au maximum votre séjour !

Que sont les Castellers ?

La question est plutôt qui sont-ils, car les Castellers sont les membres d’une organisation nommée Colla Castellera, qui fait des « castells ». Mais que sont donc ces fameux castells ?

#castellers

Les castells (littéralement : « châteaux ») sont des tours humaines qui suivent certaines règles précises, notamment en termes de structure. Vous trouverez ainsi 3 parties dans les castells :

  • la base (pinya)
  • la structure verticale (tronc)
  • le ommet (pom de dalt-canalla)

Les castells sont déclarés au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Cette pratique culturelle attire de nombreux locaux mais aussi touristes admiratifs devant la hauteur de ces tours. On trouve de plus en plus de castells et de castellers dans le reste de l’Espagne et même à l’étranger.

Comment se construisent ces pyramides humaines ?

La construction commence par la base, constituée des personnes ayant le plus de force, puis le castell monte au fur et à mesure. Le sommet est atteint par un enfant (anxaneta) qui est plus léger et agile pour se hisser jusqu’en haut.

Castellers

Parfois, les castells ont des structures plus complexes avec différentes bases, ce qui bien évidemment ajoute de la difficulté et du suspense. Et pour en faire un évènement divertissant, une musique est jouée pour accompagner la construction/le démontage du castell.

Origine des Castells

On pense que les Castells sont apparus dès le 15e siècle, et ont connu un essor avec les bals du 18e siècle. C’est pendant cette période que se développent trois grandes écoles : castellers de Vilafranca, de Tarragone et de Valls. La tradition des castells y est encore très forte, et d’ailleurs c’est à Tarragone qu’est organisé chaque année le concours de châteaux : « Cuncurs de castells ».

Très vite, un esprit de compétition s’est développé autour des castells, qui sont devenus une affaire de quartiers. Pour distinguer les castellers de différents quartiers, une couleur spécifique est attribuée à chaque habit.

Le costume du Casteller est ainsi composé de différentes pièces : pantalon, mouchoir, ceinture et chemise portés à chaque représentation et compétition.

Castellers rossi

Mais alors, qu’est-ce qui fait un bon castell ? Outre la difficulté du castell, la manière dont il est monté et démonté est importante (une chute lors du démontage est bien évidemment pénalisée).

Les castells sont partie intégrante de la culture catalane ; il serait donc dommage de ne pas en voir lors de vos vacances en Catalogne.

Les six bâtiments les plus élevés de Catalogne

A noter que tous ne sont pas particulièrement touristiques.

  • la Torre Collserola (Barcelone) : 288 m,
  • les tres xemeneies (Badalona) : 200 m,
  • la Torre Mapfre (Barcelone) : 154 m,
  • l’Hôtel Arts (Barcelone) : 154 m,
  • la Torre Agbar (Barcelone) : 142 m
  • et la Sagrada Família (Barcelone) : 107 m pour les deux tours centrales et 98 m pour les deux extérieures. Le projet prévoit la construction d’autres tours, dont une de 170 m.

La ou les Catalogne ?

« Catalogne » est un terme utilisé aussi au sens large et historique pour désigner l’ensemble des pays de langue catalane, appelés plus communément actuellement Països catalans ou pays catalans. On compte : Andorre, Principat de Catalunya, Îles Baléares, Catalunya-nord (Pyrénées-Orientales), País Valencià (Communauté Valencienne), Franja de ponent (en Aragon), l’Alguer (localité de l’île de Sardaigne, Italie) – (Source partielle).

Où partir en famille en Catalogne ?

La Catalogne a été à l’avant-garde européenne du développement d’une marque certifiée pour des destinations particulièrement soucieuses du tourisme familial.

Destination de tourisme en famille

« Turisme de Catalunya » a créé la marque « Destination de Tourisme en Famille » (DTF), un label de spécialisation des destinations, une offre d’hébergement et de restauration adaptée aux besoins des familles : garderie sur la plage, zone de jeux pour enfants, service de baby-sitter polyglottes, surveillants des zones de jeux, chaises pour enfants dans les restaurants, chambres qui communiquent…

Neuf destinations sont actuellement titulaires de la certification DTF :

  • Salou (Costa Daurada)
  • Calafell (Costa Daurada)
  • Cambrils (Costa Daurada)
  • Calella (Costa de Barcelona Maresme)
  • Santa Susanna (Costa de Barcelona Maresme)
  • Pineda de Mar (Costa de Barcelona Maresme)
  • Malgrat de Mar (Costa de Barcelona Maresme)
  • Blanes (Costa Brava)
  • Torroella de Montgrí-L’Estartit (Costa Brava) – Source : Office de tourisme de Catalogne

Mataro

Mataro

Mataro est une ville située dans le nord-est de l’Espagne en Catalogne, à côté de la mer (Costa Brava) et des montagnes de la chaîne Serralada Litoral.

Que voir, que faire, que visiter à Mataro ?

Mataro est un centre culturel important dans la comarca (département, environ) du Maresme, dont elle est la capitale. Il y a 2 musées et un parc, le Parc Central ; ce dernier est très grand et dispose de coins pour les enfants et la famille. Le centre est composé de rues piétonnes, les boutiques se situent à la Riera et à la Rue Barcelona. Il y a aussi un centre commercial, le Mataró Parc, à côté de l’hôpital. Avec l’accroissement de la population, un quartier est né avec des appartements plus modernes : La Via Europa.

Mataro en fête

En juillet, Mataro connaît une période de fête, Les Santes. Il y a beaucoup de concerts gratuits et des activités pour la famille et les enfants. On fait des « cercavila » avec les « gegants », des grosses figures de papier mâché qui représentent des personnes importantes dans le passé de la ville. Ces « gegants » s’appellent Robafaves, Tonet, Geganta et Gegantona. Avec la musique que jouent les groupes, ces géants dansent (ils sont portés par des hommes) dans les rues de la cité. Dans les cercavila il y a aussi les Momerotes, des figures de vaches qui ont du feu aux cornes et les Diablesses, des gens avec un vêtement de diable qui font du feu en roulant. Pendant les Santes, on fait le Correfoc, un itinéraire nocturne dans les rues avec du feu qui sort des murs et des arbres. Après, il y a la Ruixada, où on se refraîchit avec de l’eau en écoutant de la musique au Parc Central. Les gens n’hésitent généralement pas à s’y mouiller en pleine nuit pour l’occasion.

Un peu d’histoire…

Les origines de la ville de Mataro remontent à l’époque romaine, sous le nom d’Iluro. L’héritage précieux de cette époque-là se manifeste par la Villa romaine Torre Llauder, de la fin du 1er siècle av. J.C.

On peut faire un parcours à travers son histoire, de l’ancienne Iluro romaine et trouver en même temps, du baroque, des influences architectoniques coloniales et un témoignage remarquable de l’art moderniste grâce à un de ses représentants les plus importants : l’architecte originaire de Mataro, Josep Puig i Cadafalch.

La première ligne des chemins de fer construite dans la péninsule ibérique fut une courte ligne reliant Barcelone à Mataro mise en service en 1848 !

Découvrez Lérida

LERIDA
Carte : localisation de Lérida en Espagne

Lérida (Lleida en catalan) est une ville située dans le nord-est de l’Espagne, dans la communauté autonome de Catalogne. Lérida est la capitale de la province du même nom. L’agriculture et le tourisme sont les principales activités économiques de Lérida.

Monuments de Lérida

Monuments religieux

  • Cathédrale de la Seu Vella, le monument le plus emblématique. Sa construction commença en 1203, sous la direction de Pere de Coma qui fut le premier maître d’œuvre et l’auteur des plans. Elle fut consacrée sous l’invocation de Santa María le 31 octobre 1278. Au XIVe siècle fut achevée la construction du cloître et débutèrent les travaux du clocher qui durèrent jusqu’en 1431.
  • Nouvelle cathédrale, néoclassique
  • Église Sant Llorenç (XIIe siècle) avec retable (XVIe siècle).

Monuments civils

  • Alcazar de la Suda
  • hôpital Santa Maria (XVe siècle)
  • Parc de la Mitjana. Un parc naturel à l’extérieur de Lérida, le plus grand de la ville
  • Centre d’Art de la Panera : centre d’art contemporain.
  • Museu Diocesà i Comarcal (Musée Diocésain et Comarqual)
  • Museo Morera (peinture)
  • Sala Cristófol
  • Sala Mercat del Plà
  • Río Segre
  • Campos Elíseos. Un jardin dans le style français avec une grande bâtisse et une zone où on organise des concerts et des foires.
  • Auditorium Municipal Enric Granados
  • Musées

Quelles températures à Lérida ?

CLIMAT LERIDA
Climat de Lérida

Véronique Sanson

« Lérida » est aussi le titre d’une chanson de Véronique Sanson, sortie dans son album 7ème, paru en 1979.

Education à Lérida

Il existe une université depuis 1300. Elle fut pendant très longtemps l’unique université de Catalogne.

Aéroport de Lérida (aéroport Lleida-Alguaire)

L’aéroport de Lérida (officiellement aéroport de Lleida-Alguaire en catalan) est situé sur une aire de 367 hectares du territoire municipal de Alguaire. L’aéroport Lleida-Alguaire est assez proche de la ville de Lérida (Lleida) par l’autoroute A-14. Enfin, des lignes de car relient Lérida (Lleida) à l’aéroport Lleida-Alguaire.

Brève histoire de Lérida

Lérida s’appelait autrefois Iltrida et Ilerda. En -49, la bataille d’Ilerda opposa Jules César et Pompée. Les Maures s’emparèrent de la ville. Le comte Ramon Berenguer IV parvint à la reconquérir.

Lérida fut également le théâtre de plusieurs batailles durant la Guerre de Trente Ans :

  • Le 7 octobre 1642 voit la victoire des Franco-Catalans commandés par le maréchal de la Mothe lors de la Bataille de Lérida mais les Français sont forcés de se retirer.
  • Le premier siège de Lérida : au mois de mai 1646, l’armée française commandée par le comte d’Arcourt, met le siège devant Lérida. Elle doit de retirer le 22 novembre.
  • Le second siège de Lérida, est un nouvel échec pour l’armée française commandée cette fois par Louis II de Bourbon-Condé. (Source)

Où trouver un camping à Lérida et autour ?

  • CAMPING VALL D’AGER
    25691 AGER – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING LES CONTIOLES
    Ctra.Lleida-Puigcerdá, km.13,4
    25571 AINET DE CARDÓS – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING VALL FERRERA
    Ctra Llavorsi – Areu, km 13
    25574 ALINS – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING PICA D’ESTATS
    Ctra.Llvorsí-Areu
    25575 ÁREU – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING ARTIGANE
    Ctra.N-230, km.171
    25537 ARRÒS – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING ERA YERLA
    Ctra.Viella-Baqueira
    25599 ARTIES – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING BETA
    Ctra. N-260, km.288
    25593 BARO – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING BONETA
    Camino del Riu
    25527 BARRUERA – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING SOLANA DEL SEGRE
    Ctra. N-260, km.198
    25720 BELLVER DE CERDANYA – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING ESPALIAS
    Ctra.N-230, km.180
    25550 BOSSÒST – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING ZODIAC
    Ctra.C-13, km.66
    25621 CAMARASA – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING LA COMELLA
    Ctra.Silorens-Organya
    25283 CAMBRILS DELS PIRINEUS – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING BUCHACA
    Ctra.Sant Joan de l’Herm
    25712 CASTELLBÒ – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING LA RIBERA
    25290 CLARIANA DE CARDENER – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING PONT D’ARDAIX
    Ctra.N-260, km.210
    25723 EL PONT DE BAR – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING ALTA RIBAGORÇA
    Ctra.N-230, km.131
    25520 EL PONT DE SUERT – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING CAN ROIG
    Ctra.Boí
    25520 EL PONT DE SUERT – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING DEL REMEI
    Ctra Vall de Boi, km 1,5
    25520 EL PONT DE SUERT – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING PRADO VERDE
    Ctra.N.230, km.174
    25551 ERA BORDETA – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING SOLAU
    Sant Maurici, s/n
    25597 ESPOT – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING VORAPARC
    Ctra.Sant Maurici
    25597 ESPOT – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING FRONTERA
    Ctra.Andorra, km.8
    25799 LA FARGA DE MOLES – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING NOU CAMPING
    Ctra.C-147 Viella-Tremp
    25597 LA GUINGUETA – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING VALL FOSCA
    Ctra.Sentera-Cabdella
    25515 LA TORRE DE CABDELLA – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING CAUARCA DEPORTUR
    Camí Paisas, s/n
    25540 LES – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING SOL I FRED
    Mayor, s/n
    25555 LES ESGLESIES – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING GRAN SOL
    Ctra.N-260, km.230
    25711 MONTFERRER – LLEIDA (Espagne)
  • CAMPING LA RIBERA SALADA
    Finca La Penella
    25289 OGERN – LERIDA (Espagne)
  • CAMPING LA BORDA DEL PUBILL
    Ctra.Tavascan, km.9,5
    25570 RIBERA DE CARDÓS – LERIDA (Espagne)
  • CAMPING SENTERADA
    Ctra.L-503, km.0,5
    25514 SENTERADA – LERIDA (Espagne)
  • CAMPING NOGUERA PALLARESA
    Ctra. Sort-Rialp, km 0,1
    25560 SORT – LERIDA (Espagne)
  • CAMPING TAÜLL
    Ctra.Taüll
    25528 TAÜLL – LERIDA (Espagne)
  • CAMPING BORDES DE GRAUS
    Ctra.Pleta del Prat, km.5
    25577 TAVASCAN – LERIDA (Espagne)

Comment apprendre le catalan en ligne et gratuitement

Le catalan n’est pas seulement une langue mais c’est aussi une partie intégrante de la culture de la Catalogne. Elle est parlée par plus de 70% de la population alors qu’environ 85% de la population est bilingue catalan/castillan. Barcelone est une ville espagnole mais elle fait avant tout partie de la Catalogne et en est sa capitale administrative et économique.

Si vous faites votre séjour en Catalogne, essayez d’écouter attentivement et de faire attention à toutes les indications de la vie quotidienne (panneaux, administration, restaurant, transports) et vous remarquerez que le catalan prédomine à Barcelone (à part bien sûr dans les zones très touristiques).

Même si les touristes s’expriment généralement en espagnol castillan (ou en anglais) et que les Barcelonais parlent le catalan ET le castillan, je vous conseille tout de même d’apprendre quelques mots en catalan. Cela vous revaudra sûrement un accueil très chaleureux, la reconnaissance et parfois même prix bradés dans les marchés de rues ! Et puis même si vous avez un piètre accent (comme moi…) ils savent très bien que c’est l’effort qui compte.

Mots français d’origine catalane

  • sardane (sardana), abricot (albercoc) lui-même emprunté à l’arabe (al-barquq), qui l’avait pris au grec (barc), lequel l’avait emprunté au latin !
  • aubergine (albergínia) lui aussi emprunté à l’arabe (al-bâdindjân), qui l’avait pris au perse, lequel l’avait pris de l’Inde
  • baraque (barraca)…

Écriture et orthographe du catalan

Le catalan utilise l’alphabet latin enrichi de digrammes, de signes diacritiques (accent aigu, accent grave, point médian dans le digramme l·l (apellé ela geminada), cédille sous c, tréma) et de lettres diacritiques (u après g et q, i devant x et g). Il existe de nombreuses diphtongues, représentées par des paires de voyelles.

L’alphabet catalan est le suivant :

a (à), b, c (ç), d (dj), e (é è), f, g (gu, ig) h i (í ï), j k l (ll, l·l) m n (ny) o (ó ò) p q (qu) r (rr) s (ss) t (tg, tj, tx) u (ú ü) v w x (ix) y, z

Les lettres entre parenthèses sont les variantes possibles (avec diacritiques, dans des digrammes…) qui ne comptent pas comme lettres indépendantes. On classe les voyelles portant un accent aigu après les simples et avant celles portant le grave puis le tréma. Quand des homonymes sont distingués par l’accentuation, l’accent final précède les autres places (animà avant ànima).

Prononciation du catalan

Ne sont indiquées que les principales différences avec le français (sur la base du catalan central, proche de la variante Barcelonaise) :

  • a et e, en position non accentuée, sont comme le e non tonique en allemand : català=keteLa, televisió=telebizio, camí (chemin) =kemi, cama (jambe) =kame.
  • o en position non accentuée se prononce « ou » : ofert (offert)=oufertt, només (seulement)=nouméss, ferro (le fer) =ferrou.
  • u prononcé toujours ou : vingut (venu) =binngoutt, bufar (souffler) =bouffa.
  • h : toujours muet, même après un c dans certains noms propres : Bosch =bosk.
  • l : plus vélaire qu’en français, proche du « l sombre » anglais ou du l dur polonais ou russe : català=keuteuLa.
  • ll (l palatal ou mouillé) : comme le ll de « fille » llengua (langue) =yenngoue, palla (paille)=paille.
  • tll : l palatal doublé : batlle (maire) =ballye.
  • l·l (l géminé) : double l (pour le distinguer du l palatal): col·lega (collègue)=coul-lègueu, intel·ligent =inntel-ligenn.
  • m et n ne donnent jamais lieu à des voyelles nasales : món (monde) =monn, rampa (rampe) =rammpe.
  • ny (n palatal) : comme le gn français ou le ñ castillan : juny (juin), Catalunya (Catalogne), Perpinyà (Perpignan).
  • r : comme en castillan, roulé légèrement dans le corps d’un mot, plus fortement en tête du mot ou s’il est doublé, généralement muet dans les terminaisons.
  • v : se prononce v comme en français, il se prononce de manière dégradée b dans certains parlers méridionaux (zones de Valence et Tarragona).
  • ig : se prononce tch : puig (montagne) =poutch, mig (demi)=mitch, sauf exception : càstig (châtiment) =kasstik.
  • x : se prononce comme le ch français au commencement d’un mot : Xina (Chine), après une consonne : marxa (marche) ou après un i ou une diphtongue : caixa (caisse) ; dans les autres cas il se prononce comme en français (boxa, taxi, examen).
  • ai, au, ei, eu, oi, ou sont des diphtongues en catalan, ne pas confondre avec les «fausses diphtongues» du français : peu (pied) =pèou, rei (roi) =rèi, taula (table) =taouleu, bou (bœuf) =bo’ou.

Statut et diffusion du catalan

Le catalan est utilisé quotidiennement et son usage tend à s’étendre. Interdit sous Franco, il restait malgré tout une langue parlée. Depuis la nouvelle Constitution espagnole de 1978, cette langue est devenue langue officielle de la Catalogne, les Îles Baléares et le Pays Valencien (sous la dénomination du « valencien ») à égalité avec le castillan. On trouve en Catalogne une abondante littérature catalane et toutes les librairies, y compris dans les grandes surfaces, proposent des ouvrages écrits ou traduits en langue catalane. De même, la signalisation routière est en catalan, doublée par des panneaux en castillan.

Les universités catalanes donnent leurs cours en catalan de préférence (cf. une illustration réaliste dans le film L’auberge espagnole), y compris des cours très techniques.

Kit de survie pour apprendre le catalan


Français

Catalan
BonjourBon Dia / Bona tarda
Bonsoir / Bonne nuitBona nit
Au revoirA reveure
Salut, tchao !Adeu
A tout à l’heureFins després
A demainFins demà
D’accordD’acord
Comment vas tu ?Com estàs?
Je ne parle pas catalanNo parlo català
Ça va, merciEstic bé, gràcies
Parles-tu français ?Parles francès?
Comment t’appelles-tu ?Com et dius?
Combien ça coûte ?Quant val?
Je m’appelleEm Dic
Je ne comprends pasNo ho entenc
Enchanté(e)Encantat(da) de coneixe’t
Où sont les toilettes ?On és el bany?
J’ai 25 ansTinc 25 anys
OuvertObert
FerméTancat
Quelle heure est-il ?Quina hora és?
S’il vous plaîtSi us plau
Au voleur !¡Lladre!
Merci beaucoupMoltes Gràcies
Je suis perdu(e)Estic Perdut(da)
De rienDe res
Appelez le médecinTruqueu a un metge
OuiSi
NonNo
Je ne mange pas de porcNo menjo porc
Je suis végétarien(ne)Sóc vegetarià(na)
PardonHo sento. Perdó!
Sel et PoivreSal i Pebre
BierreCervesa
EauAigua
L’additionEl compte

terre

terra

ciel

cel

feu

foc

homme

home

femme

dona

manger

menjar

boire

beure

grand

gran

petit

petit / xicotet

nuit

nit

jour

dia / jorn

anglais

anglès / anglés

pourquoi

per què

Valence

València

A noter : vous entendrez souvent le mot « Merci » mais ce n’est pas du catalan, il s’agit d’un mot pris du français. La manière correcte est « Gràcies » ou « Mercès ».

Et pour ceux qui veulent encore plus apprendre le catalan (et toujours gratuitement !), la Généralité de la Catalogne met à disposition un site d’apprentissage en ligne du catalan avec plusieurs activités interactives : Parla.CAT.

Brève histoire de la langue catalane

  • IXe siècle : le catalan est une forme de langue romane issue du latin vulgaire, parlée dans la Marche Hispanique établie par l’empire carolingien, dont fait partie également l’Andorre.
  • Début du XIIe siècle : premières traces écrites du catalan retrouvées sur des fragments de versions du Forum Iudicum et du livre de sermons Les Homilies d’Organyà.
  • 1275 : Raymond Lulle (Ramon Llull) (1235-1315) écrit le Livre du Gentil et des trois Sages (Llibre del gentil i els tres savis), dont le sujet est la théologie des trois monothéismes. On considère qu’il s’agit là de l’acte de naissance du catalan comme idiome reconnu et comme langue littéraire indépendante de l’occitan.
  • Du XIIe siècle au XIVe siècle, influence de la littérature occitane et des troubadours.
  • 1490 : publication à Valence du roman chevaleresque Tirant le Blanc (Tirant lo Blanc), écrit par Joanot Martorell.
  • XIXe siècle : après une éclipse au XVIe siècle et au XVIIIe siècle, on assiste à une renaissance (Renaixença) des lettres catalanes, induite par le Romantisme, tant en poésie avec Jacint Verdaguer (1845-1902) ou Joan Maragall (1860-1911), que théâtre avec Àngel Guimerà (1845-1924) et roman avec Narcís Oller (1846-1930).
  • 1912 : Pompeu Fabra (1868-1948), grammairien et lexicographe, publie sa grammaire qui unifie enfin l’orthographe catalane (Gramàtica de la llengua catalana).
  • 1967 : premier concert du chanteur catalan Lluís Llach (1948-), symbole de résistance de la langue catalane contre le franquisme (chanson L’estaca).
  • 1979 : avec l’autonomie de la Catalogne et des autres communautés autonomes de langue catalane, le catalan regagne son statut de langue co-officielle, perdu depuis la fin de la IIe République espagnole (1931-1936).
  • 1993 : premier discours en catalan à l’Organisation des Nations unies, prononcé par Òscar Ribas Reig, lors de l’entrée de l’Andorre (Principauté d’Andorre) à l’ONU.
  • 2005 : le 16 novembre, le Président du Comitè des Régions Peter Straub signe un accord qui pour la première fois, permet l’usage du catalan, du basque et du galicien dans une institution de l’Union Européenne. L’ex-Président de la Generalitat de Catalunya, Pasqual Maragall (qui a été Président du Comité des Régions de 1996 à 1998) s’est adressé officiellement et pour la première fois au Comitè des Régions en catalan.

Le catalan (en catalan : català) est une langue appartenant à la branche romane de la famille des langues indo-européennes. Le catalan compte 9 millions de locuteurs en Catalogne, dans la Communauté autonome de Valence (où il est appelé « valencien »), aux îles Baléares, en Andorre (où il est la seule langue officielle mais où l’on parle aussi l’espagnol et le français), en Roussillon (France), dans la Franja de Ponent (Aragon) et à Alghero (Sardaigne).

Le catalan est issu du latin vulgaire des Pyrénées catalanes (v. 900). Depuis le XVe siècle il a subi l’influence du castillan ou espagnol, comme en témoignent de nombreux doublets (cercar/buscar, restar/quedar, vós/vostè, etc.). Il est cependant erroné de le présenter comme un dialecte de l’espagnol car il partage davantage de points communs avec l’occitan, sa langue soeur.

Par opposition au castillan, qui s’est imposé de fait à toute l’Espagne, une forte revendication est née en Catalogne demandant la reconnaissance officielle du catalan, qui a été acquise dès la mort de Franco. Cette reconnaissance a été demandée aussi par le gouvernement espagnol auprès de la Commission européenne en 2004 (car 9 millions de personnes parlent le catalan en Europe, beaucoup plus que le maltais, l’estonien, etc.). Aujourd’hui, dans l’Union européenne, il est possible d’utiliser le catalan bien qu’il n’en soit pas langue officielle.

L’intercommunicabilité (orale et écrite) entre les diverses variantes du catalan est d’environ 95 %. On distingue habituellement deux grandes familles dialectales. Premièrement, la famille « orientale » qui comprend le catalan central, parlé à Barcelone et à Gérone, et le catalan insulaire, parlé dans les îles Baléares et le roussillonnais. La deuxième grande famille est appelée par opposition occidentale et regroupe le catalan nord-occidental, parlé autour de Lérida (Lleida), ainsi que le valencien. (Source)

Crise en Catalogne : quelles conséquences pour votre prochain voyage ?

En Catalogne, depuis la tenue d’un référendum le 1er octobre 2017, la situation politique est en pleine évolution : faut-il annuler ses réservations de voyage ?

En effet, indépendantistes et unionistes se font face et expriment leur opinion dans les rues et depuis quelques semaines la tension est montée de plusieurs crans. Or, à l’heure où certains d’entre vous réfléchissent déjà à réserver leurs prochaines vacances en Espagne, on peut se poser la question : est-il risqué de faire ses réservations pour la Catalogne ?

Ma réponse est : non ! D’une part, la sécurité n’est pas (à ce jour) menacée et d’autre part bien que très nombreux, les indépendantistes ne sont pas majoritaires en Catalogne. Enfin, c’est une région qui vit beaucoup du tourisme donc ne vous retenez pas si vous avez envie de visiter ce coin d’Espagne 😉

Pourquoi ça coince en Catalogne ? En bref

Il est important de comprendre l’histoire de la Catalogne pour savoir comment appréhender l’actualité.

La Catalogne fait partie des 17 régions autonomes d’Espagne (on les appelle les « communautés autonomes »). Les 7,5 millions d’habitants catalans sont généralement très fiers de leur héritage historique et culturel et vous l’aurez sans doute remarqué lors de vos vacances à Barcelone par exemple : le catalan est utilisé partout, les drapeaux catalans flottent à tous les coins de rue, les « Mossos » sont les gardiens de l’ordre, etc.

Cependant, il faut se représenter l’Espagne non pas comme la France mais plutôt comme l’Allemagne : un Etat fédéral en quelque sorte. En effet, les régions espagnols ont leur propre parlement.

Ce qui coince ? Le fait que ce soit le gouvernement central, Madrid, qui ait encore le contrôle sur certains points comme le budget par exemple. La contradiction ? La Catalogne a signé la constitution de 1978 où ces attributions étaient définies et a obtenu, au fil des années, de plus en plus d’autonomie par rapport à d’autres régions espagnoles.

Indépendance de la Catalogne déclarée

Le 27 octobre 2017, le parlement catalan déclare l’indépendance de la Catalogne et prend ainsi le risque de conséquences imprévisibles. Bien que cette indépendance ne fut que de courte durée puisque « suspendue » par ce même parlement pour ouvrir des discussions avec Madrid, cette décision n’en marque pas moins un niveau de tension maximum.

Suite à cette déclaration d’indépendance, l’Etat espagnol décide d’appliquer l’article 155 de la constitution espagnole qui permet à Madrid de reprendre la main sur une région. C’est ainsi que Mariano Rajoy, premier ministre, révoqua le parlement catalan ainsi que les responsables de la sécurité locale. Des élections sont donc prévues le 21 décembre 2017 afin d’élire un nouveau parlement catalan qui pourra reprendre le flambeau et gérer l’autonomie retrouvée de la Catalogne.

Un futur incertain

Les relations entre la Catalogne et Madrid restent fragiles et l’économie catalane commence à ressentir les effets de cette situation politique (départs d’entreprises, hésitations voire annulations de réservations de voyage).

Malgré tout, à ce jour le quotidien en Catalogne reste normal : hôtels et restaurants sont ouverts comme d’habitude. Les plus sereins d’entre-vous pourront même profiter d’une période de voyage avantageuse côté budget !

Un conflit qui pourrait faire tache d’huile ?

Bien qu’il existe des revendications séparatistes dans d’autres régions espagnoles comme le Pays basque, l’Andalousie ou encore les Baléares, il est prématuré de penser que la Catalogne servira d’exemple à communautés autonomes espagnoles.

Découvrir Badalona

Badalona est une ville d’Espagne, dans la banlieue de Barcelone, en Catalogne. Badalona est peuplée de 250 000 habitants et sa superficie est de 22,5 km². Elle est composée de 35 quartiers. Le plus vaste est le numéro huit « Canyet ». L’altitude maximum de la ville est de 485 mètres.

Les monuments de Badalona

Il y a beaucoup d’églises à Badalona, les deux plus grandes sont :

  •  L’église Sant Josep est située dans le centre de Badalona vers « el carrer Enric Borras » et plus exactement au numéro 20 et 24 du « pasatge ventos mir ». L’église mesure environ 65 mètres de hauteur. Elle a été construite en 1860. C’est la plus grande église de la Badalona. Elle peut contenir environ 1000 personnes assises.
  •  L’église Santa Maria est située dans le quartier Dalt Villa sur une sorte de colline. L’église mesure environ 45 mètres de hauteur. Elle a été construite au XVIIIe siècle.

Badalona est aussi une ville très industrielle, les trois gigantesques cheminées de la Fecsa (Las tres chimeneas) sont l’un des plus importants symboles de la ville. Ces cheminées mesurent chacune 200 mètres de hauteur. Le premier bloc mesure 90 mètres et la cheminée (qui est sur le bloc) mesure 110 mètres. Elles ont été construites en 1972 à l’emplacement de l’ancienne centrale thermique de Badalona.

Près de ces trois cheminées, il y a deux centrales thermiques qui sont inutilisées et qui mesurent 90 mètres de hauteur. Elles ont été construites en 1968.

À l’est de ces deux centrales se trouvent deux vieilles cheminées de 60 mètres de hauteur.

La plage de Badalona

Le port de Badalona vient d’être inauguré en 2005. Il se situe à deux kilomètres des centrales thermiques.

Avec ses 6 km de côte, la plage de Badalona est l’une des plus longues de Catalogne.

Le passage maritime de Badalona a été prolongé sur un kilomètre.

Les villes qui entourent Badalona

Badalona est entouré par les villes de Sant Adrià del Besòs (35 000 hab.) au sud-est, Santa Coloma de Gramenet (115 000 hab.) au sud-ouest, Montgat (10 000 hab.) au nord-est et Tiana (6 500 hab.) au nord-ouest.

Personnalités célèbres de Badalona

  • Luis Javier Garcia Sanz, footballeur ( 1978 – ) (Source : Wikipedia)

Découvrir La Junquera

La Junquera (La Jonquera en catalan) est une localité d’Espagne située en région de Catalogne et province de Gérone.

La Junquera doit son dynamisme au commerce frontalier à bas prix, ce depuis les années 1950. Il s’agit aussi d’une étape principale pour les conducteurs routiers par le nombre d’infrastructures érigées à leur intention (stations-services et restaurants routiers mais aussi maisons closes). Sa situation privilégiée sur l’axe Barcelone – Montpellier participe à ce dynamisme. La partie espagnole du village frontalier Le Perthus dépend administrativement de La Junquera.

Hameaux : Canadal : 9 habitants, els Límits : 15 habitants, qui touche le Perthus, Requesens : 0 habitant, Sant Julià : 4 habitants.

Monuments et lieux de La Junquera

  • Eglise Paroissiale de Santa Maria, achevée en 1791. La façade est le seul élément que est conservé de l’ancien édifice construit au début du XVe siècle.
  • Château de Rocabertí. Ce château se trouve au sommet d’un piton granitique au nord de Santa Llúcia. On peut voir des restes du portail d’entrée, d’une tour triangulaire et ceux de la chapelle dédiée à Sant Romà.
  • Château de Requesens fut reconstruit à la fin du XIXe siècle par le comte de Peralada Tomàs de Rocabertí-Dameto (mort en 1898) et achevé par sa sœur Joana Aldelaida. il a été inauguré le 24 juin 1899.
  • Château de Canadal conserve des restes de fortification des XIVe et XVe siècles. Il faisait partie des biens des vicomtes de Rocabertí. Actuellement, il abrite un restaurant.
  • Ca n’Armet, grande maison de la Grand Rue.
  • Tours, une à l’est et l’autre à l’ouest.
  • Monuments megalitiques : Dolmen Mas Baleta I, Dolmen Mas Baleta II, Dolmen Mas Baleta III, Dolmen dels Estanys I,
    Dolmen dels Estanys II, Dolmen dels Estanys III, Menhir dels Estanys I, Menhir dels Estanys II, Dolmen de Canadal, Dolmen del Coll del Madas II, Dolmen dels Mescalants, Dolmen el Pedreguer / Pla de l’arca.
  • La Via Augusta.

Brève histoire de La Junquera

L’époque néolithique à laissé à La Junquera des monuments mégalithiques : dolmens, menhirs, dans les zones de Mas Baleta, els Estanys, Canadal, Requesens et Sant Pere de Pla de l’Arca.

A l’époque romaine, les deux voies romaines, la Voie Domitienne qui traversait les Pyrénées au Col du Perthus (Col de Panissars) et la Via Augusta se rejoignaient à La Junquera.

Au Moyen Âge, l’habitat apparait très dispersé, sans aucune concentration huamine (village ou ville).

En 1453 une charte de peuplement est accordée à La Junquera. A cette époque, La Junquera était constituée par deux centres urbanisés et bien différenciés : la Força (enceinte fortifiée) et un quartier hors les murs mais touchant le précédent.

La Paix des Pyrénées, signée en 1659 par les monarchies espagnole et française, a marqué l’histoire locale de La Junquera. Le transfert du Roussillon à la France et la fixation de la nouvelle frontière suivant la chaîne des Pyrénées ont converti La Junquera en un village frontalier (source).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Espagne Facile : qui, quoi ?

Linda, passionnée de l'Espagne, je partage avec vous mes découvertes, lieux à visiter, recettes de cuisine, fêtes, conseils, bons plans, etc. J'écris sur l'Espagne depuis 2002 pour promouvoir la culture espagnole.

Je vous invite aussi à découvrir un autre visage de l’Espagne, loin de la foule et du tourisme de masse : l’Espagne authentique : villages espagnols, traditions, patrimoine oublié, Urbex, randonnées, etc. Pour un tourisme plus vert, un tourisme rural, plus responsable, éthique et plus enrichissant.