Noces de sang

Noces de sang (Bodas de sangre) est un film franco-espagnol de Carlos Saura, sorti en 1980.

Synopsis de Noces de sang

Une troupe de danse répète une chorégraphie adaptée de la pièce de théâtre Noces de sang du poète Federico Garcia Lorca.

Commentaires sur Noces de sang

Noces de sang est le premier film de la « trilogie flamenca » (dont font partie Carmen et El amor brujo). Il est le fruit d’une collaboration avec le grand danseur et chorégraphe Antonio Gades, aujourd’hui décédé, qui se poursuivra durant plusieurs films (documentaires ou fictions) consacrés à l’art du flamenco.

La chorégraphie sur laquelle se base ce film est une adaptation d’une des plus célèbres pièces tragiques du poète et dramaturge Federico Garcia-Lorca, Bodas de sangre (Noces de sang), écrite en 1933. Le film est donc une adaptation à triple niveaux dans laquelle coexistent trois « textes » dont le ballet flamenco de Gades est le centre névralgique.

À partir du texte-source de Lorca, Gades crée une chorégraphie, et à partir de celle-ci le cinéaste crée une œuvre cinématographique dont la nature est problématique. Documentaire, film-ballet, spectacle filmé, autant de dénominations qui ne recouvrent que partiellement le film de Saura et servent surtout à l’interroger avec pour ligne de mire les relations entre le cinéma et la danse, entre la cinéma et le théâtre, en résumé entre le cinéma et ce que l’on nomme aujourd’hui les « arts vivants ».

[asa espagne]2070339068[/asa]

Saura nous montre toutes les ficelles (maquillage, costumes, répétitions…) : il nous présente un filage dans un studio de danse au lieu d’un spectacle dans un lieu consacré. Et cependant, le spectateur rentre dans la fiction du ballet, oublie peu à peu les miroirs de la salle, devient la victime consentante de la représentation.

Du ballet d’Atonio Gades, Saura dit en 1984 : « Gades avait réussi à capturer ce que j’imaginais impossible de capturer dans le théâtre de Lorca : il avait maintenu l’esprit populaire de Lorca, au sens le plus profond du terme, et il y avait là une prodigieuse et rigoureuse mise en scène de l’histoire à travers ce ballet austère, tout en tension, et cette musique si justement populaire elle aussi. »

Fiche technique de Noces de sang

Titre : Noces de sang
Titre original : Bodas de sangre
Réalisation : Carlos Saura
Scénario : Antonio Artero, Antonio Gades, Alfredo Mañas et Carlos Saura, d’après la pièce éponyme de Federico Garcia Lorca
Production : Emiliano Piedra
Musique : Emilio de Diego
Chorégraphie : Antonio Gades
Photographie : Teodoro Escamilla
Montage : Pablo González del Amo
Pays d’origine : Espagne
Format : Couleurs – Stéréo – 35mm
Genre : Drame, film musical
Durée : 72 minutes (1 h 12)
Sortie : 9 mars 1981 (Espagne) ; 7 octobre 1981 (France)

Distribution de Noces de sang

Antonio Gades : Leonardo
Cristina Hoyos : la fiancée
Juan Antonio Jiménez : un Groom
Pilar Cárdenas : la mère
Carmen Villena : la femme

Noces de sang : au théâtre

Noces de sang (Bodas de Sangre) est l’une des pièces de théâtre centrales de l’œuvre de Federico Garcia Lorca. Drame s’inspirant de la vie traditionnelle des villages andalous, cette pièce retrace l’histoire tragique d’une passion impossible mais irrépressible, dans la société fermée d’une petite bourgade.

Les personnages de Noces de sang

La madre (la mère) : mère du fiancé, cette vieille femme a perdu son mari et son fils ainé, tués par la main des « Felix ». Le mariage de son fils cadet signifie pour elle la solitude la plus totale, enfermée entre les quatre murs de sa maison, à remuer sa haine contre la famille ennemie.

El Novio (le fiancé) : Jeune et bien fait, il possède une bonne condition sociale et a su, à force de travail et d’acharnement, réunir de bonnes terres, se constituant un capital suffisant pour réussir un bon mariage.

La Novia (la fiancée) : Jeune fille de bonne famille, en possession de vastes terres, elle vit avec son père dans une grotte, habitat typique de la région sud-espagnole, assez isolée du reste du village.

– Léonardo : Seul personnage nommé de l’histoire, il est marié et a un petit garçon avec une femme qui n’est autre que la cousine de la Novia. Il fait partie de la famille des Felix et a antérieurement été fiancé à la Novia, qu’il n’a pu épouser faute d’argent.

[asa espagne]2851816020[/asa]

Résumé de la pièce de théâtre

Tout semble sourire au jeune Fiancé, qui, après avoir réuni de bonnes terres, se fiance à la belle et riche Novia : le mariage se prépare selon les traditions et tout paraît se passer sans heurt dans un monde attentif à respecter les traditions mais dans l’intimité, les choses ne sont pas si évidentes qu’au premier regard. La mère du fiancé, peu enthousiaste à l’idée de se retrouver seule en sa maison jusqu’à sa mort, voit d’un mauvais oeil cette union, prêtant l’oreille aux moindres commérages au sujet de la promise. Elle accepte finalement pour le bonheur de son fils et en prévision des petits-fils et des petites-filles qui viendront porter un éventuel secours à sa solitude.

Toutefois la Novia, si elle est fermement décidée à épouser son fiancié puis à passer, ainsi qu’il se doit, le restant de ses jours enfermée dans sa maison à ne regarder que lui, ne peut étouffer son amour pour Leonardo, bien que celui-ci soit désormais marié.

Le matin même de ses noces, c’est Leonardo le premier convive à arriver, alors que la fiancée n’est pas encore prête : au fil de la conversation, on comprend l’étendue de leur passion réciproque, férocement réprimée des deux côtés, avec violence mais sans succès. Lorsque le reste de la noce arrive, les amoureux se séparent, avec la ferme intention de ne jamais se revoir mais alors que le mariage vient d’être célébré et que la fête bat son plein, l’inévitable arrive et Leonardo s’enfuit avec la Novia, poussés par une force plus puissante que leur vouloir.

S’ensuit une longue traque dans les bois, guidée de main de maître par des mains plus puissantes que celles des hommes : le fiancé outragé finit par rencontrer les fuyards et, dans la nuit sinistre, les deux jeunes hommes, Leonardo et le Novio, tomberont l’un par la main de l’autre, frappés plus encore par leur destin.

(Source : Wikipedia, licence GFDL)