Voyage aux Iles Canaries en photos, vidéos

Voyage aux Iles Canaries - La Gomera, Iles Canaries (photo : Dhcanino)

Les îles Canaries (en espagnol Islas Canarias) sont une communauté autonome espagnole située dans l’océan Atlantique à l’ouest du Maroc. Elles sont composées de deux provinces : Las Palmas de Gran Canaria et Santa Cruz de Tenerife et font partie des régions ultra-périphériques de l’Union Européenne.

A noter que les îles Canaries sont reconnues par l’Union Africaine comme territoire africain occupé par une puissance étrangère.

Localiser les Iles Canaries

L’archipel des îles Canaries comprend 7 îles principales réparties en trois groupes :

Carte Iles Canaries

Photos des Iles Canaries

Sand Dunes in Gran Canaria
La Playa de Las Alcaravaneras Las Palmas de Gran Canaria
Playa de Amadores.Fotos Aéreas "Costa turística de Mogán" Gran Canaria Islas Canarias
gran canaria
Verano en La Playa de Las Canteras Las Palmas de Gran Canaria (Agosto de 2013)
Faro de Maspalomas, Gran Canaria, Espana
La Playa de Las Canteras en Las Palmas de Gran Canaria
Fotos de La Playa de Las Canteras - Las Palmas de Gran Canaria - Islas Canarias

Louer une voiture aux Iles Canaries

  1. Si vous comptez louer une voiture, consultez les règles espagnoles à respecter.
  2. Emportez une carte routière des Canaries !

Les Iles Canaries, île par île

La population des îles Canaries est concentrée principalement dans les deux grandes îles de l’archipel : Tenerife et Grande Canarie.

Lanzarote, Fuerteventura et Grande Canarie forment la province de Las Palmas. Tenerife, La Gomera, La Palma et El Hierro forment la province de Santa Cruz. Ces îles présentent des caractères géologiques et des configurations très différents :

  • Lanzarote a un relief fortement marqué par un volcanisme récent et encore actif ;
  • Fuerteventura est assez plate et surtout, très aride : elle est la plus proche du Sahara ;
  • Grande Canarie est une île massive, de forme arrondie avec un relief montagneux marqué et assez confus ;
  • Tenerife est la plus grande île ; elle est dominée par un volcan actif situé en son centre, le Teide, qui est le plus haut sommet d’Espagne ;
  • Gomera, proche de Tenerife, est une petite île au relief très morcelé, avec des vallées sans communications faciles entre elles, à tel point que ses habitants ont inventé un extraordinaire langage sifflé, le silbo, pour communiquer ;
  • La Palma est montagneuse, c’est la plus humide et la plus boisée des îles de l’archipel ;
  • El Hierro est la plus petite, la plus lointaine et la moins connue.

L’archipel des îles Canaries comprend également des îles secondaires moyennes : La Graciosa (habitée), Alegranza, Los Lobos, Montaña Clara, Roque del Este, Roque del Oeste (La Graciosa, Alegranza, Montaña Clara, Roque del Este et Roque del Oeste forment l’archipel de Chinijo). Des îlots et rochers sont également présents : Anaga, Garachico, Salmor…

Le saviez-vous ?

Les îles Canaries tirent leur nom du latin Canariae Insulae (« îles aux chiens ») ; ce nom s’appliquait initialement à la seule Grande Canarie (Canaria Insula). Il vient des grands chiens sauvages (canes) que les premiers explorateurs ont découvert sur l’île.

Christophe Colomb vécut sur les Iles Canaries et y fit escale pendant son voyage de découverte de l’Amérique.

Comment arriver sur les Iles Canaries ?

Un aéroport international est disponible sur l’île de Las Palmas : à 18 km de la capitale Las Palmas (Source).

Vidéo des îles Canaries

L’île d’El Hiero

EL HIERRO
Localisation de l’île d’El Hierro parmi les Iles Canaries

El Hierro, également connue sous le nom d’île de Fer ou Ferro, est la plus petite et la plus occidentale des îles Canaries. El Hierro est connue en Espagne pour les lézards géants qui y vivent et elle a d’ailleurs été déclarée Réserve de la Biosphère.

El Hierro est à 60 km au sud de La Palma et sa capitale est Valverde. Son altitude maximale est de 1 501 m et sa superficie de 287 km². On compte moins de 10000 habitants qui vivent à l’année sur l’île d’El Hierro (source partielle).

Nature et sports à El Hierro

La nature d’El Hierro réunit les conditions idéales pour pratiquer de nombreux sports , comme :

  • la plongée sous-marine : la richesse de ses fonds marins en fait l’un des sports préférés des touristes.
  • le surf : les vagues de l’Atlantique et quelques plages de l’île sont parfaites pour ce sport ainsi que le windsurf ou le kitesurf.
  • la spéléologie : les grottes naturelles formées dans le sol volcanique permettent aux amateurs et passionnés de mieux découvrir El Hierro.
  • la randonnée : il est possible de parcourrir de nombreux chemins de randonnée pour découvrir l’île à pied.
  • le VTT : comme pour la randonnée, des chemins habilités existent pour se promener à travers la nature d’El Hierro.

La gastronomie et l’offre culturelle d’El Hierro sont intéressantes cependant la difficulté réside dans la recherche d’un logement. La demande est bien supérieure à l’offre. Il vous faudra donc bien réserver à l’avance votre petit hôtel, votre appartement ou votre gîte rural. L’avantage, en revanche, est que vous serez loin du tourisme de masse et profiterez donc de vacances tranquilles.

Le focus PRO : l’impact de la série « Hierro » sur le tourisme de l’île (rapport)

El Hierro

María Piñero Suárez, étudiante à l’université de La Laguna à Santa Cruz de Tenerife dans les Iles Canaries, propose (en anglais) son mémoire de fin de Master consacré à la l’impact de la série « Hierro » sur le tourisme de l’île d’El Hierro.

En résumé, voici ses conclusions et quelques éléments à retenir :

  • El Hierro est l’avant-dernière île de l’archipel des Canaries en terme de volume touristique (en queue de peloton : La Gomera) : 1% des passagers aériens qui arrivent dans les Canaries atterrit à El Hierro.

« L’absence de grands nombres de touristes vient du fait que ce que l’île a à offrir est très éloigné du concept de tourisme de masse. El Hierro se positionne comme une destination basée sur la nature, le tourisme actif, la culture et la ruralité (site officiel du tourisme d’El Hierro, 2018). Elle propose des espaces naturels, des sites de plongée pour la plongée sous-marine, la plongée avec tuba et l’apnée, des zones de vol pour le parapente, une multitude de chemins et de sentiers pour les amateurs de randonnée et de vélo, des zones de baignade pour se rafraîchir, une multitude de points de vue, plusieurs villages à visiter et de nombreuses traditions et festivités à découvrir. C’est pourquoi on pense généralement qu’El Hierro doit privilégier la qualité plutôt que la quantité en matière de tourisme. »

« En outre, les cinq principales raisons pour lesquelles les touristes choisissent El Hierro comme destination de vacances sont, par ordre de pertinence, les paysages, le cadre environnemental, la tranquillité, la mer et l’authenticité. »

Voilà une île bien loin du tourisme de masse et cela me donne envie d’y aller prochainement 😉

  • La série a-t-elle eu un impact sur le tourisme d’El Hierro ? Réponse courte : oui, à la hausse.
  • Les Français représentaient environ 15% des touristes en 2020 contre… 1,9% en 2019 ! Et pourtant 2020 était l’année de la pandémie de Covid-19.
  • Grâce à la série, l’offre touristique a été élargie (parcours, cartes sur les traces de la série par exemple), enrichie et même repensée afin que l’île d’El Hierro soit réellement perçue comme une destination touristique.
  • Attention cependant, l’île n’étant pas préparée à cela, tourismophobie provoquée par les nuisances (bruit, trafic routier, dégradation environnementale, coût de la vie, logistique) et manque d’infrastructures hôtelières se font ressentir : 21 établissements d’hébergement seulement sur El Hierro ! Oui, il va falloir réserver sa chambre bien en amont… Je note pour moi aussi, hum.
  • Au niveau culturel, la série a permis d’ouvrir à la culture spécifique d’El Hierro :

« En outre, un grand intérêt s’est manifesté pour les traditions et les coutumes de l’île et les plus importantes ont été connues (comme la Bajada de la Virgen). En outre, la manière d’être des Herreños et leur idiosyncrasie ont été reflétées, de manière très fidèle à la réalité. »

  • L’autrice du mémoire propose, notamment, d’augmenter les capacités d’hébergement et sur ce point je diffère car cela serait détourner les valeurs recherchées par les visiteurs actuels de la destination (« la nature, le tourisme actif, la culture et la ruralité »). Or, il s’agit là d’un tourisme de qualité comparé à d’autres endroits, il serait dommage de transformer la paisible île d’El Hierro en grosse industrie touristique.
  • Pour terminer, on trouvera une bibliographie et revue de liens autour du thème exposé.

Selon moi, il pourrait être intéressant de favoriser les échanges avec des blogueurs (je me porte candidate !), les faire venir afin qu’ils mettent ensuite en avant El Hierro à un niveau permettant de préserver la qualité du tourisme, de favoriser un « micro tourisme de qualité » sans dénaturer l’identité de l’île plutôt que voir arriver une déferlante liée à des campagnes de publicité sur les grands médias. Dans ces conditions, les touristes ne seront bien entendu pas les mêmes dans leurs attentes et leurs habitudes de voyage.