Ponferrada

PONFERRADA

Ponferrada est située au nord-ouest de l’Espagne, capitale de la comarca (canton) du Bierzo, province de Léon, dans la Communauté autonome Castille et León, à 80 km environ à l’ouest de León. Ponferrada est une ville étape du chemin de Compostelle, sur « el Camino francés » avec une population de 62 175 habitants en 2001.

Les monuments de Ponferrada

  • L’église Santo Tomas de las Ollas.
    Située entre les deux rivières, nommée aussi « de las Entrambasaguas » d’entre deux eaux, elle possède une abside mozarabe.
  • Le château des Templiers, el Castillo de los Templarios
  • La basilique de Nuestra Señora de la Encina du XVIe siècle
  • La tour de l’Horloge du XVIe siècle
  • L’église baroque San Andres du XVIIe siècle
  • L’Hostal de la Reina, l’hôpital pour les pélerins, fondé par les Rois catholiques.
  • Le couvent des conceptionnistes de 1542.
  • L’Hôtel de ville

[asa espagne]2061007597[/asa]

Histoire de Ponferrada

Ponferrada est bâtie au confluent des rios Sil et Boeza. La Boeza est un affluent du Sil. Sur la langue de terre formée par leur confluence, il y eut sans doute un habitat préhistorique.

Ponferrada, endroit stratégique proche de leur centre d’exploitation aurifère de Las Medulas, les romains avaient installé un fort. Théodoric II (453-466) s’empara en 456 de la position et, quelques siècles plus tard, les musulmans l’occupèrent.

Les pélerins passaient en barque la Boeza avant que le pont Mascaron ne fût construit. Une profonde forêt de chênes verts et la difficulté d’un gué au fond d’un ravin, pour le Sil, faisaient que bien des pélerins cherchaient ailleurs un passage plus aisé.

PONFERRADA : Château des Templiers

En 1082, l’évêque d’Astorga Osmundo fit jeter, sur le Sil, le Pons ferratus, que signale Aimery Picaud dans son Guide du Pèlerin. Dans cette région de mines, on avait largement employé le fer pour cet ouvrage. À une époque où tous les ponts étaient de pierre ou de bois, cette richesse soulevait l’admiration. Le développement de Ponferrada fut tel qu’un «burgo del puente Boeza», existant au XIIe siècle près du pont Mascaron, concurrencé, disparut.

Ponferrada se développa sous l’impulsion de Ferdinand II de León (1137-roi 1157-1188.) En 1178, ce souverain invita l’Ordre du Temple à s’y installer afin de contrôler cet axe de passage que constitue le Bierzo et d’assurer la sécurité des pèlerins. Entre 1218 et 1282, les Templiers édifièrent, sur la rive gauche du Sil, la forteresse, qui s’étend sur plus de huit mille mètres carrés, et l’occupèrent jusqu’à la dissolution de leur ordre en 1312.

Dotée d’un fuero (charte) au XIIe siècle, Ponferrada eut quatre hôpitaux, San Làzaro et San Pedro, puis San Juan du XIIIe siècle, et en 1498, Isabelle la Catholique dota Ponferrada d’un hôpital de pèlerins, cet hôpital, appelé de la Reine, est situé rue de… l’Hôpital.

A la suppression de l’Ordre du Temple la ville devint possession des familles d’Osorio ou du comte le Lemos, jusqu’à ce que les Rois Catholiques l’aient réclamée, à la suite d’un conflit entre le Comte de Lemos et son fils, au XIVe siècle, après diverses batailles dans le château et la prise et la récupération successive de la place par chacun de d’eux.

Les Rois Catholiques ont décidé finalement que le château et Ponferrada étaient de leur propriété, acte qui a mis fin aux révoltes.

(Source : Wikipedia, licence GFDL)

[asa espagne]2010027442[/asa]