Qui était Christophe Colomb ? Biographie

CHRISTOPHE COLOMBChristophe Colomb (1451, 20 mai 1506 à Valladolid, Espagne, lieu et date de naissance controversés), navigateur, marchand et vice-roi des Indes, nommé par la reine Isabelle de Castille, fut le premier européen de l’histoire moderne à traverser l’Océan Atlantique et à découvrir une route d’aller-retour entre le continent américain et l’Europe. Ses voyages marquent le début de la colonisation de l »Amérique par les européens.

Origines de Christophe Colomb

Controverse sur sa naissance
Il y a plusieurs versions sur son origine, la plus traditionnelle soutient qu’il est né en 1451 probablement à Gênes ou Savone, Italie. Une maison dite natale de Colomb se trouve aussi à Calvi, Haute-Corse, citadelle génoise à l’époque. Marie-Nicolas Bouillet indique qu’il était fils d’un fabricant de draps de Gênes. Son frère était Bartolomeo Colomb.

Les recherches d’Augusto Mascarenhas Barreto ont recemment avancées la possibilité de son origine portugaise. Christophe Colomb serait ainsi né au Portugal d’une famille juive. D’ailleurs il donna le nom de Cuba à l’île actuelle en référence à une terre de l’Alentejo, la ville Vila de Cuba au district de Beja, Portugal.

D’autres sources alternatives présentent l’hypothèse de son origine catalane, et placent sa ville de naissance dans le royaume d’Aragon.

Les débuts marins de Christophe Colomb (1476)

En 1476, il embarque sur un convoi en partance pour Lisbonne puis l’Angleterre. Le convoi est attaqué par les Français et Christophe Colomb se réfugie à Lagos puis part chez son frère, cartographe à Lisbonne. Il épouse en 1479 Dona Felipa Perestrello e Moniz d’une famille de noblesse portugaise, fille de Bartolomeu Perestrelo, un des découvreurs des îles de Madère et de Porto Santo, avec qui commença la colonisation en 1419-1420. Felipa meurt peu de temps après la naissance de leur seul fils, Diego Colomb, qui est né en 1480 sur l’île Madère. Christophe Colomb se perfectionne alors dans les sciences de la navigation, avec les cartes que son épouse apporta en dot : les cartes des vents et des courants des possessions portugaises de l’Atlantique qui appartenaient à Bartolomeu Perestrelo en voyageant notamment pour le roi portugais en Afrique.

Christophe Colomb : le projet de voyage aux Indes

C’est aux alentours de 1484 que l’idée de passer par l’Atlantique pour aller aux Indes lui vient («rejoindre le Levant par le Ponant»).

Le jeune navigateur est loin d’être le seul à penser à une telle chose. Une partie de la communauté scientifique de l’époque croit en la probabilité d’une telle expédition grâce notamment aux écrits de Ptolémée qui a même fait des estimations sur la distance à parcourir : 16 090 km. La distance, très largement fausse, paraît trop importante à Christophe Colomb qui la réduit à 2 414 km.

Le futur explorateur n’est pas au bout de ses peines. Un groupe d’experts choisi par le roi Dom João II (Jean II du Portugal) rejette son projet. Christophe Colomb se tourne alors en direction des chefs d’États rivaux du Portugal. Il est reçu par Isabelle de Castille en 1486 mais une réponse négative lui est à nouveau rendue en 1490. En 1491, sa demande est en passe d’être acceptée mais sa trop grande ambition fait échouer sa quête, il veut notamment être vice-roi de toutes les terres découvertes et obtenir un titre de noblesse. C’est grâce à l’insistance du conseiller du roi Ferdinand que le projet est approuvé par la reine notamment aux vues des possibles retombées économiques : n’oublions pas que c’est une nouvelle route vers les Indes qui risque d’être découverte.

Christophe Colomb : le Ier Voyage (1492-1493)

La Santa María Le 3 août 1492, Christophe Colomb est au départ à Palos de la Frontera (Huelva) avec 3 navires (2 caravelles, la Pinta et la Niña et une nef, la Santa María) et 90 membres d’équipage. Une première escale a lieu aux Canaries, à Las Palmas de Gran Canaria du 9 août au 6 septembre, (la route du sud a été choisie pour éviter les croisières portugaises au large des Açores) mais les tensions se font déjà ressentir entre Christophe Colomb et ses marins.

Le 12 octobre, après une longue traversée, la terre est en vue et Christophe Colomb la baptise du nom du Christ : San Salvador (Guanahani). Première rencontre avec les indigènes que Christophe Colomb nomme «Indiens» d’après la conception du continent qu’il croyait aborder ; ceux-ci lui indiquent que de l’or se trouve sur une grande île au Sud-Est. Le 23 octobre, Christophe Colomb perd de vue la Pinta, il accuse alors son capitaine : Martin Alonzo Pinzon d’avoir déserté. Le 28 octobre, Christophe Colomb découvre Cuba, qu’il nomma Juana en l’honneur de la fille des rois catholiques. Il pense connaître parfaitement sa position sur le continent asiatique. Plus tard, plus à l’est, il découvre l’île appelée Ayti en langage indigène (Haïti). C’est sur cette île qu’il trouva abondament de l’or et il la baptisa Hispaniola ; la petite Espagne. Le 25 décembre 1492 la Santa Maria s’échoue sur des rochers à fleur d’eau et devient inutilisable. À ce moment, Christophe Colomb ne dispose plus que d’une caravelle et décide de laisser 39 hommes dans une fortification de fortune (Fort Navidad) faite avec l’épave du navire et promet de revenir au plus vite. Il ne les retrouvera jamais.

Début janvier 1493, Christophe Colomb retrouve finalement la Pinta et Pinzon mais maintient son retour.

Le 16 janvier 1493, l’explorateur rentre en Espagne avec les 2 caravelles restantes.

Le retour est marqué par de fortes tempêtes. Le 17 février, ils arrivent à l’île Sainte-Marie aux Açores. Ils n’arriveront en Europe que le 4 mars, d’abord au Portugal et ne terminera ce premier voyage que le 15 mars à Palos d’où il est parti.

Christophe Colomb : le IIe Voyage (1493-1496)

Christophe Colomb prépare rapidement une nouvelle expédition beaucoup plus ambitieuse avec une flotte de 17 navires et environ 1500 hommes dont 700 colons et 12 missionnaires ainsi que des animaux militaires et domestiques. Son objectif est de fonder une colonie sur Hispaniola et de retrouver les 39 hommes de la Santa Maria qu’il a dû laisser.

Christophe Colomb lève l’ancre pour ce nouveau voyage le 25 septembre 1493 de Cadix, redevenu espagnole et chrétienne depuis son premier départ.

La première terre qu’il aperçoit, 21 jours après avoir quitté les Canaries est La Désirade qu’il baptise ainsi Desirada, tant la vue d’une terre fût désirée par l’équipage. Les autres îles ne sont pas loin.

Le dimanche 3 novembre 1493, une autre île est en vue, que Christophe Colomb nomme Maria Galanda (Marie-Galante, du nom du navire amiral.

Une troisième se présente à l’horizon, ce sera Dominica (la Dominique) puisqu’elle apparaît un dimanche matin, où il débarquera.

Le lendemain matin, le 4 novembre, ils reprennent la mer vers une île plus grande dont ils avaient aperçu au loin les montagnes. Christophe Colomb décide alors de jeter l’ancre devant cette île afin d’accorder quelques jours de repos à ses hommes. C’est l’île de Caloucaera « Karukera » (nom donné par les Caraïbes) et qui fut rebaptisée « Santa Maria de Guadalupe de Estremadura » (c’est la Basse-Terre de la Guadeloupe), pour honorer une promesse (donner le nom de leur monastère à une île) faite à des religieux lors d’un pèlerinage ou qu’il s’était faite à lui même lors des tempêtes de son précédent retour.

Puis Christophe Colomb repart vers le nord en direction d’Hispaniola. Il aperçoit ensuite Montserrat qu’il baptise du nom du massif de Montserrat où se trouve un sanctuaire et un monastère bénédictin en l’honneur de la Virgen de Montserrat, qui est une montagne voisine de Barcelone.

Le 11 novembre 1493, la flotte aperçoit une île au large le jour de la fête de saint Martin de Tours et la baptise du même nom : Saint-Martin et aperçoit à l’horizon une autre petite île qu’il baptise du nom de son frère Bartolomeo, Saint-Barthélemy.

Arrivant à Hispaniola, Christophe Colomb retrouve le fort détruit. Il décide finalement d’installer la colonie, qu’il appelle Isabela, en un autre emplacement.

Christophe Colomb part avec une flotille vers l’ouest où il découvre en avril 1494 Porto-Rico puis la Jamaïque.

Arrivent ensuite la saison cyclonique et ses ouragans, appelés urican par les indigènes. Six navires seront détruits. Avec leurs débris, Christophe Colomb fait construire le premier navire fabriqué dans le nouveau monde qu’il baptise India.

Lors de ce voyage Christophe Colomb « visite » il Antigua. Territoires visités : Antiqua, Cuba.

Le 20 avril 1496 Christophe Colomb rentre en Espagne à bord de la Santa Clara, l’ex-Niña comme ce fut le cas lors de son premier voyage.

Le 11 juin 1496, il arrive à Cadix alors que tout le monde le croyait mort.

Christophe Colomb : le IIIe Voyage (1498-1500)

Le 30 mai 1498, nouveau départ de Christophe Colomb cette fois-ci de Sanlucar de Barrameda à côté de Cadix, à la tête d’une nouvelle flotte composée de 6 navires ; 4 naos d’environ 100 tonneaux et de 2 caravelles.

Le 7 juin 1498, il fait escale sur l’île de Porto-Santo à proximité de Madère.

Vers 20 juin à l’île de la Gomera aux Canaries le groupe se scinde en deux : Christophe Colomb va vers le sud avec trois navires, les trois autres partant à Hispaniola sous le commandement de Pedro de Arana pour ravitailler la colonie qui était en difficulté.

Du 27 juin au 4 juillet 1498, Christophe Colomb fait escale au Cap-Vert.

Christophe Colomb arrive le 31 juillet à l’île de Trinidad, le 1er août 1498, il aborde une côte. Il y découvre la puissante embouchure d’un grand fleuve boueux se jetant dans la mer. Christophe Colomb n’a probablement pas compris qu’il venait de découvrir un continent. Dans son mysticisme, il s’imagine avoir découvert le paradis terrestre qu’il situe en Asie. En fait, il se trouve à l’embouchure de l’Orénoque. Il part ensuite en reconnaissance de la côte de l’actuel Venezuela.

Territoires visités : Saint-Vincent, Grenada, Trinidad, Margarita, Venezuela.

Le 31 août 1496, Christophe Colomb arrive enfin à Hispaniola. Cela fait deux ans et neuf mois qu’il avait quitté l’île. Il la retrouve en pleine anarchie. Une rébellion contre l’amiral est organisée par Francisco Rodãn.

Le 18 octobre 1498, 5 navires quittent Saint-Domingue pour l’Espagne. Christophe Colomb envoie aux rois une description des désordres organisés par les mutins.

Parmi ceux qui rentrent il en est qui ne ménagent pas les reproches faits à Christophe Colomb. Devant les plaintes et rumeurs dirigées contre Christophe Colomb, durant l’année 1499, Ferdinand et Isabelle dépêchent Francisco Bovadilla, vers la nouvelle colonie.

Il arrive le 23 août 1500 à Saint-Domingue. Il se nomme vice-roi à la place de Christophe Colomb. Durant plusieurs mois, Christophe Colomb résiste aux instructions qui lui sont données par son remplaçant. Finalement Bovadilla fait arrêter les frères Colomb. Ils sont emprisonnés et renvoyés d’urgence début octobre 1500, à la cour d’Espagne pour être jugé par Ferdinand et Isabelle.

En mer, durant le voyage, Christophe Colomb rédige des lettres à l’intention des rois catholiques et, avec la complicité du capitaine de la caravelle sur laquelle il a voyagé, les fait remettre aux souverains, lors de son arrivé en Espagne fin novembre 1500.

L’effet de ces lettres ne se fit pas attendre, Bovadilla est rappellé de Saint-Domingue et en octobre 1501 Christophe Colomb est autorisé à organiser un nouveau voyage. Mais il lui est défendu de retourner à Hispaniola et de ramener des esclaves.

Christophe Colomb perd son titre de vice-roi des Amériques mais conserve celui d’amiral de la mer Océane.

Christophe Colomb : le IVe Voyage (1502-1504)

Le 9 mai 1502, Christophe Colomb repart de Cadix avec 4 caravelles et 148 compagnons.

Le 15 juin 1502, il passe à proximité de la Martinique qu’il avait peut-être aperçue lors de son second voyage.

Arrivé sur les côtes de l’actuel Honduras, Christophe Colomb navigue en direction du Sud à la recherche d’un passage vers l’ouest. Christophe Colomb se trouve en face de l’isthme du Panama qu’il prend pour celui de Malaisie.

Il ne trouve pas d’or et perd ses navires les uns après les autres. Christophe Colomb décide de remonter vers la Jamaïque alors que son navire est endomagé et y échoue. Christophe Colomb doit alors envoyer quelques hommes sur un canot pour demander de l’aide à la colonie d’Hispaniola. Les secours ne se pressent pas pour venir en aide à l’Amiral dont les titres et l’autorité sont contestés à Hispaniola.

Fin mai 1504, Diego Mendes fait partir une expedition de Saint-Domingue pour le secourir. Le 25 juin 1504, deux navires arrivent pour embarquer Christophe Colomb et ses hommes.

Christophe Colomb repart finalement pour l’Espagne le 12 septembre 1504 et arrive le 7 novembre fatigué et malade.

Territoires visités : St. Lucia, Martinique, Honduras, Nicaragua, Costa Rica, Panama.

Fin de vie

Christophe Colomb resta très diminué après son retour. Il occupa la fin de sa vie à essayer de faire reconnaître la valeur de ses richesses. Il est représenté par son fils qui est à la cour auprès du roi.

Bien que les privilèges que demande Christophe Colomb ne lui soient jamais accordés, il meurt le 20 mai 1506 à Valladolid fabuleusement riche mais dans l’oubli et l’isolement le plus total.

Jusqu’à sa fin Christophe Colomb est resté persuadé d’avoir atteint l’Asie et d’avoir trouvé les Indes par le chemin qu’il avait choisi. Il n’aura jamais compris sa véritable découverte.

Outre ses découvertes, Christophe Colomb a fait faire de grands progrès à la navigation : il se servit le premier de l’astrolabe et sut déterminer exactement à l’aide de cet instrument la position des vaisseaux par la longitude et la latitude.

Il ne reste de Christophe Colomb que quelques Lettres (publiées par Richard Henry Major, Londres, 1847).
(Source : Wikipedia, licence GFDL)