Voyage à Madrid, week-end à Madrid

Découvrez Madrid et ses multiples facettes ! Madrid est la capitale de l’Espagne. Ville la plus vaste et la plus peuplée du pays, c’est le chef-lieu de la Communauté de Madrid, dans la province de Madrid, ainsi que siège de l’OMT, Organisation Mondiale du Tourisme.

Très proche du centre géographique de la péninsule Ibérique, à environ 50 km au sud de la Sierra de Guadarrama, Madrid s’étend dans une vaste plaine entre 600 et 700 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Madrid avec 3 170 000 d’habitants intramuros et 6 120 000 d’habitants dans l’agglomération est la 4e plus grande ville d’Europe.

Trouver facilement mon hébergement

Comprendre Madrid

Musée du Prado à Madrid (photo : marcp_dmoz)
Musée du Prado à Madrid (photo : marcp_dmoz)

Madrid est une ville animée par excellence, la grande université draine un très grand nombre d’étudiants qui animent la ville tout au long de l’année. Les restaurants, bars, et discothèques sont légion et il n’est pas rare de voir des embouteillages sur la Gran Vía à trois heures du matin.

Ce qu’il est aussi important de retenir sur Madrid, c’est son climat : « nueve meses de invierno, tres meses de infierno » (« neuf mois d’hiver, trois mois d’enfer »). En effet la temperature moyenne en hiver est 5° et peut atteindre plus de 40 degrés l’été, dans un climat très sec. Ainsi l’été à Madrid est très difficile à supporter.

Vie nocturne à Madrid

La movida, suivant la mort de Franco a contribué à affirmer le caractère festif de Madrid. Le mouvement initial fut favorisé par Enrique Tierno Galván, alors maire de Madrid et figure emblématique de la transition démocratique. Depuis l’operación Luna cependant, initiative de la municipalité et du gouvernement de la communauté autonome madrilène, les bars doivent fermer à deux heures et les botellones sont interdits, ce qui a définitivement mis fin à la movida madrilène. N’hésitez pas à consulter l’article la nuit à Madrid : où boire un verre et sortir à Madrid ?

Cuisine madrilène

La cuisine locale est riche en charcuteries et produits consistants et s’apparente à celle de toute la Castille. Elle comprend des plats célèbres : cocido, callos a la madrileña, soupe à l’ail, churros, patatas fritas

Bars à tapas à Madrid

Qui n’a pas entendu parler des bars à tapas espagnols ? En avez-vous déjà essayé ?

Il y a en gros deux sortes de bars à tapas :

  • ceux où l’on paye séparément la boisson des tapas
  • ceux où l’on ne paye que la boisson, les tapas venant comme complément (un peu comme les cacahuètes dans certains bars en France…). Contrairement à ce qu’on peut penser, la boisson n’y est pas forcément plus chère, elle est même parfois moins chère.

Quelques adresses de bars de Madrid à ne pas manquer :

  • El Tigre (calle de los infantes, à Chueca près de Gran Vía)
  • La Esquina de Eusebio (calle Caramuel, sortie métro Puerta del Angel).

Consulter la Météo à Madrid

Fêtes locales à Madrid

  • 2 mai, fêtes du quartier de Malasaña
  • 15 mai, Saint Isidore le Laboureur. Saint patron de Madrid
  • 12 juin, Saint Antoine de la Floride. Saint Patron de Príncipe Pío.
  • Juin, Fiestas de la calle del pez.
  • Juin, Fiestas de Chueca. La Gay pride de Madrid est une fête officielle de quartier de Chueca.
  • Autour du 7 août : Fiestas de Lavapiés dans le quartier du même nom.
  • Autour du 15 août : Fiestas de la Paloma dans le quartier de la Latina.
  • 9 novembre, fête de la Vierge de l’Almudena. Sainte patronne de Madrid.

Education à Madrid

Plusieurs universités sont installées dans la communauté de Madrid.

  • Université Complutense de Madrid
  • Université Autonome de Madrid (campus à Cantoblanco).
  • Université Polytechnnique de Madrid (campus à la Ciudad Universitaria de Madrid et au sud, à Vallecas).
  • Université Roi Juan Carlos (essentiellement à Móstoles, Alcorcón et Fuenlabrada, quelques facultés à Vicálvaro).
  • L’université à distance (UNED) a son siège à Madrid.
  • Université Pontificia Comillas (campus à cantlanco, à alberto aguilera et quintana)
  • Voir la liste des écoles, collèges et lycées français à Madrid.
  • Transports et communications à Madrid

    Transports urbains

    Le Métro de Madrid offre un réseau dense et efficace qui le place en tête des systèmes de transports publics mondiaux.
    Bus et trains de banlieues assurent une relation fluide pour les voyageurs pendulaires de la périphérie.

    >> Voir le plan de PLAN METRO A MADRID

    Communications extérieures

    La société nationale ferroviaire Renfe dessert toute la péninsule à partir des gares d’Atocha et de Chamartín.

    L’aéroport de Barajas avec plus de 45 millions de passagers annuels, connaît une croissance moyenne de 15 %. Un nouveau terminal, T4, amenant la capacité de l’aéroport à plus de 70 millions de passagers annuel a été inauguré en février 2006. le plus grand aeroport en superficie avec un peu plus d’1 million de m2 de locaux.

    Sports à Madrid

    Madrid abrite deux clubs importants de football :

    • Le Real Madrid, plusieurs fois champion de la coupe d’Europe de football.
    • L’Atlético de Madrid. Celui-ci joue en première et deuxième divisions.

    Madrid fut candidate à l’organisation des Jeux Olympiques en 2012 (Londres gagnante) ainsi qu’aux jeux Olympiques de 2016 (Source partielle).

    Arriver à Madrid

    Par avion

    L’aéroport de Barajas avec 40 millions de passagers annuels, connait une croissance moyenne de 15%. Un nouveau terminal,T4, amenant la capacité de l’aéroport à plus de 70 millions de passagers annuel a été inauguré en février 2006. Vous pouvez prendre le métro de Madrid depuis l’aéroport pour aller jusqu’au centre-ville et tout ça pour un prix très dérisoire par rapport au taxi, le prix d’un ticket de métro : 1 euro ! Téléchargez le PLAN METRO MADRID (voir la ligne 8 ).

    La ligne 8 de métro relie la station Barajas à celle de Nuevos Ministerios.

    Navette : service spécial gratuit qui relie les 4 terminaux et qui passe toutes les 3 minutes.

    Lignes de bus

    • L 101 de Canillejas (T1, T2, T3)
    • L 200 de Avenida de América (T1, T2, T3)
    • L 204 de Avenida de América (T4)
    • Ligne inter-urbaine 822
    • Coslada-Aeropuerto (T1, T2, T3).
    • Terminal 4 :
    • Ligne 8, station Aeropuerto (T2) et station Barajas.
      Service special de bus : (Línea 201) de Metro Barajas au T4.
      Lignes de bus : 101, 200, 204.

    A noter que le métro de Madrid fonctionne de 6h00 à 2h00.

    Faire le transfert centre de Madrid – aéroport

    En train

    Il est facile d’arriver en train à Madrid, car c’est le point central de l’Espagne. Ainsi il y a trois gares où il est possible d’arriver de n’importe quelle ville d’Espagne. La gare centrale est celle d’Atocha, d’où partent la majorité des trains à grande vitesse (AVE). Ensuite la gare de Chamartin dessert le nord de l’Espagne et Principe Pio l’ouest.

    En voiture

    Madrid est la ville du kilomètre zéro espagnol. De ce fait il n’est pas bien dur de trouver une route qui y mène. En effet il y a quatre autoroutes gratuites et deux payantes qui arrivent jusqu’à Madrid. De la frontière française, la route la plus empruntée est celle qui passe par Barcelone et Saragosse. Il est néamoins possible, pour ceux qui habitent vers le Pays Basque, de passer par Bilbao et Burgos.

    Par bus

    Il y à de nombreuses gares routières à Madrid, il est donc aisé d’arriver en bus. La gare principale est la Estación Sur située à Méndez Álvaro mais il existe deux autres stations : Avenida de América et Conde de Casal. Les bus qui font des trajets entre Madrid et les principales villes d’Espagne sont très nombreux et bon marché.

    Circuler à Madrid

      En voiture

      Tout d’abord il est conseillé d’éviter la voiture. En effet, Madrid étant la capitale de l’Espagne, elle est engorgée à toutes les heures. Néanmoins il est très facile de se repérer en voiture, grâce à la Gran Via et a la Calle de Alcala qui traversent Madrid d’Est en Ouest ainsi que de l’axe Nord-Sud du Paseo de la Castellana. Il faut aussi faire attention : il n’y a presque aucun parking gratuit, les places sont rares et les policiers passent très souvent.

      En Bus, en Métro

      TICKET METRO MADRID

      Dans Madrid, il est plus simple d’utiliser les transports en commun, comme le bus dont le réseau est très dense, très pratique et pas très difficile à saisir. Toutefois, le métro reste le moyen de transport privilégié des Madrilènes car son réseau est très dense, très commode, très propre et des rames toutes neuves passent très souvent, jusqu’à une heure et demi du matin. Néanmoins, des bus de nuit (« Buhos ») relient également la place de Cibeles avec tous les coins de la ville quand il n’y a plus de métro. De plus, le prix est très avantageux : 6,40 € le carnet de dix tickets « métro-bus ».

      Vous pouvez prendre le métro de Madrid depuis l’aéroport de Madrid (ligne 8 ) pour aller jusqu’au centre-ville et tout ça pour un prix très dérisoire par rapport au taxi, le prix d’un ticket de métro : 1 euro ! Téléchargez le PLAN METRO MADRID (voir la ligne 8 ).

      A savoir : cela vaut la peine, économiquement, d’acheter un carnet de 10 tickets de métro : 6,15 euros au lieu de 10 euros !
      Bien sûr, si vous restez plusieurs mois à Madrid, vous pourrez opter pour une carte d’abonnement.

      En Taxi

      Enfin, il est aussi possible de se déplacer en taxi qui, à Madrid, n’est pas un moyen de transport trop onéreux. En effet, il faut compter environ 5 € pour une course entre deux points de la ville. Ainsi il est très pratique après une heure de matin, quand il n’y a plus de rames de métro.

      Radio taxi : (0034) 91 405 55 00 et (0034) 91 447 51 80.
      Tele taxi : (0034) 91 371 21 34 et (0034) 902 501 130.

      Offices de tourisme à Madrid

      Centro de turismo de Madrid

      • Plaza Mayor, 27 (bas), Lun-dim : 9h30 – 20h30. Métros SOL ou ÓPERA. Tél : (0034) 91 588 16 36
      • Plaza de Cibeles, métro BAnCO DE ESPAÑA
      • Plaza de Callao, métro CALLAO
      • Aeropuerto Madrid-Barajas terminal. Halls d’arrivée 10 et 11
      • Información turística y cultural de la Comunidad de Madrid : Duque de Medinaceli, 2. Tél : (0034) 902 100 007.

      TICKETS ABONNEMMENT MADRID

      L’abonnement transports touristiques

      L’abonnement touristique est une forme pratique et économique de voyager à travers Madrid. Il y a 5 types d’abonnement : 1, 2, 3, 5 et 7 jours, à partir de la première utilisation. Avec cet abonnement, vous pouvez utiliser tous les moyens de transports publics de la Communauté de Madrid, sans limite de déplacement, pendant la période de validité.

      L’abonnement touristique est personnel (il faut présenter une carte d’identité ou un passeport). Vous pouvez choisir entre deux zones : la zone A, qui inclue les services de métro, EMT de Madrid et Cercanías-Renfe et la zone T qui comprend en plus Guadalajara et Tolède.

      Quartiers de Madrid

      Parc du Retiro à Madrid, Palacio de Cristal (Photo : darkomen)

      Comme toute métropole, Madrid comprend de nombreux quartiers aux caractères affirmés.

      • Alonso Martínez
      • Le quartier s’étale entre la grande Plaza de Colón, aménagée en l’honneur de Christophe Colomb et la place Alonso Martínez. Il est bordé à l’Ouest par le Paseo de Recoletos et au Sud par Chueca. C’est un quartier calme au charme discret, étroitement surveillé car il abrite les plus hautes institutions judiciaires espagnoles (le Tribunal Suprême, la Audiencia Nacional – où sont jugées les grandes affaires criminelles, notamment celles impliquant les terrorismes basque et islamique – et le Conseil général du Pouvoir judiciaire) ainsi que le ministère de l’Intérieur, le siège du Parti populaire, l’Institut Français de Madrid et l’Ambassade de France en Espagne.

      • Atocha
      • Ce quartier de Madrid doit son nom à la gare Renfe d’Atocha, plus ancienne gare de Madrid et plus grande gare d’Espagne. Cette gare est célèbre pour son hall qui abrite un jardin tropical et, plus tristement, pour avoir été le point de convergence des trains de banlieue (cercanías) qui ont explosé lors des attentats du 11 mars 2004. Un monument commémoratif doit y être érigé pour en faire un lieu de recueillement. En face de la gare s’élève le Centre d’Art Reina Sofía, musée national d’art contemporain qui abrite des pièces maîtresses de Juan Gris, Joan Miró, Salvador Dalí et Pablo Picasso, dont le fameux Guernica.

      • AZCA / Nuevos Ministerios
      • TOURS PUERTA DE EUROPA (MADRID)

        Quartier d’affaires de Madrid. De nombreuses tours : Torre Picasso, Edificio BBVA et Torre Europa. La Torre Windsor a brulé entièrement en février 2005. Le grand magasin, El Corte Inglés y est présent. Depuis la station du métro Nuevos Ministerios, une ligne rejoint l’aéroport.

      • Chueca
      • Chueca est un quartier très animé lors de la Movida madrilène, Chueca avait été déserté dans les années 1980, devenant un repère d’héroïnomanes. Ayant bénéficié depuis de l’évolution urbaine et d’une politique de réhabilitaion de la municipalité, Chueca est devenu un quartier branché d’avant-garde, où restaurants, bars et discothèques côtoient les boutiques de mode. C’est aujourd’hui le quartier gay de la Madrid. Organisé autour de la Plaza Chueca, petite place haute en couleurs, il est séparé du quartier voisin de Malasaña par deux rues commerçantes très animées, la Calle de Fuencarral et la Calle de Hortaleza, bordées de nombreux magasins de jeunes stylistes, d’objets design ou de musique électronique.

      • Las Cortes
      • Quartier petit mais dense en bâtiments abritant d’importantes institutions, qui fait la jonction entre Sol et le Prado, le long de la Carrera de San Jerómino. Le bâtiment le plus notable est celui du Congreso de los Diputados. Le musée Thyssen-Bornemisza se situe dans le périmètre, en compagnie de la Banque d’Espagne, du Círculo de Bellas Artes, du théâtre de la Zarzuela ou encore du grand hôtel Palace.

      • Gran Vía
      • Madrid à Noël (Photo : Siemar)

        La « grand-rue » est l’avenue la plus importante du centre historique, regroupant actuellement de nombreux centres de services : cinémas, théâtres, hôtels, grands magasins, banques, ainsi que le siège central de Telefónica.

        Les premiers travaux pour sa construction débutèrent dans les années 1910 par ordre du gouvernement de Alphonse XIII d’Espagne, selon un plan d’aménagement de la ville de 1862. Avec ce grand projet d’urbanisme, s’inspirant de New York, s’affirma un style néo-classique madrilène établi par des architectes comme Antonio Palacios, Muguruza et Zuanzo.

        Durant la guerre civile, de nombreux bâtiments furent la cible des bombardemments aériens ou de l’artillerie Franquiste. Pendant la dictature elle porta le nom d' »Avenue de José Antonio » en hommage à José Antonio Primo de Rivera, puis elle retrouva son nom originel après la mort de Franco.

      • Huertas
      • Ancien barrio de las letras, Huertas est désormais un haut lieu touristique, notamment la nuit. Ses très nombreux bars pittoresques, autour de la plaza Santa-Ana ou le long de la calle de las Huertas, sont particulièrement prisés par les étudiants étrangers et la jeunesse madrilène.

      • Lavapiés
      • Officiellement dénommé Embajadores, c’était au XVème siècle le quartier juif de Madrid. Aujourd’hui c’est un quartier populaire, accueillant de nombreux immigrés et des restaurants du monde entier. Le mélange cosmopolite attire aussi une population bohème d’artistes et de madrilènes à contre-courant. Les épiceries y proposent des ingrédients de toutes les cuisines du monde. On y trouve aussi de nombreux théâtres, des squats et des centres culturels tels que la casa encendida où la cinémathèque espagnole. Le fragile équilibre interéthnique y est menacé par la forte pression spéculative des promoteurs immobiliers et la politique de dépaupérisation du centre ville lancé par la mairie de Madrid. Malgré cela, le quartier continue toujours à souffrir d’une certaine réputation d’insécurité.

      • La Latina
      • Le quartier « bobo » du centre historique, qui se déplie en petites rues tortueuses au Sud de la Plaza Mayor, de part et d’autre de la Calle de Toledo. Très fréquentée par les étudiants pour son charme, sa douceur de vivre et ses bars à tapas, la Latina entre en effervescence chaque dimanche matin à l’occasion du Rastro, le marché aux puces de Madrid, dont la tradition remonte à plusieurs siècles. C’est un immense marché en plein air où touristes et Madrilènes s’agglutinent en fin de matinée, autant pour y dénicher d’insolites objets que pour profiter de son ambiance festive.

      • Malasaña
      • Originellement dénominé Maravillas, le quartier fut ensuite adopté sous le nom officiel de Malasaña. Manuela Malasaña était une jeune fille de la Calle de San Andrés, morte lors du Soulèvement du Dos de Mayo sous l’occupation napoléonienne en 1808. Le quartier est aussi souvent désigné sous le nom de Tribunal. Lieu incontournable de la vie nocturne madrilène, organisé autour de la Plaza del Dos de Mayo et de l’arrêt de métro Tribunal, Malasaña est un quartier très vivant et bigarré, dont les rues étroites abritent d’innombrables bars et discothèques attirant une clientèle jeune et animée, principalement étudiante. Le mouvement de la movida est né dans ces rues, et dans des locaux qui existent toujours tels que la Vía Lactea ou le Nueva Visión.

      • Salamanca
      • Ce vaste quartier doit son nom à son promoteur, le marquis de Salamanca, qui le fit ériger ex nihilo au XIXe siècle. Aujourd’hui, c’est le quartier huppé de la capitale espagnole, où résident les classes aisées. Il est délimité par le Paseo de la Castellana (Ouest), la Calle de Joaquín Costa (Nord), la Plaza Manuel Becerra (Est) et le parc du Retiro (Sud). La Calle de Goya, la Calle de Velazquez et la Calle de Serrano (la rue la plus chère de Madrid) en sont les principales artères. Les larges avenues organisées en damier de Salamanca tranchent avec l’imbroglio de petites rues qui forme les autres quartiers du centre de Madrid et sont bordées d’immeubles résidentiels de haut standing, de palaces et de magasins de luxe. C’est un quartier très élégant où il fait bon flâner et faire des emplettes (à condition d’en avoir les moyens) mais peu animé le soir venu. La résidence officielle de l’Ambassadeur de France en Espagne, une magnifique villa du début de XXe siècle, se situe au cœur de Salamanca, à l’intersection de la Calle de Serrano et de la Calle de María de Molina.

      • Vallecas
      • Vallecas est un quartier populaire du sud de Madrid.

      L’ours de Madrid a déménagé en 2009

      Puerta del Sol à Madrid (photo : victor_nuno)

      La statue la plus célèbre de Madrid, « El Oso y el Madroño » a été déplacée.

      Cette statue représentant un ours et un arbousier, jusqu’alors située au pied de la Calle Carmen à la Puerta del Sol de Madrid était très populaire des touristes et servait souvent de point de rencontres pour les habitants de la ville.

      La statue a été déplacée depuis le 25 septembre 2009 entre Calle Alcalá et Carrera de San Jerónimo, une autre rue de Sol, là où il se trouvait en 1967.

      Histoire de Madrid

      Origines de Madrid

      Les origines de Madrid remontent à la période musulmane de l’histoire de l’Espagne. Sa fondation fut ordonnée à la fin du IXe siècle par l’émir de Cordoue Muhammed Ier qui souhaitait établir une forteresse sur les rives du Manzanares. Cette citadelle fut baptisée sous un nom arabe (Magerit en espagnol ou Mayrit), dont la signification n’est pas claire mais qui semble être l’hybride de deux toponymes : le mozarabe matrice qui a la signification de « source », et l’arabe « chenal » ou « lit de rivière ». Chacun refléterait la notion de l’abondance de ruisseaux et de nappes phréatiques de la région.

    • >> Voir la guerre civile espagnole
    • En 932, la Citadelle est attaquée par le roi catholique Ramire II de Castille.

      Au cours du Xe siècle, Le lieu fortifié se développe et devient un centre de commerce et de savoir avec ses sept écoles d’astronomie dont l’une d’elles est dirigée par le prestigieux Abul-Qasim Maslama, un astronome et mathématicien arabe réputé surnommé Al Mayarit (« Le Madrilène »). Un autre scientifique de renom, Abu Yusuf, réside également dans le petit bourg.

      Madrid, capitale de l’Espagne

      En 1561 un événement important se produit à Madrid : Philippe II décide de s’y installer avec toute sa cour, abandonnant Tolède et faisant de Madrid la nouvelle capitale de l’Espagne.

      Un an plus tard, la capitale espagnole voit naître le poète castillan Félix Lope de Vega. Au mois de février 1563 débute la construction de l’Escorial. En 1599, naît Diego Velasquez qui deviendra par la suite peintre de la famille royale. Cette même année, la Puerta de Alcala voit le jour.

      Le 11 janvier 1601, Philippe III, conseillé par le duc de Lerma, décide de transporter la cour à Valladolid. Mais face au mécontentement populaire, Madrid est de nouveau désignée comme capitale de l’Espagne le 4 mars 1606.

      En 1605, est publié le premier tome de Don Quichotte de Miguel de Cervantes Saavedra, à l’imprimerie Juan de la Cuesta.

      La Plaza Mayor de Madrid, est fondée en 1616, et trois ans plus tard s’y déroule la première corrida de taureaux.

      En 1632, le comte d’Olivares présente au roi Philippe IV les clés du Buen Retiro.

      Madrid moderne

      De nombreux édifices vont être construits ou voir leurs travaux débuter durant les années suivantes. ce sera le cas de la Bibliothèque Nationale en 1866, la Caisse d’Epargne et le Mont de Piété en 1870, et l’apparition en 1871 des premiers tramways tirés par des chevaux.

      La cathédrale de la Almudena est commencée en le 4 avril 1883 et le 10 janvier 1886 l’architecte Carlos Velasco présente son projet de Gran Via.

      En 1898, on procède à l’électrification de la première ligne de tramway à Madrid entre les quartiers de Salamanca et Argüelles, en passant par la Puerta del Sol. Le 3 octobre les premières lignes de tramways électrifiées sont inaugurées entre Sol et Serrano et entre Recoletos et Hipodromo.

      Le premier numéro du journal ABC, fondé par Torcuato Luca de Tena, est publié à Madrid le 1er juin 1905.

      Plusieurs attentats viennent ont lieu durant les années qui suivent : le 31 mai 1906, le couple royal Alphonse XIII et Victoire Eugénie sortent indemnes d’un attentat dans la Calle Mayor. Le 12 novembre 1912, c’est le président du Conseil, José Canalejas, qui est assassiné à la Puerta del Sol par un anarchiste du nom de Manuel Pardiñas. Le 8 mars 1921 le président du Conseil Eduardo Dato est à son tour assassiné sur la Place de l’Indépendance.

      Le 2 mars 1923, Madrid reçoit la visite d’Albert Einstein qui participe à plusieurs conférences scientifiques à l’Université et à la Real Academia. Il est reçu par la famille royale.

      Les travaux de construction de l’aéroport de Madrid Barajas vont débuter en 1929.

      Le 14 avril 1931, deux jours après le triomphe des Républicains aux élections, le roi quitte la capitale. La Seconde République espagnole est proclamée et le lendemain est formé le premier Conseil Municipal Républicain présidé par Pedro Rico López. Mais dès le 10 mai les premiers troubles surgissent à Madrid et plusieurs églises sont incendiées.

      Les nouvelles arènes de Madrid, la Plaza de Toros de Las Ventas, sont inaugurées le 1er octobre 1934.