Felipe d’Espagne et la famille royale espagnole

Qui est Felipe d’Espagne, le roi d’Espagne actuel qui fête en 2023 ses 55 ans ? Oui, je sais, il ne fait pas son âge ! Découvrez son portrait ainsi que 10 faits que vous ne saviez sûrement pas sur lui.

Sur le podcast 🎧 Que dit le roi d’Espagne sur la géopolitique actuelle ?

Le roi Felipe VI a tenu un discours le 2 décembre 2022, durant lequel il s’est exprimé sur la fragilité de notre monde, dans le contexte de la guerre en Ukraine. Voici un résumé de ses propos…

Quel est le nom complet du roi d’Espagne ?

Son nom complet est Felipe Juan Pablo Alfonso de la Trinidad de Todos los Santos (depuis son accession au titre de roi d’Espagne le 19/06/2014 on l’appelle Felipe VI).
Felipe, en l’honneur du premier Bourbon à avoir régné en Espagne, Juan y Pablo par ses deux grands-pères et Alfonso en hommage à son arrière grand-père, Alfonso XIII.

Ses titres

S.S.M.M. Los Reyes Sofía y Juan Carlos I de España, S.S.A.A.R.R. Los Principes Felipe y Letizia, principes de Asturias y la presidenta argentina Cristina Fernández de Kirchner

Felipe d’Espagne possède plusieurs titres honorifiques : prince des Asturies, prince de Gérone, prince de Viana, duc de Montblanc, comte de Cervera et Seigneur de Balaguer.

En foot, le roi d’Espagne est fan de l’équipe…

Felipe d’Espagne est un fan de l’équipe de foot Atlético de Madrid alors que son père Juan Carlos d’Espagne soutient… l’équipe du Real Madrid !

Véritable polyglotte

Il parle 6 langues : anglais, allemand, français, catalan, euskera (langue du Pays Basque) et bien sûr l’espagnol (castillan).

Anglais à la maison !

Tout comme sa mère Doña Sofía d’Espagne l’imposait, chez Felipe d’Espagne tout le monde parle anglais à la maison. Grâce à cela, Felipe d’Espagne possède un niveau d’anglais quasi natif et essaye de faire de même avec ses filles.

La passion secrète du roi d’Espagne

Sa véritable passion est l’astronomie mais il aime aussi beaucoup les voitures, les motos, le squash, le ski, la voile, le billard, le ping pong et la lecture.

Le cadeau d’Almodóvar

2 moma film benefit pedro almodovar

Pour ses 45 ans, le célèbre réalisateur espagnol Pedro Almodóvar lui a chanté « cumpleaños feliz » (Joyeux anniversaire) lors de la XIVe édition des Prix Goya.

Guiness des records

La Presidenta de Aragón participa en la visita de S.A.R. El Príncipe de Asturias al EADA y la ETESDA

Avec sa taille 1,97 mètre, Felipe d’Espagne est entré dans le livre Guinness des records pour avoir été le prince le plus grand au monde.

Le livre préféré du roi d’Espagne

Son livre préféré est Le Damoiseau de don Henri le Dolent (El doncel de Don Enrique el doliente) de l’auteur Mariano José de Larra connu sous le pseudo de Fígaro. D’ailleurs, Letizia d’Espagne lui offrit une édition de 1850 pendant la cérémonie de leur mariage princier.

Combien gagne le roi d’Espagne ? Les chiffres

Pour la première fois, la maison royale espagnole a dévoilé en 2011 ses comptes et notamment la rétribution du roi d’Espagne.

Depuis des années en effet, selon le journal El País, les partis politiques espagnols notamment réclamaient la lumière sur le montant accordé au roi d’Espagne.

Ainsi, des 8 434 280 euros gérés par l’institution, le roi reçu en 2011 un total de 292 752 euros bruts, 140 519 au titre de salaire personnel et 152 233 pour les frais de représentation, soit un total de 292 752 euros, que le roi d’Espagne dépense comme il souhaite.

Ses accessoires de mode préférés

Ses accessoires de mode préférés sont les montres, dont il possède une grande collection et… les lunettes de soleil. Normal dans ce pays qui bénéficie d’autant de soleil, me direz-vous 😉

Biographie de Felipe d’Espagne, roi d’Espagne

Le roi Felipe Juan Pablo Alfonso de Todos los Santos de Borbón y Grecia, en français le roi Felipe VI ou Philippe de Bourbon est né à Madrid le 30 janvier 1968.

Il est le troisième enfant et seul fils de Juan Carlos de Borbón (1938-), prince puis roi d’Espagne (sous le nom de Juan Carlos Ier) et de son épouse la princesse Sophie de Grèce (Sofia de Grèce) (1938-), fille du roi de Grèce Paul Ier de Grèce (de la maison d’Oldenbourg) et de la princesse Frédérique de Hanovre (de la maison d’Este).

Il est le descendant direct de Louis XIV, roi de France.

Le roi Felipe fut titré prince des Asturies par son père (devenu roi depuis 1975) le 21 janvier 1977 et prince de Gérone par le President de la Généralité de Catalogne le 21 avril 1990.

Le 22 mai 2004 à Madrid, Felipe d’Espagne a épousé Letizia Ortíz Rocasolano (1972 –), journaliste espagnole, dans une cérémonie médiatisée.

Le 31 octobre 2005 à Madrid, la princesse des Asturies, doña Letizia d’Espagne a donné naissance à son 1er enfant, une fille qui se nomme Léonore (Leonor de Borbón Ortiz de son nom espagnol).

Elle est actuellement en seconde position à la succession au trône d’Espagne derrière son père. Elle porte les titres d’Altesse Royale et d’Infante d’Espagne.

Cette petite fille peut un jour prétendre à la Couronne espagnole mais elle ne conservera ce rang que si elle n’a que des sœurs car un garçon même né après elle prendrait sa place. Cette situation concernant la succession au trône d’Espagne pourrait changer. Il en est question dans un pays ou l’égalité des sexes a une importance capitale. Or, toute révision des lois de la succession exige un processus constitutionnel extrêmement ardu.

La reine Letizia a donné naissance à son deuxième enfant dimanche 29 avril 2007 à 16h50 (heure locale). La petite fille s’appelle Sofía de Borbón (en hommage à sa grand mère paternelle, la reine Sofía) et prend la troisième place dans l’ordre de succession au trône espagnol. Comme sa sœur, elle porte les titres d’Altesse royale et d’Infante d’Espagne (Source).

VIDEO – Le quotidien du roi d’Espagne avec ses enfants et la reine Letizia

Un quotidien presque comme M. et Mme Toutlemonde 😉

Reine d’Espagne, Letizia : qui est-elle ?

Biographie : enfance et adolescence

La reine d’Espagne, Letizia Ortiz Rocasolano, est née à Oviedo, Principauté des Asturies, le 15 septembre 1972.

L’actuelle reine d’Espagne déménage à Madrid puis fait sa maturité à l’institut de Ramiro de Maeztu de Madrid. Commençant ses études de journalisme à l’université Complutense de Madrid où elle obtient sa licence.

Vie professionnelle

La journaliste travaille comme assistante au journal La Nueva España à Oviedo. Letizia d’Espagne fait son doctorat au Mexique. En même temps elle travaille pour un journal à Guadalajara.

Letizia d’Espagne se marie avec Alonso Guerrero, professeur de littérature, qu’elle avait connue à l’institut. Letizia divorce en 1999 d’avec Alonso Guerrero puis la même année ses parents se divorcent, alors sa mère et elle décident de vivre ensemble.

Sa rencontre avec le futur roi d’Espagne

Alors qu’elle ne se doutait pas encore qu’elle serait un jour reine d’Espagne, Letizia entre à la télévision publique espagnole, TVE. Elle va ensuite couvrir comme envoyée spéciale le 11 septembre et les événements d’Irak. La journaliste rencontre personnellement Philippe de Bourbon, alors prince des Asturies. Leur relation reste secrète.

Le 1er novembre 2003, la maison royale annonce officiellement les fiançailles de Letizia et Philippe. Le 22 mai 2004, on célèbre en Espagne le mariage de Letizia Ortiz et Philippe de Bourbon, alors héritier de la couronne espagnole.

Letizia d’Espagne, reine et mère

CR_150808lgg_8187.jpg

La reine Letizia a donné naissance à son premier enfant, le lundi 31 octobre 2005. La petite fille s’appelle Léonore et prend à l’époque la 2e place dans l’ordre de succession au trône espagnol.

La reine d’Espagne a ensuite donné naissance à son 2e enfant, dimanche 29 avril 2007. La petite-fille se prénomme Sofía en l’honneur de sa grand-mère paternelle, l’ancienne reine d’Espagne. La petite-fille prend alors la 3e place dans l’ordre de succession au trône espagnol.

Deuil…

Sa sœur, Erika Ortiz, qui était en dépression, est décédée le 7 février 2007. L’Espagne entière fut sous le choc. (Source)

Leonor de Bourbon (Leonor d’Espagne)

Leonor de Bourbon (de son nom espagnol Leonor de Borbón Ortiz), est la petite-fille de Juan Carlos Ier et la première des Infantes d’Espagne née du mariage de Letizia Ortiz et du roi d’Espagne, Philippe VI de Bourbon.

Leonor de Bourbon est princesse des Asturies et porte le titre d’Infante d’Espagne avec le prédicat d’Altesse Royale.

L’infante Leonor est à la première place dans l’ordre de succession au trône espagnol avant sa sœur cadette, l’infante Sofía née en 2007 et sa tante, l’infante Elena, duchesse de Lugo (Galice).

L’infante est née le lundi 31 octobre 2005 à Madrid. Elle a été baptisée le samedi 14 janvier 2006 avec l’eau du Jourdain puisée par les frères franciscains de Jérusalem, au cours d’une cérémonie religieuse à laquelle ont assisté les représentants des plus hautes institutions de l’Etat espagnol. Ses parrains sont le Roi émérite Juan Carlos et la reine émérite Sofía.

L’infante porte le nom de Leonor, qui est un prénom traditionnel des familles royales de Castille et d’Aragon. Ce prénom fut apporté dans la famille royale de Castille par Aliénor d’Angleterre (1161-1214), fille d’Aliénor d’Aquitaine et reine de Castille par son mariage avec Alphonse VIII de Castille. Cinq reines d’Aragon portèrent le nom d’Aliénor, ainsi que trois reines de Castille, deux reines de Navarre et quatre reines de Portugal. Le prénom passa ensuite aux Habsbourg, puis aux Bourbon.

Il est donc intéressant de noter que, dans le cadre de la discussion sur les règles de succession, Leonor de Bourbon a été dotée d’un prénom dynaste, cependant moins chargé symboliquement qu’Isabel (en référence à la reine Isabel II, seule femme à avoir hérité du trône d’Espagne), qui aurait constitué une vraie revendication au trône (Source).

Sofia d’Espagne, ancienne reine d’Espagne : qui est-elle ? Biographie

REINE D'ESPAGNE, SOFIA D'ESPAGNE (© Casa de Su Majestad el Rey / DVirgili)

Qui est Sofia ? Biographie

L’ancienne reine d’Espagne, Sofía d’Espagne, en français Sophie de Grèce, est née le 2 novembre 1938 à Athènes. Son père est le roi Paul Ier de Grèce et sa mère est la reine Frederika (née princesse Frederika de Hanovre). Elle a pour frère cadet l’ancien roi Constantin II de Grèce et pour sœur cadette la princesse Irène de Grèce.

Grâce à sa rigoureuse éducation l’ancienne reine Sofía d’Espagne parle allemand, anglais, espagnol, français et grec.

Son mariage avec Juan Carlos d’Espagne

Le 14 mai 1962, elle épouse à Athènes le prince Juan Carlos d’Espagne qui devient en 1975 le roi Juan Carlos Ier, succédant au général Franco, qui dirigeait le pays depuis 1936.

Juan Carlos Ier restaure la démocratie en Espagne, avec l’aide discrète de son épouse. Ils ont refusé d’habiter le palais royal d’Orient à Madrid, qui est destiné désormais aux réceptions, au profit du modeste domaine de la Zarzuela. Rompant avec les traditions, ils n’ont pas voulu instaurer de Cour.

L’ancienne reine Sophie n’a pas de dame d’honneur et ne porte jamais de chapeaux, ce qui la différenciait des autres souveraines d’Europe.

Titres de Sofia d’Espagne

  • Son Altesse royale la princesse Sophía de Grèce et de Danemark (1938-1962)
  • Son Altesse royale la princesse Sofía d’Espagne (1962-1969)
  • Son Altesse royale la princesse d’Espagne (1969-1975)
  • Sa Majesté la reine d’Espagne (1975-2014)
  • Reine consort d’Espagne depuis 2014

Ses enfants : Elena, Cristina, Felipe

De son union avec Juan Carlos d’Espagne sont nées deux filles, Elena (1963) et Cristina (1965) et un fils, le prince Felipe (1968), actuel roi d’Espagne.

L’infante Cristina a épousé en 1997 le joueur de handball Iñaki Urdangarin qu’elle avait rencontré un an plus tôt aux Jeux Olympiques d’Atlanta. Ils ont eu quatre enfants : Juan, Pablo, Miguel et Irene.

En savoir plus sur cette biographie de Juan Carlos...
En savoir plus sur cette biographie de Juan Carlos…

Felipe d’Espagne, l’actuel roi

Titré prince des Asturies en 1977, Felipe a épousé en 2004 la journaliste espagnole Letizia Ortiz, l’actuelle reine d’Espagne. Ils sont aujourd’hui le couple royal d’Espagne (Felipe d’Espagne) et sont les parents, depuis octobre 2005, d’une petite infante Leonor qui est actuellement 1ère dans l’ordre de succession au trône d’Espagne. Leur 2e fille, l’infante Sofía, est née en mai 2007 (Source).

Juan Carlos d’Espagne : qui est-il ? Sa biographie + photos

Juan Carlos Ier, très rarement désigné par son nom francisé Jean-Charles Ier (en castillan : Juan Carlos I de Borbón y Borbón), né le 5 janvier 1938, fut roi d’Espagne, du 22/11/1975 au 17/06/2014. Qui est-il ?

Les institutions officielles emploient généralement pour le désigner son nom en castillan Juan Carlos I dans toutes les langues étrangères à l’Espagne, bien que son nom soit aisément traduisible dans toutes les langues d’Europe. Ce nom s’est aujourd’hui imposé partout dans l’usage. Pourtant, en catalan, basque et galicien, on emploie respectivement les noms Joan Carles I, Joan Karlos I.a et Xoán Carlos I.

S.S.M.M. Los Reyes Sofía y Juan Carlos I de España.

La Monarchie parlementaire de Juan Carlos Ier

Grâce à l’institution de cette Monarchie les citoyens espagnols, vécurent le passage de la Dictature à la Démocratie sans la moindre effusion de sang, sans le moindre drame.

La monarchie parlementaire met le roi au-dessus des partis politiques. Le suffrage universel décide tous les quatre ans de porter au pouvoir l’assemblée législative qui a recueilli la majorité électorale. Après consultation, le roi propose le candidat au poste de président du gouvernement qui doit ensuite recueillir la confiance du parlement espagnol, les « Cortes ». Par là même, un gouvernement décidera du destin du pays pour le meilleur du peuple espagnol.

L’Espagne a réussi sa décentralisation, le roi en est le fédérateur. Il incarne les traditions et la culture de son pays et est le garant des institutions espagnoles. Il est un ambassadeur du savoir-faire ibérique à travers le monde, notamment en Amérique latine. En monarchie parlementaire, le roi incarne une démocratie vivante, il est le parangon de l’unité du pays. Le président du gouvernement conduit les affaires de la nation. Contrairement à d’autres institutions démocratiques, le souverain s’interdit toute intervention qui pourrait entraver la conduite du pays. Ceci ne lui interdit pas pour autant dans la confidentialité, de conseiller, de mettre en garde ou d’encourager le gouvernement, exerçant ainsi son rôle d’arbitre et de modérateur, tel que la Constitution l’y autorise.

La désignation du futur roi d’Espagne

Son grand-père Alphonse XIII fut roi d’Espagne jusqu’à l’avènement, en 1931, de la Seconde République espagnole. La Guerre civile espagnole met fin à la république et est suivie par la dictature du général Franco, qui exerce les fonctions de chef de l’État jusqu’à sa mort le 20 novembre 1975. Le 22 novembre, le prince Juan Carlos devient roi d’Espagne sous le nom de Juan Carlos Ier.

Juan Carlos d’Espagne naît le 5 janvier 1938 à Rome, en Italie, où sa famille vit en exil. Enfant, il est surnommé Juanito (« Ti-Jean » ou Petit Jean). Il quitte ses parents et vient en Espagne pour suivre une formation sous l’égide de Franco, qui avait posé cette condition à la restauration de la monarchie.

En 1956, son frère cadet Alfonso meurt d’un coup de fusil dans la résidence de ses parents à Estoril, Portugal. Officiellement, il s’agit d’un accident survenu pendant le nettoyage d’un fusil, mais Juan Carlos étant le seul témoin, des doutes subsistent sur l’identité de celui qui tenait cette arme.

Franco écarte du trône le père de Juan Carlos, le prince Juan de Borbón, comte de Barcelone, préférant prendre comme successeur Juan Carlos lui-même afin de maintenir le régime. Pendant la dictature, Franco crée le titre de prince d’Espagne (plutôt que prince des Asturies) pour Juan Carlos. Celui-ci commence à utiliser le deuxième nom, Carlos, pour avancer ses prétentions à l’héritage du côté de sa famille.

Le 22 juillet 1969, devant les Cortes réunies dans l’illustre édifice de la Carrera de San Jerónimo, gardé par deux lions de bronze la patte posée sur un boulet de canon, le général Franco, d’une voix ténue, presente Juan Carlos comme l’homme le plus digne de lui succéder le jour venu, à titre de roi, dans la continuité des Principes du Mouvement National (Movimiento) .

Pendant un temps, on a prêté au général Franco une hypothétique intention de placer sur le trône le cousin germain de Juan Carlos, le prince Alphonse de Bourbon (1936-1989), sans qu’aucun élément tangible vienne jamais étayer cette thèse (en dehors du mariage, le 8 mars 1972, de ce dernier avec la petite-fille de Franco, Carmen Martínez-Bordiú). Alphonse de Bourbon avait d’ailleurs renoncé solennellement à toute prétention au trône d’Espagne, deux ans et demi auparavant, suivant en cela la démarche de son père le duc d’Anjou et de Ségovie).

Roi d’Espagne

S.M. el Rey Juan Carlos I de España.

Durant les périodes de maladie de Franco en 1974 et 1975, Juan Carlos est nommé chef de lÉtat par intérim. Proche de la mort, Franco avoua le le 30 octobre 1975 qu’il était trop malade pour gouverner mais ce ne sera que 2 jours après la mort du dictateur, survenue le 20 novembre 1975, que Juan Carlos sera proclamé roi d’Espagne.

Or, Juan Carlos promulgue rapidement des réformes démocratiques, au grand dam des éléments conservateurs, notamment les forces armées, qui s’attendaient à ce qu’il maintînt l’État fasciste. Juan Carlos nomme Adolfo Suárez, ancien chef du Movimiento Nacional, au poste du président du gouvernement.

La pièce maîtresse des réformes démocratiques est la loi pour la réforme politique (Ley para la Reforma Política) présentée par le gouvernement Suárez, adoptée par les Cortes le 18 novembre 1976 et par le peuple espagnol le 15 décembre 1976 (94.2% de « oui »). Cette loi, de rang constitutionel (« loi fondamentale » selon la terminologie franquiste), crée les bases juridiques nécessaires à la réforme des institutions franquistes depuis l’intérieur et permet que se déroulent le 15 juin 1977 les premières élections démocratiques depuis l’instauration de la dictature. Le Congrès des députés (Congreso de los Diputados) et le Sénat (Senado) issus de ces élections seront chargés d’élaborer, notamment, la nouvelle constitution démocratique que le roi approuvera au cours d’une session conjointe des deux Chambres le 27 décembre 1978.

En 1977, le père du roi, Juan de Borbón, avait formellement renoncé à ses prétentions au trône ; Juan Carlos le remerciera en confirmant le titre de comte de Barcelone que ce prince s’était donné pendant son exil. La nouvelle constitution espagnole de 1978 reconnaîtra en Juan Carlos l’héritier légitime de la dynastie.

Armoiries du roi d\'Espagne

Une tentative de coup d’État militaire surprend les Cortes le 23 février 1981. Des officiers tirent des coups de feu dans la Chambre parlementaire durant une session retransmise en direct à la télévision. On craint alors la déroute du processus démocratique, jusqu’à ce que le roi étonne la nation par une allocution télévisée exigeant que l’armée apporte son soutien inconditionnel au gouvernement démocratique légitime. Le roi avait auparavant appelé plusieurs chefs de l’armée pour leur ordonner en tant que commandant en chef de défendre la démocratie.

Lors de sa prestation de serment devant les Cortes, un chef communiste, Santiago Carrillo, lui avait donné le sobriquet «Juan Carlos le Bref», prédisant qu’il se trouverait rapidement écarté avec les autres restes du fascisme. Après l’avortement du coup d’État de 1981, ce même homme politique, ému, dira aux médias, « Dieu protège le Roi ! » Si les démocrates et les gauchistes s’étaient jusque là montrés réservés, après l’échec du coup d’État leur soutien deviendra inconditionnel, un ancien chef de la IIe République déclarera : «Nous sommes tous des monarchistes maintenant». Néanmoins, une expression courante dit que les Espagnols ne sont pas des monarchistes, mais des «Juancarlistes».

Plus tard, une tentative d’assassinat par des membres du groupe armé basque ETA avortera à Majorque, lieu de villégiature de la famille royale.

Juan Carlos Ier, roi d\'Espagne

Aujourd’hui, le roi d’Espagne règne en tant que monarque constitutionnel, sans exercer de réel pouvoir sur la politique du pays. Il est considéré comme un symbole essentiel de l’unité du pays et ses interventions et points de vue sont écoutés respectueusement par des politiciens de tous les côtés. Son discours annuel la veille de Noël est diffusé par la plupart des canaux télévisuels espagnols. Puisqu’il est le chef suprême des forces armées espagnoles, son anniversaire est une fête militaire.

Juan Carlos Ier, roi d\'Espagne

L’effigie du roi apparaissait sur les pièces et billets en pesetas et apparaît toujours les timbres d’usage courant espagnols et sur les pièces espagnoles de 1 et 2 euros.

En septembre 2007 lors du 17ème sommet ibéro-américain, son intervention sera rendue célèbre (par les médias et des sites de partage de vidéos) pour son fameux « ¿Porqué no te callas? » à l’encontre du président du Vénézuela Hugo Chavez qui s’en prenait à la politique de l’ancien premier ministre espagnol José María Aznar.

La Constitution espagnole de 1978

L’Espagne a été un pays sans Constitution dès 1936 à 1978. Après la prise du pouvoir, le général Franco légiférait à coups de Fuero de los españoles, de « lois organiques » et de « lois de succession ».

Descendance bourbonienne et victorienne

  • Bourbon par la grâce de Philippe de France, petit-fils de Louis XIV le Roi Soleil, Juan Carlos descend donc en ligne directe du comte de Clermont Robert de France (1256-1317), le dernier fils de Saint Louis (Louis IX) et qui fut reconnu sire de Bourbon en 1283.
  • Victoire Eugénie de Battenberg (1887-1969), la petite-fille de la reine Victoria Ier, épousa en 1906 Alfonso XIII (1886-1941), roi d’Espagne. Leur petit-fils, Juan Carlos d’Espagne (1938) est donc l’arrière-arrière-petit-fils de la reine Victoria, dernier monarque de la Maison de Hanovre.

La famille

Son épouse, la reine émérite Sofía est membre de l’ancienne famille royale grecque. Ils ont trois enfants : les infantes Elena, duchesse de Lugo (Galice), Cristina, duchesse de Palma de Majorque et l’héritier qui accède au trône le 19/06/2014, Felipe d’Espagne ou Felipe VI et époux de l’ancienne journaliste Letizia Ortiz Rocasolano.

Juan Carlos d’Espagne est également grand-père de nombreux petits-enfants : Felipe Juan Froilán et Victoria Federica de Marichalar y de Borbón, Juan Valentín, Pablo Nicolás, Miguel et Irene Urdangarin y de Borbón et S.A.R. l’infante l’infante Leonor de Bourbon Ortiz, l’infante Sofía… (Source).

Le palais royal de Madrid

Le palais royal de Madrid est une visite incontournable si vous prévoyez des vacances à Madrid.

Grande et magnifique ancienne résidence de la famille royale espagnole et du roi d’Espagne jusqu’à Alphonse XIII (puis de Manuel Azaña, président espagnol entre 1936 et 1939), le palais royal de Madrid est aujourd’hui utilisé pour les cérémonies officielles.

Vous découvrirez lors de votre visite du palais royal de Madrid de nombreuses œuvres d’art comme des tableaux de Goya, Velázquez ou encore Anton Raphael Mengs, la bibliothèque royale, des collections de meubles, porcelaines, chandeliers, tapisseries de Goya, constructions en marbre, statues, instruments…

A l’étage du palais royal de Madrid, ne manquez pas d’admirer la décoration des dizaines de salons et séjours aux styles variés : rococo, porcelaine, néoclassique…

La visite de la chapelle royale mérite elle aussi un détour pour la beauté de ses décorations.

Enfin, vous pourrez vous détendre avec les grands jardins de Sabatini du palais royal de Madrid.

L’adresse et l’accès au Palais royal de Madrid : Calle de Bailén, Madrid. Accès : métro L5 ou bus 146.

Espagne Facile : qui, quoi ?

Linda, passionnée de l'Espagne, je partage avec vous mes découvertes, lieux à visiter, recettes de cuisine, fêtes, conseils, bons plans, etc. J'écris sur l'Espagne depuis 2002 pour promouvoir la culture espagnole.

Je vous invite aussi à découvrir un autre visage de l’Espagne, loin de la foule et du tourisme de masse : l’Espagne authentique : villages espagnols, traditions, patrimoine oublié, Urbex, randonnées, etc. Pour un tourisme plus vert, un tourisme rural, plus responsable, éthique et plus enrichissant.