Cría cuervos, le film espagnol culte !

Cinéma espagnol

CRIA CUERVOS

Cría cuervos est un film espagnol réalisé par Carlos Saura, sorti en 1976.

Résumé du film Cría Cuervos

CRIA CUERVOS

Dans le Madrid des années 70, Ana, 8 ans, a été témoin de la mort de ses parents : son père mort dans les bras de sa maitresse et de sa mère partie dans d’atroces souffrances, faute d’être aimée. Élevée par Paulina, sa tante maternelle, elle se réfugie alors dans ses rêves et souvenirs pour retrouver sa mère.

C’est une fable sur l’enfant, l’adulte et la distance entre ces deux mondes dans une Espagne franquiste et bourgeoise cloisonnée dans ses codes et ses interdits.

C’est une vision sans idéalisme sur le monde enfantin et sur l’Espagne pendant le Franquisme. Anna le personnage principal pense qu’elle a le pouvoir de faire revivre sa mère par la seule force de ces souvenirs. Mais aussi le pouvoir de faire mourir son père qu’elle juge responsable de la mort de sa mère et sa tante qui ne réussit pas à remplacer sa mère. Anna porte sur les adultes un regard d’enfant extrêmement mûr, rempli de cynisme et de réalisme.

Dans cette histoire Carlos Saura mélange habilement le présent avec Anna devenue adulte qui analyse les moments qu’elle se remémore, le passé avec le souvenir omniprésent de sa mère et le futur.

Autour du film Cría Cuervos

Cría cuervos signifie « Elève/nouris des corbeaux ». Le titre s’inspire d’un proverbe espagnol : « Élève des corbeaux et ils t’arracheront les yeux » dont un équivalent francophone est : « Qui sème le vent récolte la tempête ».

Le film a utilisé la chanson « Porque te vas », composée par José Luis Perales et interprétée par Jeannette. Sortie deux ans plus tôt mais passée inaperçue, cette rengaine du film est devenue par la suite un véritable hit international. Le film a été tourné à Madrid et à Quintanar (province de Ségovie).

Récompenses et nominations de Cría Cuervos

Récompenses

  • Festival de Cannes 1976 : Grand Prix du jury (à égalité avec La Marquise d’O…)
  • Prix du Syndicat des critiques français 1977 : Meilleur film étranger
  • Premios ACE 1978 : Meilleur film, Meilleur réalisateur (Carlos Saura), Meilleure actrice (Geraldine Chaplin), Meilleur seconde rôle masculin (Héctor Alterio).

Nominations

  • Festival de Cannes 1976 : Palme d’or
  • César 1977 : Meilleur film étranger
  • Golden Globe 1978 : Meilleur film étranger

Extrait vidéo de Cría Cuervos

Fiche technique de Cría Cuervos

  • Titre original : Cría cuervos
  • Titre anglais : Raise Ravens (Royaume-Uni) ou Cria! (USA)
  • Réalisation : Carlos Saura
  • Scénario : Carlos Saura
  • Pays d’origine : Espagne
  • Genre : Drame
  • Durée : 107 minutes
  • Dates de sortie : le 26 janvier 1976 en Espagne, en mai 1976 au Festival de Cannes et le 3 juin 1976 en sortie nationale puis le 7 février 2007 (nouvelle sortie). Aux États-Unis : le 18 mai 1977

Distribution de Cría Cuervos

  • Geraldine Chaplin : La mère d’Ana / Ana adulte
  • Mónica Randall : Paulina
  • Florinda Chico : Rosa
  • Ana Torrent : Ana
  • Héctor Alterio : Anselmo
  • Germán Cobos : Nicolás Garontes
  • Mirta Miller : Amelia Garontes
  • Josefina Díaz : Abuela (la grand-mère)
  • Conchita Pérez : Irene
  • Maite Sánchez : Juana
  • Juan Sánchez Almendros (Source)

Cinéma espagnol

Prix Goya

Le Goya est une récompense décernée par l’Académie des Arts et des Sciences Cinématographiques d’Espagne, créée en 1986 et la première édition eut lieu en 1987.

Le trophée est un buste en bronze représentant Francisco Goya.

Dans le palmarès des Goya délivré chaque année, 27 catégories sont représentées (sans compter celle du Goya d’honneur), parmi lesquelles :

  • Prix Goya du meilleur film
  • Prix Goya du meilleur réalisateur
  • Prix Goya de la meilleure actrice
  • Prix Goya du meilleur acteur
  • Prix Goya du meilleur second rôle féminin
  • Prix Goya du meilleur second rôle masculin
  • Prix Goya du meilleur espoir féminin
  • Prix Goya du meilleur espoir masculin
  • Prix Goya du meilleur metteur en scène

Quelques festivals de cinéma espagnol

Quelques films espagnols célèbres

  • 800 balles
  • Action mutante
  • Le Baiser de l’ours
  • Carmen
  • Cet obscur objet du désir
  • Cría Cuervos
  • Dragon
  • Darkness
  • Femmes au bord de la crise de nerfs
  • Le Jour de la bête
  • Lucia et le sexe
  • Ma vie sans moi
  • Mar Adentro
  • La langue des papillons
  • La loi du désir
  • La Mauvaise Éducation
  • Mes chers voisins
  • Ne dis rien
  • Noces de sang
  • Ouvre les yeux
  • Parle avec elle
  • Sans nouvelles de Dieu
  • Les Soldats de Salamine
  • Talons aiguilles
  • Tristana
  • Un chien andalou
  • Vengo
  • Volver

Réalisateurs et réalisatrices espagnols

  • Pedro Almodóvar
  • Alejandro Amenábar
  • Carlos Atanes
  • Jaume Balagueró
  • Alfonso Balcazar
  • Ricardo de Baños
  • Juan Antonio Bardem
  • Luis García Berlanga
  • José Luis Borau
  • Luis Buñuel
  • Jaime Camino
  • Mario Camus
  • Segundo de Chomón
  • Isabel Coixet
  • Julio Medem
  • Bigas Luna

Acteurs et actrices espagnols

Scénaristes espagnols

  • Jaume Balagueró
  • David Trueba

Volver

VOLVER

Volver est un film espagnol de Pedro Almodóvar, sorti en 2006. Volver a fait partie de la sélection officielle du festival de Cannes 2006, l’ensemble des actrices du film a été récompensé par un prix d’interprétation collectif, le film a obtenu aussi le prix du meilleur scénario dans ce festival. Le film est produit par El Deseo S.A., la société de production du réalisateur.

Synopsis de Volver

Raimunda vit à Madrid avec son compagnon Paco et sa fille de 14 ans, Paula. Par un jour de grand vent, elle se rend dans son village natal avec sa sœur Sole pour entretenir la tombe de ses parents, morts trois ans auparavant dans un incendie. Elle en profite pour rendre visite à sa tante Paula qui perd un peu la tête. Quelques jours plus tard, la voisine Agustina appelle : la tante Paula est morte. Au même moment à Madrid, Paula, la fille de Raimunda, tue d’un coup de couteau Paco qui tente d’abuser d’elle. À la suite de ces deux morts, la vérité sur le passé va peu à peu se faire jour.

Distribution de Volver

  • Penélope Cruz : Raimunda, la sœur aînée
  • Carmen Maura : Irene, la mère de Raimunda et Sole
  • Lola Dueñas : Sole, la sœur aînée de Raimunda
  • Blanca Portillo : Agustina
  • Yohana Cobo : Paula, la fille de Raimunda
  • Chus Lampreave : la tante Paula (tía Paula)
  • Leandro Rivera : l’auxiliaire de production d’un film
  • Yolanda Ramos : Présentatrice TV
  • Antonio de la Torre : Paco, le mari de Raimunda

Récompenses de Volver

  • Festival de Cannes, 2006 : les six interprètes principales du film, Penélope Cruz, Lola Dueñas, Blanca Portillo, Carmen Maura, Yohana Cobo et Chus Lampreave se sont vues remettre le prix de la « meilleure actrice ». Pedro Almodovar a lui reçu le prix du meilleur scénario.
  • Prix des auditeurs 2006 du Masque et la Plume pour le meilleur film étranger.

Scénario

Pour le scénario de Volver, Pedro Almodóvar s’est en grande partie inspiré de son enfance: « Je suis retourné à mes racines et à la mémoire de ma mère. Je me base entièrement sur ma vie, mes souvenirs et ceux de ma famille. » La pièce de Federico García Lorca intitulée « La Maison de Bernarda Alba » a également été une source d’inspiration pour Pedro Almodóvar.

L’inceste

L’inceste est le thème qui constitue le fil rouge de Volver, avec la tentative de viol de Paco, le mari de Raimunda, sur leur fille Paula, dont on apprendra à la fin qu’elle n’est en fait pas la fille biologique mais le résultat d’un inceste entre Raimunda et son père. Ce fil rouge est d’ailleurs marqué par la couleur rouge qui revient souvent dans le film : le sang de Paco ; la voiture de Sole qui leur permet de voyager de Alcanfor de las Infantas, lieu de l’inceste de Raimunda, à Madrid, lieu de l’inceste de Paula ; les vêtements de Raimunda et Paula (ainsi que d’Emilio) le jour de l’inceste subi par cette dernière; le bus qui ramène Raimunda et qu’attend sa fille Paula, comme si celui-ci véhiculait l’inceste de la mère vers la fille; le congélateur rouge dans lequel Raimunda entrepose Paco…

Choix des acteurs

Pour son film, Pedro Almodóvar a fait appel à des actrices qu’il connaissait déjà bien, souvent surnommées « chicas Almodóvar ».

Carmen Maura était l’actrice principale d’Almodóvar à ses débuts, la première « chica Almodóvar » : elle fût en effet l’héroïne principale de Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (1980), Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? (1984), La loi du désir (1986) et Femmes au bord de la crise de nerfs (1987) et avait été second rôle dans Matador (1986) et Dans les ténèbres (1983).

Chus Lampreave avait été second rôle dans Dans les ténèbres (1983), Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? (1984) et Femmes au bord de la crise de nerfs (1987).

Penélope Cruz avait été second rôle dans En chair et en os (1997) et Tout sur ma mère (1999).

Lola Dueñas avait été second rôle dans Parle avec elle (1999).

Yohana Cobo, quant à elle, âgée de seulement 20 ans au moment du tournage de Volver, faisait sa première apparition dans un film d’Almodóvar.

Anecdotes sur Volver

  • Penélope Cruz porte une postiche pour avoir un postérieur plus opulent.
  • Dans le plan d’ouverture du film, un long travelling sur les femmes au cimetière, on aperçoit Pedro Almodóvar déguisé en femme qui nettoie une tombe.
  • La trame principale du scénario reprend celle de son film de 1984 Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?
  • Almodovar glisse toujours la citation d’un film à lintérieur de ses films, un hommage à sa passion cinématographique. Dans Volver, il s’agit de la scène où Irene regarde la télévision alors qu’elle veille Agustina mourante : on y voit un extrait de Bellissima, film de Luchino Visconti. Cet extrait montre un père qui prend sa fille sur ses genoux et lui raconte une histoire alors que la mère, jouée par Anna Magnani (l’actrice fût abandonnée par sa mère à la naissance), se recoiffe dans une pièce attenante : « Salut ma jolie! Donne un bisou à papa ! Maddalena ! T’ai-je déjà raconté l’histoire de Pinocchio ? Ce garçon menteur qui avait le nez qui poussait dès qu’il disait un mensonge et les mensonges qu’il disait à son père, un petit vieux qui faisait des marionnettes ? » Raimunda revient vers sa mère juste après cet extrait.

Vidéo de Volver

[youtube:http://www.youtube.com/watch?v=ABSvppyQGdE]

Musique de Volver

La chanson du film Volver (« Revenir », en français) qui lui donne son titre est à l’origine un tango nostalgique sur l’exil écrit par le poète argentin, Alfredo Le Pera en 1935 et interprété par Carlos Gardel. Trois mois après l’avoir enregistré, l’auteur et le chanteur se sont tués dans un accident d’avion, par superstition, la chanson sera longtemps exclue des bals. Elle est ici interprétée dans le style du flamenco par Estrella Morente, qui prête sa voix à Penélope Cruz.

Le couplet retenu dans le film résume parfaitement l’état d’esprit de Raimunda mêlant crainte et espoir au moment où elle l’interprète, alors que sa mère qu’elle croit toujours morte l’écoute dissimulée dans la voiture de Sole : « J’ai peur de la rencontre avec le passé qui revient se confronter avec ma vie. J’ai peur des nuits peuplées de souvenirs qui enchaînent mes rêves (…) Et bien que l’oubli qui détruit tout a tué ma vieille illusion, je garde cachée l’humble espérance qui est toute la fortune de mon cœur ».

Le générique de début du film, durant la scène où les femmes nettoient les tombes, est agrémentée de la chanson Las Espigadoras (la Rosa Del Azafrán). C’est à l’origine une zarzuela ou opérette espagnole, composée par Jacinto Guerrero, écrite par Federico Romero et Guillermo Fernández Shaw et interprétée dans ce film par Conchita Panadés. L’action de cette opérette se situe dans Castille-La Manche, ce qui nous ramène à un des thèmes principaux du film, à savoir les traditions de cette région espagnole.

Cette chanson apparait dans l’acte I, scène 3 de l’opérette, alors que les femmes travaillent à extraire les stigmates de la fleur de safran (azafrán), un travail pénible et intense. Cela laisse donc déjà deviner un des angles de vue du film, à savoir la force et le courage de femmes qui travaillent seules (dans le film, Raimunda multiplie les emplois et travaille sans relâche pour faire vivre sa famille). De plus, il est dit dans l’opérette que l’amour est fragile comme cette fleur de safran : leur floraison se fait à l’aube, puis elle se fane rapidement durant la journée. Cela renvoie dans le film aux thèmes de la mort et de l’amour impossible avec les hommes.

Pendant la fête de fin de tournage dans le restaurant, on peut entendre la chanson A good thing du groupe Saint Etienne. Le refrain de cette chanson est : « It’s a good thing, the best thing, last thing you should have left behind. Out of nowhere, out there. It’s gone, It’s gone, It’s gone, It’s gone, It’s gone. » On peut établir un lien avec la mort de Paco, la réaction de Raimunda ayant été la meilleure chose qu’elle aurait eu à faire, et une chose qui doit désormais faire partie du passé.

Alberto Iglesias, qui avait déjà travaillé avec Almodóvar sur La Fleur de mon secret, Tout sur ma mère, Parle avec elle et La Mauvaise Éducation, a signé la musique originale du film Volver composée de 17 morceaux : Las vecinas, Titulos, Dicen que la han visto, Irene bajo la cama, El año seco, Arrastran el cadaver, Paco congelado, Tema lloron, Dos en la furgoneta’, Irene y Agustina, Se aparece + Trabajo, Las vecinas (variación), En el hospital, Ferreteria, El polvo del tractor, La bicicleta estatica, Comida casera.

(Source : Wikipedia, licence GFDL)

Ouvre les yeux

OUVRE LES YEUX

Ouvre les yeux (« Abre los ojos » en espagnol) est un film de 1997 réalisé par Alejandro Amenábar qu’il a lui même écrit avec Matéo Gil.

Synopsis d’Ouvre les yeux

Dans la cellule d’une unité psychiatrique carcérale, César, un jeune homme de 25 ans, est aidé par un psychiatre (Antonio) à reconnaître les circonstances qui l’ont amené à commettre un meurtre. Les progrès du récit de César font apparaître de graves confusions dans sa perception de la réalité.

César était un garçon riche et beau, lorsque son ex petite amie (Nuria), poussée par la jalousie, provoque un accident de voiture dans lequel elle meurt et laisse César horriblement défiguré. À partir de ce moment, sa vie devient un cauchemar, les visions s’enchaînent et le désorientent un peu plus chaque fois (il voit par exemple Sofía, sa petite amie, avec le visage de Nuria). Il finit par être arrêté pour le meurtre d’une femme, Sofía d’après tout le monde, mais lui est persuadé que c’est Nuria. Désespéré, il vient à mettre en doute son équilibre psychique et à imaginer une conspiration contre lui.

On révèle progressivement que peu de temps après son défigurement, il a signé un contract avec Life Extension, une compagnie de cryonie, qui lui permettra de vivre après sa mort un rêve extrèmement lucide et proche de la réalité. Ce rêve sera rattaché à sa vie de façon parfaite, effaçant ses derniers souvenirs. Il se suicide après la signature, tout ce qui a suivi n’était donc qu’un rêve.

A la fin du film, il choisit de se réveiller. On entend une infirmière lui dire « ouvre les yeux, ouvre les yeux », ce que lui avait dit son ex pour le réveiller dans la première scène du film, alors qu’il était bien vivant.

Distribution du film Ouvre les yeux

  • Eduardo Noriega : César
  • Penélope Cruz : Sofía (VF : Barbara Delsol)
  • Chete Lera : Antonio
  • Fele Martínez : Pelayo
  • Najwa Nimri : Nuria
  • Gérard Barray : Duvernois
  • Jorge de Juan : Encargado L.E.
  • Miguel Palenzuela : Le Commissaire
  • Pedro Miguel Martínez : Chef médecin

Commentaires sur le film Ouvre les yeux

Les thèmes généraux et de non réalité dans Ouvre les yeux sont très semblables à ceux utilisés dans le roman Ubik de Philip K. Dick.

Ce film a fait l’objet d’un remake américain, Vanilla sky, réalisé par Cameron Crowe, avec Tom Cruise dans le rôle principal. Penelope Cruz, déjà présente dans le film originel, joue également dans ce remake.

(Source : Wikipedia, licence GFDL)