Pays Basque espagnol

PAYS BASQUE ESPAGNOL

Le Pays Basque espagnol (appelée aussi Euskadi) est l’une des 17 communautés autonomes de l’Espagne. Elle forme, avec la communauté forale de Navarre, la partie du Pays Basque inclue dans l’Etat espagnol.

Entouré par la mer Cantabrique (golfe de Gascogne, pour les basques Bizkaiko golkoa ou le « golfe de Bizcaye»), la France, Castille et León, Navarre, La Rioja et Cantabrie, le Pays Basque espagnol couvre une superficie de 7 234 km².

Le Pays Basque espagnol est situé au nord du pays et dispose d’une certaine autonomie dans plusieurs domaines : enseignement, police, soins de santé, etc. La capitale de la Communauté autonome du Pays-Basque est Vitoria (Gasteiz).

Géographie et transports au Pays Basque espagnol

Le Pays Basque espagnol est composé de trois provinces (officiellement territorios históricos, territoires historiques)

  • Alava (en basque Araba), la capitale est Vitoria (en basque, Gasteiz)
  • Biscaye (en basque Bizkaia), la capitale est Bilbao (en basque Bilbo) – Guipúzcoa (en basque Gipuzkoa), la capitale est Saint-Sébastien (en espagnol San Sebastián, en basque Donostia).

Trois aéroports desservent cette région : Foronda (Alava), Fontarrabie (Hondarribia, Guipúzcoa), Aéroport international de Bilbao à Loiu-Lujua (Biscaye). Il compte aussi deux importants ports dont celui de Bilbao (Puerto Autónomo de Bilbao).

Culture et langues du Pays Basque espagnol

Deux langues bénéficient du statut de langue officielle : l’espagnol (castillan) et le basque. Les élèves peuvent étudier dans des écoles en langue espagnole ou basque ou dans des écoles utilisant les deux langues.

Inauguré le 17 octobre 1997, le musée Guggenheim de Bilbao a constitué le fer de lance d’un vaste plan de développement urbain qui a réussi à faire de la ville un pôle économique et touristique de premier plan.

Le Festival du film de Saint-Sebastien est un évènement se déroulant en septembre, le meilleur acteur recevant la « Coquille d’Or ».

Médias au Pays Basque espagnol

  • Télévision : ETB
  • Radio : Radio Euskadi, Euskadi Irratia
  • Quotidiens : El Diario Vasco, El Mundo del País Vasco, Deia, Gara, Berria.

Démographie du Pays Basque espagnol

La population s’élevait à 2 104 060 habitants en 1998, soit 5,4% de la population nationale.

La densité est de 290,9 habitants par km². L’espérance de vie s’élève à 74,2 ans pour les hommes et 82,4 ans pour les femmes.

Le Pays Basque espagnol compte 4,5 médecins pour 1 000 habitants.

Cuisine traditionnelle du Pays Basque

[youtube:http://www.youtube.com/watch?v=_e6lfJfgx0s]

Politique du Pays Basque espagnol

Le Pays Basque espagnol a son propre gouvernement, dont le chef porte le titre de président ou en basque lehendakari, Patxi López (PSE-EE) depuis le 5 mai 2009, à la tête d’une coalition de partis non nationalistes (PSE-EE/PP). Il est élu par le parlement basque.

Les principaux partis politiques sont :

  • Parti nationaliste basque (PNV), nationaliste centriste, de type démocrate-chrétien
  • Eusko Alkartasuna (EA), indépendantiste social-démocrate de gauche
  • Parti Populaire (PP), droite conservatrice
  • Unión Progreso y Democracia (UPyD) : anti-nationaliste
  • Parti socialiste d’Euskadi-Gauche basque (PSE-EE) : centre-gauche socialiste
  • Gauche unie-Les Verts (EB-B) : fédéraliste de gauche
  • Aralar : appartenant à la gauche abertzale, mais condamnant le terrorisme.
  • Gauche indépendantiste abertzale, réputée proche d’ETA et faisant l’objet de poursuites judiciaires :

  • Unité (Batasuna) : national-communiste et indépendantiste radical (actuellement interdit par le gouvernement espagnol)
  • EHAK/PCTV : marxiste-léniniste indépendantiste (interdit d’activités politiques)
  • Les nouvelles formations Askatasuna et D3M récemment crées et aussitôt interdites.

Économie du Pays Basque espagnol

Après avoir traversé une grave crise économique et sociale pendant les années 80, le Pays Basque espagnol (ou Euskadi) a opéré un redressement économique très important.

Aujourd’hui, le Pays-Basque fait partie des dix régions dont le niveau d’industrialisation et le niveau de richesse sont les plus élevés d’Europe, aux côtés de la Bavière, du Bade-Wurtemberg, de la Lombardie et de la Haute-Autriche. En juin 2007, le taux de chômage atteignait le niveau record de 3,4% et le taux de croissance du PIB 4,2%.

Avec un PIB par habitant supérieur à la moyenne de l’UE à 25 (indice 122,9 en 2004 contre 98,1 en Espagne soit 25 000 € de PIB par tête dans la communauté autonome), Euskadi est la deuxième région la plus riche d’Espagne, juste derrière la Communauté autonome de Madrid.

Une des spécificités de l’économie basque est son caractère profondément industriel : le secteur emploie 36% de la population active, contre 24% en France par exemple.

Aujourd’hui, les principaux secteurs industriels basques sont la machine-outil (80% de la production espagnole), l’acier, l’électroménager et l’électronique professionnelle (40%), l’automobile (30%) et l’aéronautique (22%).

L’innovation, pratiquement inexistante il y a 15 ans, s’est considérablement développée. Même si son niveau reste encore inférieur à celui des autres grandes régions industrielles européennes, Euskadi est la troisième région la plus innovante d’Espagne avec 1,54% du PIB consacré à la R&D.

Le poids du secteur agricole et de la pêche est inférieur au reste de l’Espagne (1,2%).

Les pôles de compétitivité basques

Le Pays Basque espagnol est une des premières régions européennes à avoir mis en place des pôles de compétitivité (ou clusters). Cette politique industrielle a été lancée dès 1991 par le Gouvernement basque, sur la base des recommandations de Michael Porter, professeur à Harvard Business School et théoricien des clusters.

Les clusters basques sont aujourd’hui au nombre de 13, principalement dans le secteur industriel : électroménager, automobile, machine-outil, industries portuaires, environnement, énergie, connaissance, électronique/informatique/télecoms, aéronautique, papier, construction navale, transport logistique et audiovisuel. Ils génèrent 45% du PIB de la région.

Au Pays Basque, les clusters sont conçus comme un partenariat stratégique et opérationnel qui associe les entreprises, les organismes de recherche publics et privés mais aussi les pouvoirs publics, qui participent activement au fonctionnement et au suivi des projets. Chaque pôle est financé conjointement par les entreprises et les pouvoirs publics. Néanmoins, le financement public est plafonné (le coût est d’environ 3 millions d’euros par an pour le gouvernement basque). Autre spécificité, notamment par rapport aux pôles de compétitivité français : les subventions sont versées directement aux clusters et non aux entreprises membres, qui ne bénéficient à ce titre d’aucun avantage fiscal. Sources : Organisme de statistique basque et Institut France-Euskadi. (Source)