CAPES d’espagnol : le programme 2022 dévoilé + bibliographie 📚📖

Retrouvez le programme 2022 du CAPES d’espagnol avec la réforme, les dates 2022 ainsi que des exemples de sujets pour le CAPES externe d’espagnol.

Réforme du CAPES en 2022 !

A partir de 2022, le concours du CAPES présente une réforme.

Qu’est-ce qui change et qui peut s’inscrire au CAPES ?

A partir de 20222, vous devez être inscrit en 2e année de Master ou bien détenir un Master pour vous présenter au CAPES externe. Jusqu’à présent, il suffisait d’être inscrit en 1ère année de Master : ce n’est donc plus le cas dès la session 2022.

Autre changement : en 2e année de Master vous n’aurez plus le statut de fonctionnaire stagiaire (puisque vous n’aurez pas encore réussi le concours !) et serez donc entièrement étudiant.

Après la réussite au concours du CAPES, vous devrez aussi valider votre Master pour pouvoir être nommé fonctionnaire stagiaire à la rentrée suivante.

Vous êtes étudiant en Master 2 en 2021-2022 ?

Vous avez réussi le CAPES 2021 externe et êtes inscrit en Master 2 : vous devrez valider votre Master ainsi que réussir votre année de titularisation en tant que fonctionnaire stagiaire. Vous ferez partie de la dernière session à devoir coupler ces 2 exigences à la fois.

Dois-je obligatoirement avoir un Master MEEF ?

Non ! Seule l’obtention d’un Master est obligatoire mais sans exigence spécifique concernant le domaine.

Réforme du Master MEEF

Voir les informations détaillées du site de l’Éducation nationale car c’est assez complexe !

Les épreuves du CAPES d’espagnol externe

  • 2 épreuves écrites d’admissibilité : composition et traduction (thème ET version). La question de grammaire comparée disparaît donc !)
  • 2 épreuves orales d’admission (mise en situation professionnelle et entretien à partir d’un dossier)

Pour plus de détails sur ces aspects, consultez le site « Devenir enseignant ».

Exemples de sujets pour le CAPES externe d’espagnol 2022

Comme il s’agira de la première session du concours depuis la réforme de 2022, il n’y a pas d’annales mais des exemples de « sujets zéros » émis par le ministère de l’Éducation nationale :

  • Exemples de sujets pour l’épreuve disciplinaire : sujet 1 (format PDF), sujet 2 (format PDF)
  • Exemples de sujets pour l’épreuve disciplinaire appliquée : sujet 1 (format PDF), sujet 2 (format PDF)

Exemples de sujets pour le CAPES d’espagnol 2022 : 3e concours/voie

Comme il s’agira de la première session du concours depuis la réforme de 2022, il n’y a pas d’annales mais des exemples de « sujets zéros » émis par le ministère de l’Éducation nationale :

  • Exemples de sujets pour l’épreuve disciplinaire : sujet 1 (format PDF), sujet 2 (format PDF)

Dates du CAPES d’espagnol 2022

Dates des épreuves au CAPES d’espagnol 2022

  • CAPES externe et CAFEP-CAPES : du lundi 21 mars au jeudi 31 mars 2022
  • Troisième concours du CAPES et troisième CAFEP-CAPES : mêmes dates que ci-dessus
  • CAPES interne : dossier à envoyer au plus tard le mardi 30 novembre 2021

Dates d’inscriptions au CAPES d’espagnol 2022

Les inscriptions aux concours de la session 2022 auront lieu « du mardi 17 octobre 2021, à partir de 12h00, au mercredi 17 novembre 2021, 17h00, heure de Paris ».

Programme pour le CAPES externe d’espagnol 2022 + CAFEP – CAPES

En 2022, le programme sera le suivant :

Le programme de l’admissibilité repose sur les notions et thématiques issues des programmes des lycées et collèges :

  1. Thème du cycle 4 du collège : Rencontres avec d’autres cultures.
  2. Axe d’étude du programme d’enseignement commun de langues vivantes des classes de première et terminale des voies générale et technologique : Territoire et mémoire
  3. Axe d’étude du programme d’enseignement commun de langues vivantes des classes de première et terminale des voies générale et technologique : Art et pouvoir
  4. Axe d’étude de l’enseignement de spécialité langues, littératures et cultures de la classe de première : Voyages et exils
  5. Axe d’étude de l’enseignement de spécialité langues, littératures et cultures de la classe de terminale : Oppression, résistances et révoltes.

Œuvres à l’appui

  • LE GRECO : être artiste et peindre dans l’Espagne post-tridentine

=> Plus d’infos, bibliographie et filmographie sur le Bulletin Officiel (format PDF)

Ces autres livres pour vous aider à réviser

Conseils pour l’épreuve de traduction au CAPES d’espagnol

  • Soyez assidus à vos cours de traduction car il s’agit d’un exercice particulier et dont les attentes au concours ne sont pas les mêmes qu’ailleurs

Lorsque vous préparez le texte chez vous (entraînements)

  • Recherchez la bibliographie de l’auteur
  • Renseignez-vous sur l’œuvre (pour avoir des points de repère et enrichir votre culture générale sur les écrivains hispaniques)
  • Repérez les difficultés grammaticales et enfin proposez une première traduction
  • Revoyez la conjugaison des verbes aussi bien français qu’en espagnol, cela vous servira énormément pour l’épreuve

Les grands principes

  • Il s’agit de trouver l’expression la plus en accord avec le français ET le texte (respect de la ponctuation, temps…)
  • Faites une pause afin de prendre du recul par rapport au texte
  • Lorsque vous avez terminé votre thème (espagnol => français), reprenez votre version française et voyez si elle semble correcte pour quelqu’un qui la lirait sans avoir le texte original espagnol
  • Vérifiez que vous n’avez pas oublié un mot ou une phrase entière (c’est déjà arrivé à des candidats du CAPES et là… c’est l’élimination quasi assurée !)
  • Aérez votre copie afin de faciliter la tâche du correcteur. Pour ma part, j’avais sauté une ligne sur deux dans mon devoir de CAPES

Le jour de l’épreuve (le jour J !)

  • Lisez plusieurs fois le texte (3 ou 4 fois), prenez votre temps car on ne voit pas tout à la première lecture
  • Commencez à faire des choix de traduction dans votre tête
  • Faites l’analyse logique du texte : articulation, temps des verbes, subordonnées
  • Identifiez les tournures idiomatiques
  • Prenez garde aux phrases longues
  • Faites un peu d’analyse littérale (qui dit quoi, qui fait quoi, où, à quelle époque…)
  • Enfin seulement : commencez votre traduction sur votre copie
  • Faut-il débuter l’épreuve par le thème ou la version ? Débutez par ce qui vous semble le plus difficile car vous aurez besoin de toute votre énergie et serez également moins pris par le temps en fin d’épreuve !

Voici 2 livres que je vous recommande et qui m’ont aidée lorsque je préparais moi-même le concours :

Mon préféré !

L’incontournable

Conseils pour l’épreuve de Faits de traduction ou de Choix de traduction (= grammaire)

Pour résumer en quelques mots, dans cette épreuve il s’agit de grammaire comparée entre la grammaire française et la grammaire espagnole.

  • Rédigez en FRANÇAIS !!!
  • Soyez clairs et concis
  • Identifiez les catégories grammaticales (nature) ainsi que les fonctions
  • Soignez votre problématique (oui, il faut en écrire une !)
  • Faites une introduction comprenant : nature, fonction, problématique et plan
  • Rappelez la théorie grammaticale en français et en espagnol en respectant l’ordre suivant : langue source => langue cible
  • Première partie : fonctionnement de la structure en langue source (= la langue du texte qui vous est proposé)
  • Deuxième partie : fonctionnement de la structure en langue cible (= la langue vers laquelle on vous demande de traduire le texte)
  • L’esprit de l’épreuve est : « Que diriez-vous à vos élèves s’ils vous demandaient d’expliquer ce point grammatical ? » Soyez donc pédagogues
  • Vous serez aussi jugés sur la qualité de votre rédaction
  • Prohibez absolument les flèches et abréviations !!!
  • Donnez des exemples (provenant du texte ou bien d’ailleurs) pour justifier et illustrer votre propos. Ceci n’est pas facultatif, c’est indispensable si vous souhaitez récolter le maximum de points (et chaque point compte puisqu’il s’agit d’un concours et non d’un examen, souvenez-vous en bien !)
  • Faites une conclusion avec le rappel de la traduction que vous avez proposée pour cette structure (la justifier à nouveau en regard de ce qui a été expliqué par vos soins). Vous pouvez aussi faire une sorte de petit bilan comparatif entre les deux langues et expliquer grosso modo si la structure est la même ou différente

Le livre ci-dessous m’avait beaucoup aidée à préparer cette épreuve cruciale du CAPES d’espagnol (c’est elle qui va souvent faire la différence). Pourquoi ? Parce que vos professeurs ne peuvent pas tout vous apprendre, vous devez donc faire aussi votre propre formation et… heureusement que j’avais opté pour cette stratégie car notre sujet de CAPES ne faisait pas partie des cours de préparation en Master 1 !

Mes fiches de grammaire CAPES

Astuce => Pour réviser la grammaire comparée, voyez mes fiches.

La Tribuna au CAPES par le schéma actanciel de Greimas

Si vous préparez le CAPES d’espagnol, l’agrégation d’espagnol ou tout simplement si vous étudiez l’œuvre La Tribuna d’Emilia Pardo Bazán, cet article est pour vous ! Nous allons voir comment le schéma actanciel de Greimas peut vous aider à structurer le roman de notre galicienne préférée 😉

Le schéma actanciel de Greimas

Le schéma actanciel de Greimas permet de mettre à jour que dans tout récit les personnages et les actions qu’ils mènent s’effectuent autour d’un même schéma, composé de 6 actants (en espagnol : « actantes ») :

  1. le sujet (en espagnol : « el sujeto »)
  2. l’objet (en espagnol : « el objeto ») = ce qui est recherché par le sujet
  3. les aidants ou « adjuvants » (en espagnol : « los ayudantes »)
  4. les opposants ou « adversaires » (en espagnol : « los oponentes »)
  5. le destinateur ou « l’émetteur » (en espagnol : « el destinador ») = celui qui impulse l’action, le moteur
  6. le destinataire ou « le récepteur » (en espagnol : « el destinatario ») = pour qui, dans quel but ?
el destinador➡︎el objeto➡︎el destinatario
⬆︎
los ayudantes➡︎el sujeto⬅︎los oponentes

Le schéma actanciel dans La Tribuna, exemple

la liberté➡︎l’indépendance, l’émancipation, etc.➡︎pour Amparo elle-même, pour les femmes
⬆︎
les femmes de la fabrique de cigares, Borrén, Chinto, la lecture, etc.➡︎Amparo⬅︎Baltasar, sa mère

Pour en savoir plus…

Pour le CAPES : méthode pour l’explication de texte linéaire

Voici les 6 étapes, dans l’ordre, à ne pas omettre pour une explication de texte réussie :

  1. Introduire le passage à étudier = le recontextualiser dans l’œuvre
  2. (pour l’oral du CAPES) Lecture du passage en prenant soin d’être expressif !
  3. Proposer un axe de lecture = essayer de problématiser
  4. Annoncer le plan, donner les mouvements du texte en précisant les numéros de ligne ou un intervalle : de tel mot à tel autre. Donner un titre fictif à ces mouvements afin que le correcteur constate que vous avez bien compris l’intérêt des passages que vous avez choisis
  5. L’explication de texte linéaire en elle-même
  6. La conclusion dans laquelle vous devez répondre à votre problématique (ne pas l’oublier !), montrer en quoi ce passage est fondamental et où il est situé par rapport à la suite dans l’œuvre

Préparer l’oral du CAPES : les conseils méthodos

Voici mes notes de cours lorsque je préparais le CAPES d’espagnol. Puissent-elles vous être utiles ! Il faut connaître un minimum les épreuves du CAPES avant de les lire.

Préparer l’oral de l’épreuve à partir d’un dossier

Comment présenter une vidéo ?

Il s’agit ici d’une épreuve de compréhension orale mais pas seulement ! Vous devez dire tout ce que vous voyez : aussi bien le fond que la forme. Enfin quand je dis « tout », je veux dire ce qui est important, intéressant. Voici une proposition pour vous organiser et gagner du temps :

Lors du 1er visionnage

  • définissez la nature de document (publicité, extrait de film, documentaire…)
  • le thème abordé (soyez assez précis)
  • le contexte (temporel, lieu…) et dire si le contexte est différent entre ce qui est montré et ce qui est dit
  • la cible (pour qui ?)

Lors du 2e visionnage

  • la structure de la vidéo (= les grands moments)
  • les sous-thématiques
  • l’aspect formel, technique
  • ce qu’on voit mais aussi les références implicites/explicites
  • parlez des mouvements de caméra et pour quels effets produits, pourquoi
  • les couleurs de l’image
  • analysez le son

Cet axe de lecture va vous servir à développer chaque partie de votre analyse (« 1ère partie…, 2e partie…, 3e partie… », par exemple).

Faire une conclusion sur tous les aspects de la vidéo et éventuellement ouvrir sur quelque chose de plus large ou sur un autre exemple de la même thématique.

Attention à ne pas porter de jugement : il s’agit d’une évaluation de vos connaissances culturelles, restez dans une position d’objectivité, d’enseignement.

Un peu de vocabulaire technique

  • plano de conjunto/medio
  • campo/contracampo
  • un travelling : un barrido
  • fundido en negro : fondu en noir
  • fundido encadenado : fondu enchaîné
  • zoom de avance ≠ zoom de retroceso
  • voz en off ≠ voz en in
  • overlapping
  • plano de conjunto
  • un rótulo (informativo) = un inserto
  • una bobina, una cinta magnética
  • un sobreencuadre (la imagen sobre la imagen)

L’ouvrage quasi ndispensable que je vous recommande vivement car il contient tous les concepts de base à connaître + le vocabulaire pour le cinéma (notamment les plans, très importants !), la photographie, la publicité, la BD et les arts plastiques :

Le vocabulaire qui plaît au jury 😉

Voici quelques termes ou expressions que vous pouvez utiliser (à bon escient bien sûr) pour donner meilleure impression au jury :

  • personificar, incorporación
  • difuso, indeterminado (idée de quelque chose de flou)
  • Operación Cóndor (déstabilisation de l’Amérique latine contre la propagation du socialisme)
  • represaliados, los vuelos de la muerte, cubrirse las espaldas
  • presumiblemente, reivindicación
  • estructura cíclica, un va y ven
  • un tema candente
  • un ruido estridente
  • reacción desprorpocionada

La situation d’enseignement

  • Ne pas tout relire, ce n’est utile pour personne : ni pour vous, ni pour le jury.
  • Voir chez Hatier (en ligne), il y a un schéma/calendrier avec les heures de cours dispensées par discipline => à étudier car il y aura des questions sur ce sujet.
  • Dans les objectifs : sélectionner ceux qui seraient en relation avec votre vidéo (car dans le document qui vous est fourni, sont présentés les objectifs pour toute la séquence or vous devez penser à 1 séance).
  • Pour que ce soit efficace, il faut quelque chose qui soit réutilisé/réemployé.
  • Une idée peut être de valoriser le travail de l’élève, ne pas dire que rien n’est bon dans son travail. Non, voir au contraire ce qui est acquis.

Objectifs linguistiques

  • Voir par rapport à la consigne donnée (explicite ? implicite ?) et ce qui a été vu pendant les séances précédentes => c’est avec cet œil qu’il faut voir les productions d’élèves et en conclure ce qui va ou ne va pas sans oublier aussi par rapport au niveau CECRL
  • Distinguer objectifs linguistiques d’acquisition et réactivation.
  • Quand on parle d’objectifs pragmatiques cela équivaut au savoir-faire.
  • Pour les objectifs linguistiques, vous pouvez présenter votre propos au jury comme suit : temps verbal, syntaxe, structure, connecteurs, lexique.
  • 1 séquence c’est environ 6-7 séances (généralement mais ma tutrice me disait que pour elle au-delà de 4 celui lui paraissait infaisable dans la pratique).
  • Regardez les outils donnés dans la situation d’enseignement et les entraînements proposés : voir par rapport à la tâche finale car c’est le point important ! Est-ce que l’entraînement est suffisant, comment est-il constitué, etc. En d’autres termes, il faut entrer dans la tête de l’enseignant fictif. Egalement, bien voir s’il y a une évaluation sommative ou formative (intermédiaire).
  • Avec tous ces éléments en tête, mesurer le degré d’acquisition des élèves.

Les supports

Ne pas trop s’attarder dessus mais les garder pour des pistes de remédiation. Les documents supports peuvent être utiles pour une remédiation plus tard, sur un autre point. L’avantage est en effet que l’élève est déjà familiarisé avec ces documents. Vous pourrez donc par exemple les proposer lors d’une auto-correction : l’enseignant souligne les erreurs commise et l’élève doit s’auto-corriger grâce aux supports.

La consigne

Attention, il ne s’agit pas de juger la séquence de l’enseignant fictif. L’objectif est de voir ce qui a été acquis et comment faire pour que ce qui ne l’a pas été le soit.

Dès la première lecture de la production d’élèves : isoler les éléments qui correspondent à ce qui est demandé dans la consigne. Pensez donc à avoir plusieurs stylos de couleur pour aller plus vite et avoir quelque chose de visuel en un coup d’œil.

Evaluer le degré de guidage de la consigne :

  • explicite = beaucoup de guidage (exemple pour l’expression écrite : le nombre de mots attendus est indiqué. Exemple pour l’expression orale : la durée attendue de l’intervention de l’élève)
  • implicite = degré de guidage faible
  • Y-a-t-il des attendus ? (« Utiliser au moins 1 fois « ser » ou « estar » au passé », etc.)
  • Le barème est-il indiqué pour aider l’élève à comprendre les attendus, ce qui est important pour l’enseignant ? S’il n’y a pas de barème, vous pouvez parler de « développer l’autonomie de l’élève » 😉

Le tableau magique !

Voici un tableau que notre professeur nous conseillait pour mettre au clair les différents éléments des productions d’élèves et gagner ainsi du temps :

Copie 1Copie 2Copie 3
Acquis
Erreurs
Remédiation
Dispositifs
Séquence
Objectifs
Consigne évaluation
Entraînements préalables

Comment parler des acquis ?

L’analyse des acquis est celle qui rapporte le plus de points alors soignez-la bien !

  • Acquis culturels : réemplois nombreux et justes = « bonne acquisition ». Sinon : « acquisition en cours » ou s’il n’y a pas du tout de réemploi : « début d’acquisition ». Vous pouvez aussi parler « d’acquisition lacunaire ».
  • Acquis linguistiques : idem
  • Acquis pragmatiques : idem

Attention, on ne parle jamais de « non acquis » ! En effet, il peut s’agir d’une stratégie de contournement de l’élève. Il faut aussi noter l’effort qui a été fait de réutiliser la structure (eh oui !).

Egalement dans l’analyse des objectifs pragmatiques, veillez à ces points : l’élève a-t-il respecté la consigne ? A-t-il organisé son discours (titre, paragraphes, connecteurs logiques…) ? Mais encore une fois : il faut surtout s’attarder sur ce qui a été maîtrisé pour valoriser.

Dans votre tableau magique 😉 utilisez des codes couleurs pour gagner du temps et ne pas avoir à écrire sur d’autres pages que sur votre seul tableau ! Par exemple, distinguez les connecteurs logiques, les verbes, etc. Vous aurez ainsi une vue d’ensemble, pratique le jour de l’épreuve orale.

Pour la présentation orale : procéder par item pour l’ensemble des productions d’élèves. Exemple : « D’un point de vue culturel, l’élève 1…, l’élève 2…, l’élève 3… ».

Pour les acquis linguistiques : commencer par le lexical et terminer par le verbal par exemple mais dans tous les cas : il faut HIERARCHISER votre présentation. Par exemple : « Je vais procéder objectif par objectif » ou « Je vais procéder copie par copie » (choix possible mais souvent moins bon).

Dernière remarque : ne parler ici que des acquis. C’est ensuite, dans la partie des erreurs qu’il s’agira de parler du reste, en distinguant si ce sont des erreurs en lien avec les objectifs ou bien hors objectifs.

Pannel d’erreurs significatives

  • Elles sont liées aux objectifs de la séquence = trouver ce qui ne va pas
  • Les erreurs hors objectifs = pré-requis non consolidés, ce qui devrait déjà être acquis et pose problème à l’élève
  • Utilisez ces mots et expressions si besoin est : « emplois fragiles », « emplois aléatoires », « utilisation de xxx mais utilisation fautive au niveau de xxx », « adjectivation riche et pertinente », « rappel/réactivation de conceptualisation » (« ser » et « estar » par exemple), « autocorrection (guidée) » (par exemple pour le lexique déjà vu dans la séquence via des fiches lexicales ou supports de cours)…
Les différents types d’erreurs
  • Erreurs morphosyntaxiques : la ponctuation, par exemple
  • Erreurs interlinguales : le calque d’une langue à une autre. Exemple : les gallicismes
  • Erreurs intralinguales. Exemple : ne pas maîtriser la diphtongue des verbes, conjuguer à l’imparfait des verbes du 2e groupe sur le même modèle que les verbes du 1er groupe

Remédiation

  • Par rapport à ce qui a été analysé précédemment
  • Proposer des choses réalisables et que vous pourriez faire vous-même (il ne s’agit pas d’envoyer les élèves au CDI ou sur Internet et qu’ils « se débrouillent »)
  • Remédiation pragmatique, culturelle, linguistique
  • Remédiation individuelle : pour consolider ou affirmer la maîtrise par l’élève des objectifs de la séquence ou le hors objectif sinon
  • Remédiation collective : si vous voyez que l’erreur est présente dans plusieurs copies
  • Pistes possibles de remédiation : réécriture au temps demandé (conjugaison) pour voir si l’élève a fait un oubli ou bien si l’erreur est réelle. Procéder à une remédiation en individuel ou en collectif selon le nombre d’élèves concernés
  • Ne pas multiplier les pistes mais les cibler et les justifier
  • La remédiation est souvent linguistique mais peut être aussi pragmatique (savoir-faire, méthodologie, aspect transversal). Exemples : savoir résumer, connaître les codes de l’écriture d’une lettre, d’un spot publicitaire, etc.
  • S’il s’agit de productions orales (oui, des audios à analyser donc !) : pensez à leur forme. Notamment la prononciation, l’implication de l’élève, la phonétique, etc.
  • Didactiser un texte = simplifier, vulgariser. Par exemple : couper, ajouter des synonymes pour le lexique difficile, etc.
  • Les mots pour briller devant le jury : dire « rapppel de la conceptualisation » plutôt que « rappel de la règle de grammaire » (exemple : « conceptualisation sur les valeurs du passé »). Ne pas parler « d’exercice » mais « d’activité ». Parler de « guidage », « d’autonomie ». Parler de « contrat de bonification » lorsqu’il s’agit de donner des points en plus pour ceux qui ont fait le travail. Ne pas « donner » mais « proposer ». Parler de « pédagogie différenciée » quand il y a plusieurs niveaux dans la classe, parler « d’élève-ressource » quand l’un d’entre eux est très en avance sur les autres…
  • Réfléchir à la « logique » de la séquence complète et savoir où l’on se situe dans son déroulé pour savoir s’il y a des éléments qui ne sont pas encore acquis car ils n’auraient… pas encore été vus !

Dispositifs

  • S’il y a des élèves natifs, certes cela crée de l’hétérogénéité mais c’est aussi une richesse pour la classe
  • Dire s’il y a une dimension éducative et civique en faveur de la mise à distance, du recul, de l’interprétation critique pour une portée sociale et politique
  • Dire un peu comment l’enseignant a organisé sa séquence (prédominance de l’oral ? Travaux écrits à faire à la maison ?…) et constater si cela correspond bien par rapport aux objectifs affichés

Le niveau CECRL

Vous pouvez en parler à la fin des acquis ou bien à la toute fin mais ne l’oubliez pas ! Donnez votre évaluation du niveau CECRL pour l’expression écrite et justifiez-la. Exemple : « L’élève 1 semble avoir un niveau A2 car il a une maîtrise minimale (le présent de l’indicatif), des emplois basiques et une cohérence minimale. Les attentes pragmatiques et linguistiques sont limites donc on est plutôt sur du niveau A2. »

Vous devez être également capable de dire si ces productions sont représentatives de l’ensemble de la classe, si la séquence correspond au niveau global de la classe ou bien de quelques élèves.

Prolongement

Vous pouvez éventuellement faire un prolongement sur la thématique abordée : avec des supports différents par exemple.

En résumé…

En résumé, voici ce qu’il faut donc faire : regarder la consigne puis voir, production par production, si elle est respectée par rapport aux attentes de l’enseignant sur sa séquence et sa séance et par rapport à la logique de l’ensemble en termes chronologiques. Ainsi, vous faites bien une analyse d’une séquence par rapport à l’analyse des productions d’élèves.

Quand il y a un modèle d’écriture : regarder le début et la fin pour voir s’ils sont réutilisés. Ce sont les « invariants ».

Pour les productions d’élèves, faire un point de l’ensemble mais surtout bien faire le point pour chacune : ce qui a été bien acquis et ce qui a besoin d’une remédiation et de quel type (on peut vous demander un exemple). Puis passez à l’analyse des erreurs, copie par copie et enfin la réception globale qui justifiera une remédiation individuelle ou collective.

Astuce : quand vous n’avez pas grand chose à dire sur les erreurs liées aux objectifs, allez voir dans les erreurs hors objectifs 😉 car il s’agit de pré-requis du niveau CECRL.

Conseil bonus pour l’aspect civilisationnel : ayez des repères chronologiques clairs (même s’ils ne sont pas exhaustifs) mais par exemple revoyez les dictatures latino-américaines !!! Pensez aussi à (re)lire via la presse les événements du monde hispanique de l’été précédent jusqu’aux environs du mois mars de l’année du CAPES car cela pourrait très bien tomber lors de votre épreuve…

Voilà, bon courage à tous ! 🍀

Qu’est-ce que le CAPES ?

Le CAPES (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) est un diplôme professionnel du Ministère de l’éducation nationale français.

Le CAPES est délivré aux candidats qui, ayant subi avec succès les épreuves d’un concours externe ou d’un concours interne ou d’un troisième concours, ont accompli un stage d’une durée d’une année sanctionné par un examen de qualification professionnelle.

Les professeurs certifiés sont recrutés :

  • Parmi les candidats qui ont satisfait aux épreuves du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré ou du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement technique.
  • Par voie d’inscription sur listes d’aptitude.

Les candidats reçus aux concours ou ayant bénéficié d’une dispense accomplissent en qualité de professeur stagiaire le stage mentionné ci-dessus. Au cours de l’année de stage, les professeurs stagiaires reçoivent une formation professionnelle initiale dans les instituts universitaires de formation des maîtres et sont soumis aux épreuves d’un examen de qualification professionnelle.

La préparation du concours peut se faire en passant par le master MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation). Le CAPES est obtenu au bout de l’année de stage qui suit la réussite au concours. Un enseignant titulaire du CAPES est appelé professeur certifié. Il est fonctionnaire titulaire de l’État (Source).

Enseigner l’espagnol en lycée professionnel

=> Vous pouvez aussi être professeur d’espagnol dans un lycée professionnel par un concours frère du CAPES : le CAPLP. Je vous explique tout sur cette page dédiée.